Advertising
36

48 heures à Hong Kong

 

Nos adresses pour un séjour inoubliable à l'occasion de Art Basel Hong Kong

36

Du 15 au 17 mars, l’activité intense d’Art Basel Hong Kong anime la ville la plus riche de Chine. Avec cette foire majeure, l’ex-colonie britannique domine le marché de l’art asiatique, loin devant Shanghai.

Avec l’arrivée ces dernières années de galeries renommées à Hong Kong et l’ouverture du M+ en 2018 – un musée deux fois plus grand que la Tate Modern de Londres –, l’ancienne colonie britannique peut fièrement afficher son statut de nouvelle plaque tournante du monde de l’art contemporain. Depuis son rachat par le géant suisse Art Basel, la foire de Hong Kong a largement dépassé celles de Shanghai et de Singapour dans la conquête du marché asiatique. En mars, elle donne désormais le coup d’envoi de la saison artistique. Pour cette nouvelle édition, ce sont plus de 231 galeries internationales venues de 37 pays différents qui exposent des œuvres. De quoi donner le tournis aux collectionneurs et amateurs d’art, qui, en marge du labyrinthique Convention and Exhibition Centre, poursuivent leur course effrénée à l’assaut des vernissages huppés dans le quartier de Central. La vague arty donne même des idées à certains propriétaires de restaurants qui ont transformé leur adresse en lieu de rendez-vous incontournable des amateurs d’art et de bonnes tables. Une ruée vers l’art et la gastronomie qui gagne toute la mégalopole, quartier par quartier. La preuve en dix adresses.

11 h 00 : vivier d’art

 

Les galeries Simon Lee, Ben Brown, Lehmann Maupin, Pearl Lam ou Gagosian ont toutes élu domicile au Pedder Building, un sublime édifice en plein coeur de Central (le design district hongkongais).
12 Pedder Street, Central, tél. +852 2151 0555.
© Courtesy of Pedder Building

15 h 00 : shopping d’élite

 

Le jeune milliardaire Adrian Cheng a trouvé la solution pour mettre un terme à l’expérience traumatisante des shopping malls : à K11, on alterne entre fièvre acheteuse et pauses artistiques. Les marques de luxe européennes côtoient l’élite de la mode asiatique, tandis que les oeuvres des artistes les plus influents de la scène contemporaine, tels Damien Hirst ou Yoshitomo Nara, trônent aux côtés de celles des jeunes talents chinois.
http://hk.k11.com.
© Courtesy of K11

21 h 00 : nourritures spirituelles

 

Au Duddell’s, artistes et amateurs d’art se retrouvent pour apprécier la succulente cuisine du chef Siu Hin Chi, l’art – avec une sublime galerie d’exposition ouverte par Alan Lo –, et la décoration décontractée signée Ilse Crawford. 
http://duddells.co.
© Courtesy of Duddell’s

1 h 00 : défier l’oeil du Dragon

 

Gigantesque boîte de nuit réputée pour ses afters, notamment au moment d’Art Basel Hong Kong où le lieu est pris d’assaut par les galeristes et les (p)arty animals. Plus on y arrive tard, moins longue est la file d’attente. 
www.dragon-i.com.hk.
© DR

11 h 00 : virée dans le Meatpacking local

 

Rappelant le quartier de Meatpacking à Manhattan, le Spring Workshop, un centre d’art installé dans une ancienne imprimerie, accueille expositions et artistes en résidence tout au long de l’année.
www.springworkshop.org.
© Job Koelewijn, Relief 2, 25 March 2009
© 6 Jan 2012, courtesy Galerie Fons Welters, photography Gert Jan van Rooij

12 h 30 : plaisir des yeux et des papilles

 

Au Bibo, les oeuvres de street art explosent dans un décor inspiré du Paris des années 30. On déguste des plats français au milieu des pièces de Banksy, de Daniel Arsham, de Jeff Koons, de Takashi Murakami ou encore de JR.
www.bibo.hk.
© MOCA Foundation

18 h 00 : ivresse des cocktails

 

On oublie le tea time au profit des cocktails du très chic et raffiné M Bar, perché au 25e étage de l’hôtel Mandarin Oriental. Pendant toute la période de la foire, il ajoute à sa carte une sélection de breuvages surprenants, dont Future, un cocktail moléculaire à base de whisky, à la fois chaud et glacé. 
www.mandarinoriental.com/hongkong.
© Courtesy of Mandarin Oriental

22 h 30 : aux portes de la nuit

 

Décor de sous-marin à la Jules Verne, ambiance lounge cosy, le Salon Number 10 est l’endroit idéal pour démarrer la soirée. Soumise, à l’entrée, à une sélection aussi stricte que dans les clubs londoniens, sa foule mélangée de hipsters et de dandys au look impeccable maîtrise un talent précieux : danser sans bouger ! 
Salon Number 10, 10 Arbuthnot Road, Central.
© Courtesy of Salon Number 10

9 h 00 : réveil à l’Upper House

 

Dans cet hôtel ultra-design au style minimaliste, on reconnaît immédiatement la patte du fameux architecte André Fu : les teintes douces, les beaux volumes, la lumière. Le lieu regorge d’oeuvres d’artistes asiatiques contemporains. Sans oublier la vue imprenable sur Victoria Harbour. Son Café Gray Deluxe, au 49e étage, est idéal pour un réveil… en hauteur.
www.upperhouse.com.
© DR

13 h 00 : pour l’amour de la mode

 

Concept store très prisé de la mégalopole chinoise, Joyce propose depuis plus de quarante ans aux amateurs de style le meilleur de la mode internationale.
www.joyce.com.
© Courtesy of Joyce
 

 

Par Constance Breton.

