Advertising
110

Garage, incontournable musée d'art contemporain de Moscou, se rénove avec Rem Koolhaas

 

Rencontre avec l'architecte de renommée mondiale Rem Koolhaas qui inaugure le 12 juin le nouveau pavillon du Garage Museum of Contemporary Art de la collectionneuse russe Dasha Zhukova.

En 2008, la philanthrope et collectionneuse russe Dasha Zhukova fondait à Moscou le Garage Museum of Contemporary Art, pour familiariser le public russe avec l’art contemporain occidental, peu connu jusqu’alors dans le pays. Hébergé depuis sa création dans un pavillon temporaire construit par Shigeru Ban, le musée gagne le 12 juin ses nouveaux quartiers : le pavillon Vremena Goda, rénové par l’architecte star Rem Koolhaas, qui s’est entretenu avec Numéro au sujet de ce projet phare. 

Yayoi Kusama compte parmi les premiers artistes invités. Infinity Mirrored Room, The Souls of Millions of Light Years Away, 2013.

Numéro : Parlez-nous du projet du Garage Museum à Moscou.

 

Rem Koolhaas : Le Garage Museum of Contemporary Art est une institution culturelle absolument cruciale pour le pays, car il confère à Moscou une véritable place dans le circuit mondial de l’art. Le pavillon Vremena Goda, que nous avons rénové et qui l’abritera désormais, a été construit à la fin des années 60. Ce bâtiment inutilisé depuis environ vingt ans représente une architecture typiquement soviétique. Nous l’avons converti en un musée moderne.

 

Numéro : Comment avez-vous abordé cette rénovation architecturale ?

 

Rem Koolhaas : Il s’agissait ici avant tout de préserver une œuvre architecturale russe, qui est très intéressante. On peut dire et penser bien des choses au sujet de la période soviétique et de sa culture, mais le fait est que les bâtiments construits pour un usage public étaient très accueillants. Nous avons donc voulu préserver cette générosité, et la mettre à profit pour une institution culturelle. Nous avons changé son emballage, si j’ose dire, en laissant l’intérieur parler pour lui-même. La conservation de ce qui est historique est centrale dans ce genre de projet. Ici, nous expérimentons une nouvelle sorte de travail : nous avons cherché à préserver également l’état de délabrement du bâtiment. Certains murs sont très abîmés, et nous les laissons tels quels.

 

 

Yayoi Kusama, Dots Obsession, 2013.

Numéro : Les œuvres d’art contemporain varient énormément dans leurs dimensions, allant d’un tableau de format modeste à une installation monumentale. Les musées vous fournissent-ils une opportunité de jouer avec les rapports d’échelle ?

 

Rem Koolhaas : Oui tout à fait. Nous avons été impliqués dans la construction de nombreux musées et je pense que c’est une des vraies originalités de la démarche d’OMA (Office for Metropolitan Architecture, agence d'architecture fondée par Rem Koolhaas) : nous envisageons les questions d’échelle par et pour elles-mêmes, indépendamment de toute autre question. Nous avons d’ailleurs publié en 1997 un livre intitulé S, M, L, XL, qui est une réflexion sur les questions d’échelle. Je me suis demandé pourquoi les œuvres d’art ont atteint des dimensions si colossales, et bien sûr, cela a beaucoup à voir avec l’expansion du marché de l’art. Mais je pense que l’architecture doit offrir une résistance à cette expansion sans fin. OMA a participé à une compétition pour la Tate, il y a quelque temps, et le directeur nous avait alors prévenus que les artistes n’appréciaient pas qu’un bâtiment leur impose sa structure. Il nous avait dit que l’environnement d’exposition préféré par les artistes, aujourd’hui, est l’espace industriel reconverti en musée. Je dois dire que cela m’a laissé extrêmement sceptique. 

 

Propos recueillis par Delphine Roche

 

 

www.garageccc.com

www.oma.eu

 

Katharina Grosse fera également partie des premiers artistes invités. Inside the Speaker, 2014.

À quoi ressemblent les peintures de l’architecte Christian de Portzamparc ?
463

À quoi ressemblent les peintures de l’architecte Christian de Portzamparc ?

