Comment réagirions nous si nous étions confrontés à un miracle ? C’est la situation dans laquelle se retrouve le premier ministre italien Fabrizio Pietromarchi. Appelé en urgence par le Général Votta (chef des services secrets), l’homme politique doit faire face un événement qui défie toutes les lois de la science : une madone en plastique pleure des larmes de sang. Faut-il montrer l’inexplicable, au risque de déclencher une hystérie collective dans une Italie en pleine crise ?

 

Le Premier Ministre en pleine gestion d’un pays instable, un prêtre rongé par le vice qui a perdu sa foi, une hématologue dont la mère est en fin de vie… Tous les protagonistes en contact avec ce miracle vont être profondément bouleversés. Cette confrontation avec l’irrationnel sert justement de fil d’Ariane au récit.

 

Par sa mise en scène et sa tension dramatique permanente, cette série chorale à l’esthétique irréprochable (qui n’est pas s’en rappeler celle de Paolo Sorrentino) nous livre un portrait acéré d’une Italie en perte de repères et d’identité.

 

“Il Miracolo” jusqu’au 31 janvier sur Arte. Disponible en ligne jusqu’au 23 février sur arte.tv