Le mystérieux hôtel de Robert de Niro à New York
1

Le mystérieux hôtel de Robert de Niro à New York

Voyage Dans le quartier de Tribeca à New York, le Greenwich hôtel de Robert de Niro conjugue élégance racée et discretion assurée. Une adresse secrète incontournable. Dans le quartier de Tribeca à New York, le Greenwich hôtel de Robert de Niro conjugue élégance racée et discretion assurée. Une adresse secrète incontournable.

Voyage au cœur des temples somptueux de l'Inde avec l'hôtel Deo Bagh
66

Voyage au cœur des temples somptueux de l'Inde avec l'hôtel Deo Bagh

Voyage Dans la ville de Gwalior, au sud de New Delhi – la capitale de l'Inde –, trônent de sublimes temples Maratha  datant du XVIIe et du XVIIIe siècle. Au milieu de ce magnifique décor, un hôtel a été construit : le Deo Bagh Gwalior, l'une des propriétés du groupe Neemrana qui émaille l'Inde de somptueux palaces. Dans la ville de Gwalior, au sud de New Delhi – la capitale de l'Inde –, trônent de sublimes temples Maratha  datant du XVIIe et du XVIIIe siècle. Au milieu de ce magnifique décor, un hôtel a été construit : le Deo Bagh Gwalior, l'une des propriétés du groupe Neemrana qui émaille l'Inde de somptueux palaces.

Advertising
Genève: un week end reposant à l’Hôtel D Geneva
1

Genève: un week end reposant à l’Hôtel D Geneva

Voyage Idéalement situé à quelques minutes de la gare et du lac Léman, l'hôtel D Geneva est l'endroit parfait pour passer un weekend reposant à Genève. Idéalement situé à quelques minutes de la gare et du lac Léman, l'hôtel D Geneva est l'endroit parfait pour passer un weekend reposant à Genève.

À quoi ressemble le premier restaurant Louis Vuitton ?
669

À quoi ressemble le premier restaurant Louis Vuitton ?

Food Pour la première fois de son histoire, la maison Louis Vuitton inaugure un café et un restaurant au Japon.  Pour la première fois de son histoire, la maison Louis Vuitton inaugure un café et un restaurant au Japon. 

Que s'est-il passé dans la suite 1925 du Bristol ?
866

Que s'est-il passé dans la suite 1925 du Bristol ?

Lifestyle En 1975, le gratin parisien se retrouvent au coeur de l'hôtel Bristol, pour célébrer la carrière d'une chanteuse légendaire.  En 1975, le gratin parisien se retrouvent au coeur de l'hôtel Bristol, pour célébrer la carrière d'une chanteuse légendaire. 

“Last Christmas” de Wham! s'offre une version remasterisée
878

“Last Christmas” de Wham! s'offre une version remasterisée

Musique Dévoilé à l’hiver 1984, le titre “Last Christmas” du duo Wham! est rapidement devenu un des morceaux les plus emblématiques des fêtes de fin d’année, aux côtés de “All I Want For Christmas Is You” de Mariah Carey placé cette année n°1 des ventes de singles aux Etats-Unis. Pur produit de la synthpop des années 80 — une électro au synthétiseur très présent— dans lequel George Michael imprime un romantisme des plus kitsch, le titre “Last Christmas” nous plonge au cœur des vacances d’hiver d’une bande d’amis en doudounes bariolées. Bataille de boules de neige, décoration du sapin et dîner au coin du feu, le clip originellement tourné en 35mm s’offre une remasterisation. 35 ans après sa sortie, Sony décide de sortir une version de la vidéo en ultra haute définition, posant ainsi un nouveau regard sur l’éclatant sourire de George Michael. Dévoilé à l’hiver 1984, le titre “Last Christmas” du duo Wham! est rapidement devenu un des morceaux les plus emblématiques des fêtes de fin d’année, aux côtés de “All I Want For Christmas Is You” de Mariah Carey placé cette année n°1 des ventes de singles aux Etats-Unis. Pur produit de la synthpop des années 80 — une électro au synthétiseur très présent— dans lequel George Michael imprime un romantisme des plus kitsch, le titre “Last Christmas” nous plonge au cœur des vacances d’hiver d’une bande d’amis en doudounes bariolées. Bataille de boules de neige, décoration du sapin et dîner au coin du feu, le clip originellement tourné en 35mm s’offre une remasterisation. 35 ans après sa sortie, Sony décide de sortir une version de la vidéo en ultra haute définition, posant ainsi un nouveau regard sur l’éclatant sourire de George Michael.



Advertising