Atmosphère cinématographique, jeux de lumière et compositions au cadre très étudiés, les deux artistes contemporains Miles Aldridge et Todd Hido ont posé des regards différents sur la banlieue américaine. Tandis que l’Américain Todd Hido s’est intéressé à l'image extérieure de ces quartiers périphériques, isolés et même parfois désertés, le Britannique Miles Aldridge a exploré l'intériorité de ces foyers, se plaisant à imaginer la vie des desperate housewives qui y vivent.

 

Dans des intérieurs criards, les femmes photographiées se morfondent dans l’ennui du quotidien. Elles fument, boivent, se répandent sur un lit tiré à quatre épingles, hésitent à en finir avec un sèche-cheveux ou griffent les murs tel un chat hystérique. Des émotions que l’artiste dépeint avec des tonalités vibrantes et saturées. Une vision de la banlieue qui rompt totalement avec l’esprit de Todd Hido qui capte les habitations en pleine nuit avec un œil voyeuriste et intrusif. Sur certains clichés pris en hiver, des maisons isolées laissent entrevoir une lumière, seul signe de vie humaine. 

 

Dans cette exposition ironiquement intitulée The Side of Paradise, Miles Aldridge et Todd Hido livrent des visions opposées de la vie en banlieue avec un même regard cinématographique. Les deux photographes dévoilent des clichés sous tension, influencés par l'âge d'or hollywoodien et des grands réalisateurs comme Alfred Hitchcock ou David Lynch.

 

Exposition The Side of Paradise, de Miles Aldridge et Todd Hido, jusqu’au 15 décembre.
Galerie Huxley-Parlour,

3-5 Swallow St., Mayfair, Londres.