99

L'artiste Anish Kapoor fait sensation à Versailles

 

Rencontre exclusive avec le célèbre artiste britannique Anish Kapoor qui assiège cet été le château de Versailles. Ses installations monumentales suscitent déjà la polémique et l’engouement du public.

Dirty Corner, membrane ouverte de plus de 10 mètres de haut au milieu des jardins du château de Versailles.

Portrait Peter Lindbergh

Il en va aujourd’hui de l’art comme de la musique. Si la production des artistes est soumise à la critique, et que cette critique aide à les connaître et à comprendre leur démarche, dans certains cas, elle demeure cependant inopérante. Peu se risqueraient à analyser sérieusement le dernier album de Lady Gaga ou de Rihanna. On préférera s’intéresser au “phénomène”, aux records de ventes et de followers sur Twitter, aux “stratégies marketing”, vidéos et autres robes de créateur. Le monde de l’art, lui aussi, a ses pop stars. Elles ne portent pas encore de tenues excentriques mais leur succès – d’abord sur le marché de l’art puis auprès du grand public – leur confère, si ce n’est une légitimité incontestée, du moins une notoriété et un rayonnement mondiaux. Anish Kapoor, à l’instar de Jeff Koons ou de Damien Hirst, fait partie de ces happy few. Comme Lady Gaga ou Miley Cyrus, ces trois grands noms s’appuient sur deux logiques des plus efficaces : faire toujours plus grand (la star se doit par essence d’atteindre le ciel), mais aussi provoquer la controverse (la star a toujours fait parler, des astronomes aux voyantes en passant par les marins du Moyen Âge).

Je veux perturber cet objet géométrique aux perspectives parfaites qui renvoie à l’idée d’éternité pour y insérer la Nature véritable, celle qui implique le désordre, la mort, la décomposition et l’abject.

Sky Mirror, face au château de Versailles dans les jardins.

Pour l’heure, la grande rétrospective Koons au Centre Pompidou a battu des records d’affluence pour un artiste vivant (plus de 650 000 visiteurs) et c’est Anish Kapoor qui se voit invité à s’installer dans les jardins du château de Versailles. L’artiste britannique d’origine indienne est coutumier des projets d’envergure. Son Leviathan de 12 tonnes et de 35 mètres, tout en rondeur futuriste, avait séduit 280 000 visiteurs au Grand Palais en 2011. Afin de promouvoir son projet versaillais, Anish Kapoor le présente en avant-première : “L’idée de mon intervention à Versailles, déclame-t-il, n’est pas d’y déposer simplement quelques-unes de mes œuvres, comme des décorations. Le lieu n’a vraiment pas besoin d’être décoré. Ce qui m’intéresse, c’est de mettre sens dessus dessous les jardins de Le Nôtre. Je veux perturber cet objet géométrique aux perspectives parfaites qui renvoie à l’idée d’éternité pour y insérer la Nature véritable, celle qui implique le désordre, la mort, la décomposition et l’abject.” L’idée est évidemment ici de faire événement.

Un orifice comme une béance vaginale fait face au château. La structure phallique, symbole du pouvoir, se confronte à la puissance féminine issue des entrailles de la Terre.

Shooting into the Corner, oeuvre installée dans la salle du Jeu de paume à Versailles.

Anish Kapoor présente son intervention majestueuse au sein du Tapis vert, ce parterre de pelouse de 335 mètres de long. S'y trouve une vaste membrane tel un vagin rougeoyant de 60 mètres de long et de 10 mètres de haut, qui n’est pas sans rappeler son installation Marsyas dans le Turbine Hall de la Tate Modern en 2002. Un orifice comme une béance vaginale fait face au château. La structure phallique, symbole du pouvoir, se confronte à la puissance féminine issue des entrailles de la Terre. Puisque Anish Kapoor semble décidé à tirer à boulets rouges sur ce symbole éternel du pouvoir et de l’État qu’est Versailles, il ne pouvait trouver meilleur appui que son œuvre Shooting into the Corners (2009). Installé dans l’historique salle du Jeu de paume, son canon projette sur l’un des coins de salle (protégé d’un mur blanc, que les conservateurs en tout genre se rassurent) des pelotes de cire rouge de 5 à 6 kilos, qui s’y fracassent. Sanglant.

 

Par Thibaut Wychowanok

 

Anish Kapoor au château de Versailles, du 9 juin au 1 novembre.

