Advertising
748

Visite de l’exposition “The Smile of a Snake” de George Henry Longly à la galerie Valentin

 

Plus que quelques jours pour découvrir l’exposition en forme de trompe-l’œil de l’artiste anglais George Henry Longly à la galerie Valentin. Une expérience totale et hors du commun, aussi visuelle que sonore.

Par Clara Bianca

À l’entrée de la salle d’exposition, un écriteau demande aux visiteurs d’enfiler des chaussons de protection ou de retirer leurs souliers. Le ton de l’installation est donné. Aussitôt après le passage derrière les rideaux, le spectateur, charlottes aux pieds, se trouve plongé dans un univers pour le moins déconcertant. Murs couleur prune, motifs imprimés à même la moquette abricot, et sculptures énigmatiques. Des voix se font entendre avant que le curieux n’ait eu le temps de se reprendre : de jeunes anglophones discutent de tout et de rien, jusqu’à ce que le son de leur conversation futile soit recouvert par des chansons d’amour larmoyantes.  

 

Quelques pas vers l’avant et la perspective change diamétralement. À la manière des anamorphoses des Ambassadeurs de Hans Holbein le Jeune ou de Georges Rousse, les motifs du sol se déforment – l’effet impressionnant de 3D qu’ils produisaient disparaît et est remplacé par le sentiment singulier d’être dépassé par les événements, ou plutôt, par l’art.

 

Chaque œuvre fonctionne en duo avec une autre et dialogue avec elle. La Dark Lady va de pair avec le moteur rutilant et démesuré, Touch it, bring it, babe, watch it, turn it, leave it, stop, format it, touch it, bring it, babe, watch it, turn it, leave it, stop, format it​ avec le bonhomme musclé, et Our Love will last forever avec le costume suspendu au cintre.

 

Une expérience totale et intense à découvrir jusqu’au 12 mars.

 

The Smile of A Snake, George Henry Longly, galerie Valentin, 9, rue Saint-Gilles, Paris IIIe, www.galeriechezvalentin.com 

 

Vues de l'exposition “The smile of a snake” Valentin, Paris, France, 2016. © Sylvie Chan-Liat / Courtesy of the artist and Valentin, Paris

La galerie Kamel Mennour dévoile les secrets de ses plus grands artistes
909

La galerie Kamel Mennour dévoile les secrets de ses plus grands artistes

Numéro art Suite à sa fermeture provisoire, la galerie Kamel Mennour propose chaque semaine à son public de revisiter l'œuvre de l'un de ses artistes à travers la mise en ligne d'un contenu exclusif – publications, vidéos, articles, archives... Pour commencer, celle-ci se concentre sur le Français François Morellet, représentant majeur de l'abstraction géométrique auquel la galerie parisienne consacrait une exposition d'ampleur depuis le 23 janvier dernier.  Suite à sa fermeture provisoire, la galerie Kamel Mennour propose chaque semaine à son public de revisiter l'œuvre de l'un de ses artistes à travers la mise en ligne d'un contenu exclusif – publications, vidéos, articles, archives... Pour commencer, celle-ci se concentre sur le Français François Morellet, représentant majeur de l'abstraction géométrique auquel la galerie parisienne consacrait une exposition d'ampleur depuis le 23 janvier dernier. 

Wim Wenders donne vie aux personnages d'Edward Hopper
876

Wim Wenders donne vie aux personnages d'Edward Hopper

Art Inaugurée le 26 janvier dernier, la grande exposition monographique consacrée à Edward Hopper à la fondation Beyeler a été contrainte de fermer ses portes plus tôt que prévu. À cette occasion, le musée suisse avait commandé un projet inédit : un court-métrage en 3D inspiré par les toiles du peintre américain et signé par le réalisateur allemand Wim Wenders.   Inaugurée le 26 janvier dernier, la grande exposition monographique consacrée à Edward Hopper à la fondation Beyeler a été contrainte de fermer ses portes plus tôt que prévu. À cette occasion, le musée suisse avait commandé un projet inédit : un court-métrage en 3D inspiré par les toiles du peintre américain et signé par le réalisateur allemand Wim Wenders.  

