Numero

Maison Margiela décline ses iconiques Tabi en sneakers

Accessoires
1/10

Quand Martin Margiela présente sa première collection en 1988, il chausse ses mannequins d'une curieuse paire de souliers : des bottines au talon rond et à la semelle fendue. Inspirée par des chaussettes traditionnelles japonaises qui séparent le gros orteil des autres orteils, les bottines Tabi de Margiela séduisent immédiatement toute une génération adepte des créations iconoclastes du discret créateur belge. Par la suite, Martin Margiela ne cesse de retravailler et repenser ses iconiques Tabi, devenues sa signature, en témoigne les différentes expositions, ventes d'archives ou collections capsules.

 

Quand John Galliano reprend la direction artistique de la maison en 2014, il s'attèle lui aussi à retravailler la Tabi. Par exemple pour la collection Artisanal automne-hiver 2016, elle est une cuissarde plate en cuir, une collection capsule qui célèbre les 30 ans de la chaussure, elle devient un collier en argent, ou lors de la collection Artisanal printemps-été 2020, elle se transforme en un escarpin ou un mocassin.

 

Lors de ce défilé, Maison Margiela présente également une Tabi déclinée en version sneaker, créée en collaboration avec le label sportswear Reebok, inspirée d'un modèle de baskets de 1994. La première version des Tabi Instapump Fury Lo reprend les volumes imposants, l'épaisse semelle plate et les empiècements des baskets montantes Retro Fit lancées par Maison Margiela en 2018, tandis que la version Tabi Instapump Fury Hi se dote d'un épais talons carrés. Futuristes et confortables, ces sneakers expérimentales se déclinent en noir, blanc ou en deux versions colorées.

 

 

 

Disponibles sur reebok.com, MaisonMargiela.com et dans une sélection de boutiques Maison Margiela.

 

 

 

 

Lire aussi

loading loading