Advertising
99

L'artiste Anish Kapoor fait sensation à Versailles

 

Rencontre exclusive avec le célèbre artiste britannique Anish Kapoor qui assiège cet été le château de Versailles. Ses installations monumentales suscitent déjà la polémique et l’engouement du public.

Dirty Corner, membrane ouverte de plus de 10 mètres de haut au milieu des jardins du château de Versailles.

Portrait Peter Lindbergh

Il en va aujourd’hui de l’art comme de la musique. Si la production des artistes est soumise à la critique, et que cette critique aide à les connaître et à comprendre leur démarche, dans certains cas, elle demeure cependant inopérante. Peu se risqueraient à analyser sérieusement le dernier album de Lady Gaga ou de Rihanna. On préférera s’intéresser au “phénomène”, aux records de ventes et de followers sur Twitter, aux “stratégies marketing”, vidéos et autres robes de créateur. Le monde de l’art, lui aussi, a ses pop stars. Elles ne portent pas encore de tenues excentriques mais leur succès – d’abord sur le marché de l’art puis auprès du grand public – leur confère, si ce n’est une légitimité incontestée, du moins une notoriété et un rayonnement mondiaux. Anish Kapoor, à l’instar de Jeff Koons ou de Damien Hirst, fait partie de ces happy few. Comme Lady Gaga ou Miley Cyrus, ces trois grands noms s’appuient sur deux logiques des plus efficaces : faire toujours plus grand (la star se doit par essence d’atteindre le ciel), mais aussi provoquer la controverse (la star a toujours fait parler, des astronomes aux voyantes en passant par les marins du Moyen Âge).

Je veux perturber cet objet géométrique aux perspectives parfaites qui renvoie à l’idée d’éternité pour y insérer la Nature véritable, celle qui implique le désordre, la mort, la décomposition et l’abject.

Sky Mirror, face au château de Versailles dans les jardins.

Pour l’heure, la grande rétrospective Koons au Centre Pompidou a battu des records d’affluence pour un artiste vivant (plus de 650 000 visiteurs) et c’est Anish Kapoor qui se voit invité à s’installer dans les jardins du château de Versailles. L’artiste britannique d’origine indienne est coutumier des projets d’envergure. Son Leviathan de 12 tonnes et de 35 mètres, tout en rondeur futuriste, avait séduit 280 000 visiteurs au Grand Palais en 2011. Afin de promouvoir son projet versaillais, Anish Kapoor le présente en avant-première : “L’idée de mon intervention à Versailles, déclame-t-il, n’est pas d’y déposer simplement quelques-unes de mes œuvres, comme des décorations. Le lieu n’a vraiment pas besoin d’être décoré. Ce qui m’intéresse, c’est de mettre sens dessus dessous les jardins de Le Nôtre. Je veux perturber cet objet géométrique aux perspectives parfaites qui renvoie à l’idée d’éternité pour y insérer la Nature véritable, celle qui implique le désordre, la mort, la décomposition et l’abject.” L’idée est évidemment ici de faire événement.

Un orifice comme une béance vaginale fait face au château. La structure phallique, symbole du pouvoir, se confronte à la puissance féminine issue des entrailles de la Terre.

Shooting into the Corner, oeuvre installée dans la salle du Jeu de paume à Versailles.

Anish Kapoor présente son intervention majestueuse au sein du Tapis vert, ce parterre de pelouse de 335 mètres de long. S'y trouve une vaste membrane tel un vagin rougeoyant de 60 mètres de long et de 10 mètres de haut, qui n’est pas sans rappeler son installation Marsyas dans le Turbine Hall de la Tate Modern en 2002. Un orifice comme une béance vaginale fait face au château. La structure phallique, symbole du pouvoir, se confronte à la puissance féminine issue des entrailles de la Terre. Puisque Anish Kapoor semble décidé à tirer à boulets rouges sur ce symbole éternel du pouvoir et de l’État qu’est Versailles, il ne pouvait trouver meilleur appui que son œuvre Shooting into the Corners (2009). Installé dans l’historique salle du Jeu de paume, son canon projette sur l’un des coins de salle (protégé d’un mur blanc, que les conservateurs en tout genre se rassurent) des pelotes de cire rouge de 5 à 6 kilos, qui s’y fracassent. Sanglant.

 

Par Thibaut Wychowanok

 

Anish Kapoor au château de Versailles, du 9 juin au 1 novembre.

 

 Retrouvez cet article dans son intégralité dans le Numéro 164, disponible actuellement en kiosque et sur iPad.