Advertising
Jon Rafman, Arthur Jafa... découvrez en vidéo leurs plus folles expositions
188

Jon Rafman, Arthur Jafa... découvrez en vidéo leurs plus folles expositions

Art Sous un format nouveau, la collectionneuse allemande Julia Stoschek revient de manière quotidienne sur les œuvres qui ont rythmé les saisons de sa fondation dédiée à l'art contemporain. De Jon Rafman, à Rindon Johnson en passant par Tobias Zielony, retrouvez en vidéo les travaux de ces artistes exposés par la collection, entre Berlin et Düsseldorf. Sous un format nouveau, la collectionneuse allemande Julia Stoschek revient de manière quotidienne sur les œuvres qui ont rythmé les saisons de sa fondation dédiée à l'art contemporain. De Jon Rafman, à Rindon Johnson en passant par Tobias Zielony, retrouvez en vidéo les travaux de ces artistes exposés par la collection, entre Berlin et Düsseldorf.

Revivez le New York des années 90 depuis une fenêtre de Manhattan
890

Revivez le New York des années 90 depuis une fenêtre de Manhattan

Numéro art Durant l'hiver 1994-1995, l'artiste Wolfgang Tillmans prend sa caméra pour filmer depuis son appartement la vie de sa rue de Manhattan sur plusieurs semaines. Intitulé “14th Street”, le film de 28 minutes qui en découle est actuellement accessible gratuitement jusqu'à lundi prochain sur l'initiative du WIELS. Le centre d'art contemporain de Bruxelles, qui accueillait la première exposition personnelle du photographe allemand jusqu'à sa fermeture imposée par la pandémie de Covid-19, proposera chaque semaine un film réalisé par un artiste en libre accès sur Vimeo.  Durant l'hiver 1994-1995, l'artiste Wolfgang Tillmans prend sa caméra pour filmer depuis son appartement la vie de sa rue de Manhattan sur plusieurs semaines. Intitulé “14th Street”, le film de 28 minutes qui en découle est actuellement accessible gratuitement jusqu'à lundi prochain sur l'initiative du WIELS. Le centre d'art contemporain de Bruxelles, qui accueillait la première exposition personnelle du photographe allemand jusqu'à sa fermeture imposée par la pandémie de Covid-19, proposera chaque semaine un film réalisé par un artiste en libre accès sur Vimeo. 

Plongez dans les paysages liquides d'Alexandre Lenoir à la galerie Almine Rech
567

Plongez dans les paysages liquides d'Alexandre Lenoir à la galerie Almine Rech

Numéro art Âgé de 28 ans, l'artiste Alexandre Lenoir peint à l'échelle 1 des paysages à la frontière de la figuration et de l'abstraction. Le 7 mars, ce Français diplômé des Beaux-arts de Paris inaugurait sa toute première exposition monographique à la galerie Almine Rech. Bien que de nombreuses galeries aient été contraintes de fermer leurs portes au public, Numéro s'est entretenu avec l'artiste afin de revivre son exposition virtuellement.  Âgé de 28 ans, l'artiste Alexandre Lenoir peint à l'échelle 1 des paysages à la frontière de la figuration et de l'abstraction. Le 7 mars, ce Français diplômé des Beaux-arts de Paris inaugurait sa toute première exposition monographique à la galerie Almine Rech. Bien que de nombreuses galeries aient été contraintes de fermer leurs portes au public, Numéro s'est entretenu avec l'artiste afin de revivre son exposition virtuellement. 

Grayson Perry vous apprend à devenir artistes
709

Grayson Perry vous apprend à devenir artistes

Art Afin d’occuper son public en cette période de confinement, la chaîne britannique Channel 4 a invité l’artiste Grayson Perry à animer une nouvelle émission dont l’objet est d’apprendre à faire de l’art. Une initiative qui invite les téléspectateurs à produire leurs propres œuvres chez eux et même à les exposer plus tard. Afin d’occuper son public en cette période de confinement, la chaîne britannique Channel 4 a invité l’artiste Grayson Perry à animer une nouvelle émission dont l’objet est d’apprendre à faire de l’art. Une initiative qui invite les téléspectateurs à produire leurs propres œuvres chez eux et même à les exposer plus tard.



Advertising