Invité par le château de Versailles, le jeune musicien français Thylacine a passé un jour et trois nuits seul, en immersion totale, dans la résidence du Roi-Soleil, afin d’en capter l’ambiance sonore. Ainsi est né “Versailles”, morceau électro résolument singulier.

 

Grand mélomane, William Rezé, alias Thylacine, a été saxophoniste dans de nombreux groupes de jazz. En 2012, à la recherche de plus de liberté musicale, il se lance dans la musique électronique et fonde Thylacine, nom sous lequel il signe de nombreux albums, intimement liés à sa vie et à ses expériences. Grand explorateur, il se plaît à traduire en musique ses nombreux voyages, le morceau Transsiberian naît de sa traversée de la Russie, et l’album Roads de son expédition en Terre de Feu.

 

À Versailles, il a l’occasion unique de jouer sur les clavecins gravés, les harpes chromatiques et même sur le grand orgue de la chapelle royale. Il crée ainsi une mélodie rythmée par le son des mécanismes d’horlogerie, les craquements du parquet et les cliquetis des mille et une serrures du palais. Un simple claquement de doigts au sein de la galerie des Glaces se transforme en beat énergique dans les mains de Thylacine et le tintement des gemmes de cristal s’entrechoquant sur l'un des lustres devient un sample perçant de cymbale. Le morceau est accompagné d’images du jeune homme et de son matériel dans l’impressionnant vide du château de Versailles amputé de son habituelle horde de touristes.