Numéro art La galerie Kamel Mennour consacre jusqu'au 18 janvier une exposition personnelle à l'immense architecte et urbaniste français Christian de Portzamparc. Mais ici, nulle trace de plans ni de maquettes. À la place, une dizaine de toiles et deux sculptures très récentes, ouvrant sur un pan bien moins connu de son œuvre.  La galerie Kamel Mennour consacre jusqu'au 18 janvier une exposition personnelle à l'immense architecte et urbaniste français Christian de Portzamparc. Mais ici, nulle trace de plans ni de maquettes. À la place, une dizaine de toiles et deux sculptures très récentes, ouvrant sur un pan bien moins connu de son œuvre. 

Bourse de commerce : visite guidée du musée de la Collection Pinault
849

Bourse de commerce : visite guidée du musée de la Collection Pinault

Architecture En avant-première, Numéro art a visité le nouveau musée parisien de François Pinault. Il ouvrira ses portes en juin 2020 au cœur du quartier des Halles. Un coup d’éclat qui allie magnifiquement rénovation d’un patrimoine impressionnant et réalisation contemporaine radicale signées par l’architecte Tadao Ando. En avant-première, Numéro art a visité le nouveau musée parisien de François Pinault. Il ouvrira ses portes en juin 2020 au cœur du quartier des Halles. Un coup d’éclat qui allie magnifiquement rénovation d’un patrimoine impressionnant et réalisation contemporaine radicale signées par l’architecte Tadao Ando.

Advertising
Le prix d'une étagère Charlotte Perriand s'envole chez Artcurial
675

Le prix d'une étagère Charlotte Perriand s'envole chez Artcurial

Design À l'occasion d'une grande vente de design le 19 novembre dernier, la maison de ventes aux enchères Artcurial proposait un très beau meuble de Charlotte Perriand, architecte et designer française majeure du XXe siècle. À l'occasion d'une grande vente de design le 19 novembre dernier, la maison de ventes aux enchères Artcurial proposait un très beau meuble de Charlotte Perriand, architecte et designer française majeure du XXe siècle.

Découvrez le nouvel espace exceptionnel d'Acne Studios à Stockholm
863

Découvrez le nouvel espace exceptionnel d'Acne Studios à Stockholm

Architecture Pour établir ses nouveaux quartiers, le label suédois Acne Studios a réinvesti les locaux d'un bâtiment brutaliste daté du début des années 70, ancienne ambassade tchécoslovaque érigée dans le nord de Stockholm. Avec le concours de nombreux architectes, artistes et designers, le directeur créatif du label Jonny Johansson a repensé tous ses espaces en vue d'y accueillir un nouveau pôle appelant à l'innovation et à la créativité. Pour établir ses nouveaux quartiers, le label suédois Acne Studios a réinvesti les locaux d'un bâtiment brutaliste daté du début des années 70, ancienne ambassade tchécoslovaque érigée dans le nord de Stockholm. Avec le concours de nombreux architectes, artistes et designers, le directeur créatif du label Jonny Johansson a repensé tous ses espaces en vue d'y accueillir un nouveau pôle appelant à l'innovation et à la créativité.

Infiltrez les demeures incroyables d’Ettore Sottsass
867

Infiltrez les demeures incroyables d’Ettore Sottsass

Architecture Connu pour son vocabulaire formel pop et hédoniste, le designer Ettore Sottsass signa aussi des demeures d’exception. Des merveilles d’harmonie invitant au plaisir esthétique de la pure contemplation. Connu pour son vocabulaire formel pop et hédoniste, le designer Ettore Sottsass signa aussi des demeures d’exception. Des merveilles d’harmonie invitant au plaisir esthétique de la pure contemplation.

Paris Photo : le noir et blanc onirique d’Aitor Ortiz
889

Paris Photo : le noir et blanc onirique d’Aitor Ortiz

Numéro art Aitor Ortiz dresse des passerelles entre le monde réel et la fiction. Sous son objectif, les architectures se muent en pures abstractions, le béton devient léger et le marbre fragile. Aux confins du réel, les objets qu’il fixe sur sa pellicule semblent ensorcelés, comme animés par une vie autonome, et questionnent notre perception tout en parlant à nos émotions. Ses œuvres sont présentées à Paris Photo jusqu’au 10 novembre. Aitor Ortiz dresse des passerelles entre le monde réel et la fiction. Sous son objectif, les architectures se muent en pures abstractions, le béton devient léger et le marbre fragile. Aux confins du réel, les objets qu’il fixe sur sa pellicule semblent ensorcelés, comme animés par une vie autonome, et questionnent notre perception tout en parlant à nos émotions. Ses œuvres sont présentées à Paris Photo jusqu’au 10 novembre.



Advertising