Advertising
99

L'artiste Anish Kapoor fait sensation à Versailles

 

Rencontre exclusive avec le célèbre artiste britannique Anish Kapoor qui assiège cet été le château de Versailles. Ses installations monumentales suscitent déjà la polémique et l’engouement du public.

Dirty Corner, membrane ouverte de plus de 10 mètres de haut au milieu des jardins du château de Versailles.

Portrait Peter Lindbergh

Il en va aujourd’hui de l’art comme de la musique. Si la production des artistes est soumise à la critique, et que cette critique aide à les connaître et à comprendre leur démarche, dans certains cas, elle demeure cependant inopérante. Peu se risqueraient à analyser sérieusement le dernier album de Lady Gaga ou de Rihanna. On préférera s’intéresser au “phénomène”, aux records de ventes et de followers sur Twitter, aux “stratégies marketing”, vidéos et autres robes de créateur. Le monde de l’art, lui aussi, a ses pop stars. Elles ne portent pas encore de tenues excentriques mais leur succès – d’abord sur le marché de l’art puis auprès du grand public – leur confère, si ce n’est une légitimité incontestée, du moins une notoriété et un rayonnement mondiaux. Anish Kapoor, à l’instar de Jeff Koons ou de Damien Hirst, fait partie de ces happy few. Comme Lady Gaga ou Miley Cyrus, ces trois grands noms s’appuient sur deux logiques des plus efficaces : faire toujours plus grand (la star se doit par essence d’atteindre le ciel), mais aussi provoquer la controverse (la star a toujours fait parler, des astronomes aux voyantes en passant par les marins du Moyen Âge).

Je veux perturber cet objet géométrique aux perspectives parfaites qui renvoie à l’idée d’éternité pour y insérer la Nature véritable, celle qui implique le désordre, la mort, la décomposition et l’abject.

Sky Mirror, face au château de Versailles dans les jardins.

Pour l’heure, la grande rétrospective Koons au Centre Pompidou a battu des records d’affluence pour un artiste vivant (plus de 650 000 visiteurs) et c’est Anish Kapoor qui se voit invité à s’installer dans les jardins du château de Versailles. L’artiste britannique d’origine indienne est coutumier des projets d’envergure. Son Leviathan de 12 tonnes et de 35 mètres, tout en rondeur futuriste, avait séduit 280 000 visiteurs au Grand Palais en 2011. Afin de promouvoir son projet versaillais, Anish Kapoor le présente en avant-première : “L’idée de mon intervention à Versailles, déclame-t-il, n’est pas d’y déposer simplement quelques-unes de mes œuvres, comme des décorations. Le lieu n’a vraiment pas besoin d’être décoré. Ce qui m’intéresse, c’est de mettre sens dessus dessous les jardins de Le Nôtre. Je veux perturber cet objet géométrique aux perspectives parfaites qui renvoie à l’idée d’éternité pour y insérer la Nature véritable, celle qui implique le désordre, la mort, la décomposition et l’abject.” L’idée est évidemment ici de faire événement.

Un orifice comme une béance vaginale fait face au château. La structure phallique, symbole du pouvoir, se confronte à la puissance féminine issue des entrailles de la Terre.

Shooting into the Corner, oeuvre installée dans la salle du Jeu de paume à Versailles.

Anish Kapoor présente son intervention majestueuse au sein du Tapis vert, ce parterre de pelouse de 335 mètres de long. S'y trouve une vaste membrane tel un vagin rougeoyant de 60 mètres de long et de 10 mètres de haut, qui n’est pas sans rappeler son installation Marsyas dans le Turbine Hall de la Tate Modern en 2002. Un orifice comme une béance vaginale fait face au château. La structure phallique, symbole du pouvoir, se confronte à la puissance féminine issue des entrailles de la Terre. Puisque Anish Kapoor semble décidé à tirer à boulets rouges sur ce symbole éternel du pouvoir et de l’État qu’est Versailles, il ne pouvait trouver meilleur appui que son œuvre Shooting into the Corners (2009). Installé dans l’historique salle du Jeu de paume, son canon projette sur l’un des coins de salle (protégé d’un mur blanc, que les conservateurs en tout genre se rassurent) des pelotes de cire rouge de 5 à 6 kilos, qui s’y fracassent. Sanglant.

 

Par Thibaut Wychowanok

 

Anish Kapoor au château de Versailles, du 9 juin au 1 novembre.

 

 Retrouvez cet article dans son intégralité dans le Numéro 164, disponible actuellement en kiosque et sur iPad.

