555

Rencontre avec Sou Fujimoto, figure de l’architecture contemporaine

 

Ce discret Japonais a installé à l’invitation de COS une fascinante forêt de lumières dans un ancien cinéma de Milan. Rencontre.

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

Photo : Alberto Narduzzi.

 

De Sou Fujimoto, on connaît surtout la fameuse House NA, réservée aux exhibitionnistes. Érigée en plein quartier résidentiel de Tokyo, la maison n’est constituée que de baies vitrées, ce qui la rend entièrement transparente. On connaît encore l’impressionnant projet de L’Arbre Blanc, à Montpellier, qui prend corps autour d’un immeuble-tronc, ponctué de terrasses saillantes rappelant des feuilles. C’est que le discret Japonais de 45 ans sait ménager ses effets. Au point de s’imposer parmi une nouvelle génération d’architectes. En 2012, il prenait ainsi possession du pavillon japonais à la Biennale de Venise. En 2013, il était le plus jeune architecte à réaliser un pavillon pour la Serpentine Gallery de Londres, à la suite de Herzog & de Meuron, Jean Nouvel ou Frank Gehry. Invité ce printemps par COS, le label haut de gamme du géant suédois H&M, à s’emparer d’un ancien cinéma de Milan, Sou Fujimoto a délaissé les installations classiques pour proposer une extraordinaire forêt de lumières.

 

Numéro : Comment avez-vous conçu cette forêt de lumières, plutôt inattendue au milieu d’un ancien cinéma de Milan ?

Sou Fujimoto : J’ai imaginé une forêt composée d’une infinité de cônes lumineux projetés depuis le haut. Je voulais qu’elle interagisse avec les visiteurs, que les lumières pulsent et changent en permanence d’état et de forme, selon les déambulations du public. Au cœur de mes projets, on trouve toujours cette idée que l’espace peut évoluer selon le comportement de ses occupants, qu’il peut s’adapter à leur manière d’être.

 

Comment travaillez-vous un élément aussi immatériel que la lumière ?

La lumière n’est pas un matériau, pourtant elle structure totalement l’espace. Dans ce projet, vous avez même l’impression de pouvoir la toucher. L’architecture est par définition figée. Elle se construit à partir du bois, ou du béton… Mais si vous usez de la lumière de la bonne façon, cette architecture figée se met alors à se mouvoir. L’espace vous semble plus grand. Une salle prend une apparence totalement différente à la lumière du matin ou du soir…

 

La forêt est un motif très présent dans votre travail. Pourquoi vous passionne-t-elle ?

Ma fascination pour la forêt vient de mon enfance à la campagne. Elle représentait un lieu où l’on se sent libre de faire ce que l’on veut. À Tokyo, j’ai pris conscience qu’une ville aussi peuplée pouvait procurer le même type de sentiment de protection… et donc qu’une architecture humaine de ce genre était possible. J’ai alors imaginé des projets comme des forêts, des lieux où l’on est libre d’user des espaces selon ses envies et ses besoins, d’expérimenter. L’espace ne doit pas dicter une utilisation ou une fonction à la personne qui l’habite.

 

Pourquoi avoir accepté l’invitation de COS ?

Nous partageons une conviction forte : être simple et intemporel est la meilleure manière de répondre à la complexité de la vie.

 

www.sou-fujimoto.net

Fendi invite un pionnier de l’art digital à métamorphoser son Palazzo romain
723

Fendi invite un pionnier de l’art digital à métamorphoser son Palazzo romain

Art Fendi a fait appel à l’artiste et pionnier de la projection vidéo László Bordos pour métamorphoser l’impressionnant Palazzo della Civiltà Italiana, siège de la maison à Rome. Fendi a fait appel à l’artiste et pionnier de la projection vidéo László Bordos pour métamorphoser l’impressionnant Palazzo della Civiltà Italiana, siège de la maison à Rome.

