Advertising
183

Art Diary

 

Chronique d'un reporter infiltré à Venise. Par Nicolas Trembley.

L’ouverture de la Biennale de Venise est toujours le théâtre de scènes  plus ou moins cocasses. Le Lion d’or, cette année, revient à la Fondation Prada, dont le ponton plein d’invités s’est affaissé dans le Grand Canal lors du vernissage de l’exposition Portable Classic (il n’était pas ici question de sacs, mais de sculptures antiques). Cela a beaucoup amusé les locaux, et la presse a titré : “Tutti i VIP nell’acqua per Prada”. Rien de grave, pas de noyade, mais sans doute une bonne moisson de streptocoques.

 

Le commissaire général de la Biennale, Okwui Enwezor, d’origine nigériane, a  intitulé cette 56e édition All the World’s Futures. Dans l’arène centrale du pavillon international avait lieu, chaque matin, une lecture des pages du Capital de Karl Marx. “Quoi ? une Biennale de communistes ?” Aux manettes de ce projet : l’artiste Isaac Julien, dont le nouveau film était – de façon un peu incongrue – sponsorisé par Rolls-Royce. Devenue un événement mondain, la Biennale fait le grand écart entre des propositions radicales et politiques (migrations, révoltes, racisme, répartition injuste des biens) et son public toujours  plus nombreux, plus riche, qui fait de cette manifestation la plus lucrative de la lagune (bien plus que la Mostra de cinéma ou que le carnaval). Mais, dans l’art, la politique a ses limites institutionnelles, et le pavillon islandais conçu par le Suisse Christoph Büchel – qui avait transformé une église désaffectée en mosquée – a été fermé au bout de deux semaines. De même, les films du collectif syrien Abounaddara, pourtant récompensés d’une mention spéciale, n’ont jamais été diffusés. Le collectif s’est retiré de la Biennale (on peut consulter ses films à l’adresse suivante : http://vimeo.com/126950191).

 

“C’est l’arnaque”, entend-on assez souvent dans la foule, mais pas pour  les mêmes raisons, car les Vénitiens n’hésitent pas à quadrupler les prix pendant les journées professionnelles précédant l’ouverture officielle...

 

[...]

 

Par Nicolas Trembley

 

 

Retrouvez cet article dans son intégralité dans le Numéro 165, disponible actuellement en kiosque et sur iPad.
→ Abonnez-vous au magazine Numéro
→ Abonnez-vous à l'application iPad Numéro

  • Photo Jessica Craig-Martin
Fendi transporte dans une Rome onirique à Design Miami
798

Fendi transporte dans une Rome onirique à Design Miami

Design Après avoir dévoilé cette semaine une collaboration inédite avec le parfumeur Francis Kurkdjian et un nouveau modèle de son célèbre sac Baguette, la maison italienne Fendi révèle une nouvelle surprise à l’occasion de la foire Design Miami : un stand exceptionnel réalisé avec les designers suisses Kueng Caputo.    Après avoir dévoilé cette semaine une collaboration inédite avec le parfumeur Francis Kurkdjian et un nouveau modèle de son célèbre sac Baguette, la maison italienne Fendi révèle une nouvelle surprise à l’occasion de la foire Design Miami : un stand exceptionnel réalisé avec les designers suisses Kueng Caputo.   

Advertising
Photographe d’exposition, secrets d’un métier de l’ombre
978

Photographe d’exposition, secrets d’un métier de l’ombre

Photographie Talent méconnu, le photographe d’exposition a le rôle délicat de comprendre l’artiste, tout en s’éclipsant, pour mettre en lumière son œuvre. Rencontre avec cette figure de l’ombre. Talent méconnu, le photographe d’exposition a le rôle délicat de comprendre l’artiste, tout en s’éclipsant, pour mettre en lumière son œuvre. Rencontre avec cette figure de l’ombre.

Révolution pour le plus grand prix artistique britannique
478

Révolution pour le plus grand prix artistique britannique

Numéro art Coup de théâtre dans l'art contemporain : le Turner Prize, prix artistique des plus prestigieux depuis sa création il y a 35 ans, récompense cette année ses quatre nommés. Une décision sans précédent qui fait suite à une demande explicite des artistes. Coup de théâtre dans l'art contemporain : le Turner Prize, prix artistique des plus prestigieux depuis sa création il y a 35 ans, récompense cette année ses quatre nommés. Une décision sans précédent qui fait suite à une demande explicite des artistes.

À quoi ressemblent les peintures de l’architecte Christian de Portzamparc ?
463

À quoi ressemblent les peintures de l’architecte Christian de Portzamparc ?

Numéro art La galerie Kamel Mennour consacre jusqu'au 18 janvier une exposition personnelle à l'immense architecte et urbaniste français Christian de Portzamparc. Mais ici, nulle trace de plans ni de maquettes. À la place, une dizaine de toiles et deux sculptures très récentes, ouvrant sur un pan bien moins connu de son œuvre.  La galerie Kamel Mennour consacre jusqu'au 18 janvier une exposition personnelle à l'immense architecte et urbaniste français Christian de Portzamparc. Mais ici, nulle trace de plans ni de maquettes. À la place, une dizaine de toiles et deux sculptures très récentes, ouvrant sur un pan bien moins connu de son œuvre. 

Passez la nuit dans un tableau d’Edward Hopper
649

Passez la nuit dans un tableau d’Edward Hopper

Numéro art Dormir dans une toile imaginée par le peintre Edward Hopper dans les années 50 : telle est l’idée originale du Virginia Museum of Fine Arts, dans le cadre d’une exposition consacrée à cet artiste américain majeur du XXe siècle. Dormir dans une toile imaginée par le peintre Edward Hopper dans les années 50 : telle est l’idée originale du Virginia Museum of Fine Arts, dans le cadre d’une exposition consacrée à cet artiste américain majeur du XXe siècle.



Advertising