 

 Retrouvez cet article dans son intégralité dans le Numéro 164, disponible actuellement en kiosque et sur iPad.

→ Abonnez-vous au magazine Numéro
→ Abonnez-vous à l'application iPad Numéro

 

 Qui est Arata Isozaki, le meilleur architecte de l’année ?
786

Qui est Arata Isozaki, le meilleur architecte de l’année ?

Architecture Lauréat du prix Pritzker 2019, le Japonais Arata Isozaki a essaimé ses réalisations dans le monde entier. Habité par un constant désir de renouvellement, il a notamment calqué ses architectures sur le modèle des organismes vivants. Lauréat du prix Pritzker 2019, le Japonais Arata Isozaki a essaimé ses réalisations dans le monde entier. Habité par un constant désir de renouvellement, il a notamment calqué ses architectures sur le modèle des organismes vivants.

Bruno Gironcoli, l’artiste perdu au fond d’un zoo
723

Bruno Gironcoli, l’artiste perdu au fond d’un zoo

Art Ce grand sculpteur autrichien représenta son pays à la Biennale de Venise et enseigna sa discipline à de nombreux artistes. Gigantesques, ses œuvres composées d’une accumulation d’éléments insolites semblent sorties de films de science-fiction et suscitent des réactions tranchées : la répulsion autant que la fascination. Ce grand sculpteur autrichien représenta son pays à la Biennale de Venise et enseigna sa discipline à de nombreux artistes. Gigantesques, ses œuvres composées d’une accumulation d’éléments insolites semblent sorties de films de science-fiction et suscitent des réactions tranchées : la répulsion autant que la fascination.

Alex Israel appelle Batman en plein Marseille
887

Alex Israel appelle Batman en plein Marseille

Art Sur le toit de la Cité radieuse, au MAMO, l’artiste Alex Israel nous plonge au cœur du mythe hollywoodien de Batman. Le légendaire bolide du super-héros, la fameuse Batmobile, y attend, vrombissante, les spectateurs, comme pour réaliser leurs rêves les plus fous. Sur le toit de la Cité radieuse, au MAMO, l’artiste Alex Israel nous plonge au cœur du mythe hollywoodien de Batman. Le légendaire bolide du super-héros, la fameuse Batmobile, y attend, vrombissante, les spectateurs, comme pour réaliser leurs rêves les plus fous.

Rencontre avec l'artiste Seth Price : “Les êtres humains sont des tubes”
678

Rencontre avec l'artiste Seth Price : “Les êtres humains sont des tubes”

Art Combinant clichés volés par téléphone ou macrophotographie de peau, l'artiste new-yorkais Seth Price recycle et redistribue le flux d’images de notre époque et brouille les repères traditionnels de l’art, du goût et de la culture, à travers des œuvres marquées par les nouvelles technologies.  Combinant clichés volés par téléphone ou macrophotographie de peau, l'artiste new-yorkais Seth Price recycle et redistribue le flux d’images de notre époque et brouille les repères traditionnels de l’art, du goût et de la culture, à travers des œuvres marquées par les nouvelles technologies. 

L'obsession de David Hockney pour… la cigarette
564

L'obsession de David Hockney pour… la cigarette

Art Artistes ou créateurs, Numéro plonge dans ses archives à la recherche des obsessions les plus étranges. Artistes ou créateurs, Numéro plonge dans ses archives à la recherche des obsessions les plus étranges.

Jon Rafman, le geek-artist adulé des biennales
655

Jon Rafman, le geek-artist adulé des biennales

Art Son domaine : le digital. Monde virtuel de Second Life ou images issues de Google Street View forment, avec son imagination débordante, le terreau de ses œuvres qui questionnent les passions de notre société. Invité à la 14e Biennale de Sharjah, dans les Émirats arabes unis, Jon Rafman (né en 1981) déploie cette fois-ci en dessins sa vision d’une société dystopique, avant un retour au numérique à la Biennale de Venise. Son domaine : le digital. Monde virtuel de Second Life ou images issues de Google Street View forment, avec son imagination débordante, le terreau de ses œuvres qui questionnent les passions de notre société. Invité à la 14e Biennale de Sharjah, dans les Émirats arabes unis, Jon Rafman (né en 1981) déploie cette fois-ci en dessins sa vision d’une société dystopique, avant un retour au numérique à la Biennale de Venise.