Comment sauver les vestiges futuristes d’Oscar Niemeyer au Liban ?
877

Comment sauver les vestiges futuristes d’Oscar Niemeyer au Liban ?

Architecture Pendant un mois, des artistes venus du Liban et d’ailleurs se mobilisent pour sauver de la ruine la Foire internationale Rachid Karamé à Tripoli, complexe architectural imaginé dans les années 60 par Oscar Niemeyer. Pendant un mois, des artistes venus du Liban et d’ailleurs se mobilisent pour sauver de la ruine la Foire internationale Rachid Karamé à Tripoli, complexe architectural imaginé dans les années 60 par Oscar Niemeyer.

Rencontre avec Wang Shu, symbole du renouveau de l’architecture chinoise
850

Rencontre avec Wang Shu, symbole du renouveau de l’architecture chinoise

Architecture Aux côtés de sa femme, le Chinois Wang Shu a fondé à Hangzou, il y a près de vingt ans, son agence d’architecture, Amateur Architecture Studio. Ne déviant jamais de son éthique, il convoque dans ses constructions deux valeurs qui lui sont chères, la mémoire et le recyclage. Une ligne originale qui lui a valu le célèbre Pritzker Prize en 2012. Rencontre. Aux côtés de sa femme, le Chinois Wang Shu a fondé à Hangzou, il y a près de vingt ans, son agence d’architecture, Amateur Architecture Studio. Ne déviant jamais de son éthique, il convoque dans ses constructions deux valeurs qui lui sont chères, la mémoire et le recyclage. Une ligne originale qui lui a valu le célèbre Pritzker Prize en 2012. Rencontre.

Visite au Japon chez Tadao Ando, l’architecte célébré au Centre Pompidou
867

Visite au Japon chez Tadao Ando, l’architecte célébré au Centre Pompidou

Architecture Cet ancien boxeur autodidacte s’est imposé par la force de ses idées dans le cercle fermé des grands architectes internationaux. Alors que le Centre Pompidou lui consacre une vaste rétrospective, Numéro art l’a rencontré dans son studio à Osaka. Cet ancien boxeur autodidacte s’est imposé par la force de ses idées dans le cercle fermé des grands architectes internationaux. Alors que le Centre Pompidou lui consacre une vaste rétrospective, Numéro art l’a rencontré dans son studio à Osaka.

À quoi ressemble le nouveau pavillon estival de la Serpentine Gallery imaginé par Frida Escobedo ?
887

À quoi ressemble le nouveau pavillon estival de la Serpentine Gallery imaginé par Frida Escobedo ?

Architecture C’est la Mexicaine Frida Escobedo qui a signé cette année la conception du célèbre pavillon d’été de la Serpentine Gallery, à Londres, construction éphémère nichée dans la verdure, à Hyde Park, jusqu’au 7 octobre. Rencontre. C’est la Mexicaine Frida Escobedo qui a signé cette année la conception du célèbre pavillon d’été de la Serpentine Gallery, à Londres, construction éphémère nichée dans la verdure, à Hyde Park, jusqu’au 7 octobre. Rencontre.

Qui est Ole Scheeren, l’architecte du futur qui a conquis l'Asie ?
875

Qui est Ole Scheeren, l’architecte du futur qui a conquis l'Asie ?

Architecture L’Allemand Ole Scheeren a cosigné avec Rem Koolhaas l’un des joyaux architecturaux du XXIe siècle, le CCTV Headquarters à Pékin. De Francfort à Singapour, il essaime à travers le monde sa vision optimiste et ses bâtiments spectaculaires et futuristes aux lignes déconstruites. L’Allemand Ole Scheeren a cosigné avec Rem Koolhaas l’un des joyaux architecturaux du XXIe siècle, le CCTV Headquarters à Pékin. De Francfort à Singapour, il essaime à travers le monde sa vision optimiste et ses bâtiments spectaculaires et futuristes aux lignes déconstruites.