→ Abonnez-vous au magazine Numéro
→ Abonnez-vous à l'application iPad Numéro

 

Fantôme ou plug anal, pourquoi l’arbre est une star de l'art
466

Fantôme ou plug anal, pourquoi l’arbre est une star de l'art

Art Présentée à la Fondation Cartier jusqu'au 5 janvier, l'exposition “Nous les arbres” développe une réflexion artistique, théorique et scientifique sur la place des arbres dans notre monde contemporain. Cette actualité rappelle ô combien l'arbre est un sujet crucial de la création artistique contemporaine. Retour sur la façon dont certains artistes en ont fait le cœur de leur pratique. Présentée à la Fondation Cartier jusqu'au 5 janvier, l'exposition “Nous les arbres” développe une réflexion artistique, théorique et scientifique sur la place des arbres dans notre monde contemporain. Cette actualité rappelle ô combien l'arbre est un sujet crucial de la création artistique contemporaine. Retour sur la façon dont certains artistes en ont fait le cœur de leur pratique.

À la foire Asia Now : l’art à l’heure des nouvelles technologies
469

À la foire Asia Now : l’art à l’heure des nouvelles technologies

Art La jeune foire consacrée à l’art contemporain asiatique s’intéresse aux liens entre création et nouvelles technologies à travers une sélection d’œuvres, de performances, de débats et de soirées dont la prochaine se tiendra samedi soir. Au programme : réalité virtuelle, films d’animation 3D, et usages d’Internet…. La jeune foire consacrée à l’art contemporain asiatique s’intéresse aux liens entre création et nouvelles technologies à travers une sélection d’œuvres, de performances, de débats et de soirées dont la prochaine se tiendra samedi soir. Au programme : réalité virtuelle, films d’animation 3D, et usages d’Internet….

Advertising
Avez-vous déjà marché sur de l’or?
1

Avez-vous déjà marché sur de l’or?

Art C’est l’expérience mystique que propose l’artiste Mathias Kiss dans la chapelle de la manufacture des Gobelins dans le XIIIe arrondissement de Paris jusqu’au 4 décembre. C’est l’expérience mystique que propose l’artiste Mathias Kiss dans la chapelle de la manufacture des Gobelins dans le XIIIe arrondissement de Paris jusqu’au 4 décembre.

846

Les incontournables de la FIAC : sac géant et sosie d'Eminem

Art Frénésie au Grand Palais : depuis le 17 octobre, l'immense bâtiment parisien accueille la 46e édition de la Foire Internationale d’Art Contemporain (FIAC), avant-dernière dans ses locaux avant qu'ils ne ferment au public pour d'importants travaux. Cette année, 199 galeries participent à la foire et représentent vingt-neuf pays dans le monde, un record. Focus sur les stands à ne pas manquer. Frénésie au Grand Palais : depuis le 17 octobre, l'immense bâtiment parisien accueille la 46e édition de la Foire Internationale d’Art Contemporain (FIAC), avant-dernière dans ses locaux avant qu'ils ne ferment au public pour d'importants travaux. Cette année, 199 galeries participent à la foire et représentent vingt-neuf pays dans le monde, un record. Focus sur les stands à ne pas manquer.

Performance : Delphine Roche fait danser le sport
856

Performance : Delphine Roche fait danser le sport

Art Le 18 octobre au soir, Delphine Roche présente sa troisième performance “Grégory Alcan” au cœur de l’exposition de l'artiste Johanna Tordjman “Pastèques & Paraboles acte 2 : Welcome to the Republic of Tordjmanistan”, dans la Halle des Blancs Manteaux. Gymnastique, musique et danse se rencontrent dans ce coup de projecteur sur la question des minorités en France. Le 18 octobre au soir, Delphine Roche présente sa troisième performance “Grégory Alcan” au cœur de l’exposition de l'artiste Johanna Tordjman “Pastèques & Paraboles acte 2 : Welcome to the Republic of Tordjmanistan”, dans la Halle des Blancs Manteaux. Gymnastique, musique et danse se rencontrent dans ce coup de projecteur sur la question des minorités en France.

Ugo Rondinone enfante des hommes-totems chez Kamel Mennour
499

Ugo Rondinone enfante des hommes-totems chez Kamel Mennour

Art Pour sa première exposition personnelle chez Kamel Mennour, l’artiste suisse Ugo Rondinone prend possession des trois adresses parisiennes du galeriste. Une large sélection de sculptures, célébrant la vie et sa dimension sacrée. Pour sa première exposition personnelle chez Kamel Mennour, l’artiste suisse Ugo Rondinone prend possession des trois adresses parisiennes du galeriste. Une large sélection de sculptures, célébrant la vie et sa dimension sacrée.