→ Abonnez-vous au magazine Numéro
→ Abonnez-vous à l'application iPad Numéro

 

Un tableau de Matisse ressuscité par une collection de design
798

Un tableau de Matisse ressuscité par une collection de design

Design En parallèle des salons Maison & Objet et de Paris Déco Home et en hommage au tableau La musique d'Henri Matisse, la maison française de design Maison Matisse dévoile cette semaine sa nouvelle collection de pièces en céramique du même nom, créée avec la jeune designer franco-polonaise Marta Bakowski. En parallèle des salons Maison & Objet et de Paris Déco Home et en hommage au tableau La musique d'Henri Matisse, la maison française de design Maison Matisse dévoile cette semaine sa nouvelle collection de pièces en céramique du même nom, créée avec la jeune designer franco-polonaise Marta Bakowski.

Le design s'invite sur les rochers d’Étretat avec Franck Genser
899

Le design s'invite sur les rochers d’Étretat avec Franck Genser

Design Le designer français dévoile ses créations à travers une série de clichés du photographe Rid Burman capturés au milieu des paysages oniriques de Normandie. Le designer français dévoile ses créations à travers une série de clichés du photographe Rid Burman capturés au milieu des paysages oniriques de Normandie.

Advertising
Plongée dans le théâtre fantastique de Tim Walker
379

Plongée dans le théâtre fantastique de Tim Walker

Numéro art Pour sa plus grande rétrospective à ce jour –présentée jusqu’au 8 mars au Victoria and Albert Museum, à Londres – l’illustre photographe de mode britannique Tim Walker a lui-même orchestré la présentation de son travail, appuyé par une scénographie épatante. Retour sur un fantastique voyage au cœur de l'œuvre de ce maître de l'image, rythmé par ses célèbres mises en scène oniriques, gourmandes voire érotiques, mais également dix séries inédites inspirées par des artefacts issus de la vaste collection du musée. Pour sa plus grande rétrospective à ce jour –présentée jusqu’au 8 mars au Victoria and Albert Museum, à Londres – l’illustre photographe de mode britannique Tim Walker a lui-même orchestré la présentation de son travail, appuyé par une scénographie épatante. Retour sur un fantastique voyage au cœur de l'œuvre de ce maître de l'image, rythmé par ses célèbres mises en scène oniriques, gourmandes voire érotiques, mais également dix séries inédites inspirées par des artefacts issus de la vaste collection du musée.

Paul Pouvreau, le photographe qui transforme les sacs plastique en fleurs
756

Paul Pouvreau, le photographe qui transforme les sacs plastique en fleurs

Art Jusqu’au 18 janvier, la galerie les Douches présente une sélection d'œuvres du photographe français Paul Pouvreau. Parmi elles, sa dernière série “Les invasives” fait écho aux enjeux écologiques contemporains avec des natures mortes surprenantes.  Jusqu’au 18 janvier, la galerie les Douches présente une sélection d'œuvres du photographe français Paul Pouvreau. Parmi elles, sa dernière série “Les invasives” fait écho aux enjeux écologiques contemporains avec des natures mortes surprenantes. 

Qui est Tom Rubnitz, le vidéaste queer le plus kitsch des années 80 ?
436

Qui est Tom Rubnitz, le vidéaste queer le plus kitsch des années 80 ?

Numéro art Immergé dans la scène queer et underground new-yorkaise des années 80, l'artiste Tom Rubnitz a capturé la frénésie, l'humour et l'esthétique décalée de l'époque dans ses vidéos aussi drôles que saugrenues. Ce samedi 11 janvier, une sélection de ses films seront projetés dans l'artist run-space Goswell Road, à Paris, durant tout l'après-midi.  Immergé dans la scène queer et underground new-yorkaise des années 80, l'artiste Tom Rubnitz a capturé la frénésie, l'humour et l'esthétique décalée de l'époque dans ses vidéos aussi drôles que saugrenues. Ce samedi 11 janvier, une sélection de ses films seront projetés dans l'artist run-space Goswell Road, à Paris, durant tout l'après-midi. 

100 000 œuvres d'art désormais en libre accès sur Internet
739

100 000 œuvres d'art désormais en libre accès sur Internet

Numéro art Ce mercredi, 14 musées de la ville de Paris ont fait une grande annonce : sur le site de Paris Musées, il est désormais possible de télécharger en libre accès plus de 100 000 reproductions numériques d’œuvres d’arts issues de leur collection. Ce mercredi, 14 musées de la ville de Paris ont fait une grande annonce : sur le site de Paris Musées, il est désormais possible de télécharger en libre accès plus de 100 000 reproductions numériques d’œuvres d’arts issues de leur collection.



Advertising