183

Art Diary

 

Chronique d'un reporter infiltré à Venise. Par Nicolas Trembley.

L’ouverture de la Biennale de Venise est toujours le théâtre de scènes  plus ou moins cocasses. Le Lion d’or, cette année, revient à la Fondation Prada, dont le ponton plein d’invités s’est affaissé dans le Grand Canal lors du vernissage de l’exposition Portable Classic (il n’était pas ici question de sacs, mais de sculptures antiques). Cela a beaucoup amusé les locaux, et la presse a titré : “Tutti i VIP nell’acqua per Prada”. Rien de grave, pas de noyade, mais sans doute une bonne moisson de streptocoques.

 

Le commissaire général de la Biennale, Okwui Enwezor, d’origine nigériane, a  intitulé cette 56e édition All the World’s Futures. Dans l’arène centrale du pavillon international avait lieu, chaque matin, une lecture des pages du Capital de Karl Marx. “Quoi ? une Biennale de communistes ?” Aux manettes de ce projet : l’artiste Isaac Julien, dont le nouveau film était – de façon un peu incongrue – sponsorisé par Rolls-Royce. Devenue un événement mondain, la Biennale fait le grand écart entre des propositions radicales et politiques (migrations, révoltes, racisme, répartition injuste des biens) et son public toujours  plus nombreux, plus riche, qui fait de cette manifestation la plus lucrative de la lagune (bien plus que la Mostra de cinéma ou que le carnaval). Mais, dans l’art, la politique a ses limites institutionnelles, et le pavillon islandais conçu par le Suisse Christoph Büchel – qui avait transformé une église désaffectée en mosquée – a été fermé au bout de deux semaines. De même, les films du collectif syrien Abounaddara, pourtant récompensés d’une mention spéciale, n’ont jamais été diffusés. Le collectif s’est retiré de la Biennale (on peut consulter ses films à l’adresse suivante : http://vimeo.com/126950191).

 

“C’est l’arnaque”, entend-on assez souvent dans la foule, mais pas pour  les mêmes raisons, car les Vénitiens n’hésitent pas à quadrupler les prix pendant les journées professionnelles précédant l’ouverture officielle...

 

[...]

 

Par Nicolas Trembley

 

 

Retrouvez cet article dans son intégralité dans le Numéro 165, disponible actuellement en kiosque et sur iPad.
→ Abonnez-vous au magazine Numéro
→ Abonnez-vous à l'application iPad Numéro

  • Photo Jessica Craig-Martin
David Hockney bat Jeff Koons aux enchères
978

David Hockney bat Jeff Koons aux enchères

Art La toile du peintre David Hockney “Portrait of an Artist (Pool with Two Figures)” a été adjugée près de 80 millions d’euros lors d’une vente aux enchères chez Christie’s New York. Un nouveau record de vente pour un artiste vivant, le Britannique détrône Jeff Koons et son “Balloon Dog (Orange)”. La toile du peintre David Hockney “Portrait of an Artist (Pool with Two Figures)” a été adjugée près de 80 millions d’euros lors d’une vente aux enchères chez Christie’s New York. Un nouveau record de vente pour un artiste vivant, le Britannique détrône Jeff Koons et son “Balloon Dog (Orange)”.

Cooper Jacoby : couleurs candides pour œuvres malades à la galerie High Art
978

Cooper Jacoby : couleurs candides pour œuvres malades à la galerie High Art

Art L’artiste Cooper Jacoby expose à la galerie High Art (Paris IX) jusqu’au 24 novembre prochain. L'Américain explore le concept d’usure et se penche sur la fragilité des corps, nécrosés par des germes imperceptibles. L’artiste Cooper Jacoby expose à la galerie High Art (Paris IX) jusqu’au 24 novembre prochain. L'Américain explore le concept d’usure et se penche sur la fragilité des corps, nécrosés par des germes imperceptibles.

La jeune scène artistique envahit le Montana pour une soirée le 17 novembre
897

La jeune scène artistique envahit le Montana pour une soirée le 17 novembre

Art Artistes et Dj investissent le Montana samedi 17 novembre pour une nuit unique et sauvage, où art, mode et musique se mêleront dans une ambiance 100% berlinoise. Une programmation exceptionnelle orchestrée par le label Span Records et le collectif Undrglobe, qui s’associent pour une exposition d’art inédite.  Artistes et Dj investissent le Montana samedi 17 novembre pour une nuit unique et sauvage, où art, mode et musique se mêleront dans une ambiance 100% berlinoise. Une programmation exceptionnelle orchestrée par le label Span Records et le collectif Undrglobe, qui s’associent pour une exposition d’art inédite. 

Que pouvait-on découvrir sur l'art contemporain africain à la foire AKAA ?
847

Que pouvait-on découvrir sur l'art contemporain africain à la foire AKAA ?

Art Plus grande foire en France dédiée à l’art contemporain africain, AKAA a réuni pendant trois jours plus 130 artistes, dont les œuvres ont été exposées par une cinquantaine de galeries, au Carreau du Temple, à Paris. Une troisième édition conclue avec succès, marquée par de nombreux talents émergents et de nouvelles galeries. Plus grande foire en France dédiée à l’art contemporain africain, AKAA a réuni pendant trois jours plus 130 artistes, dont les œuvres ont été exposées par une cinquantaine de galeries, au Carreau du Temple, à Paris. Une troisième édition conclue avec succès, marquée par de nombreux talents émergents et de nouvelles galeries.

Maurizio Cattelan s’attaque à la copie (dans l’art) à l’invitation de Gucci
978

Maurizio Cattelan s’attaque à la copie (dans l’art) à l’invitation de Gucci

Art Toujours plus engagé dans son soutien à l’art contemporain, Gucci et son directeur de la création Alessandro Michele ont invité Maurizio Cattelan à imaginer une exposition explosive à Shanghai. L’artiste provocateur et irrévérencieux y propose une réflexion sur la notion de copie et offre une œuvre inédite : une reproduction de la chapelle Sixtine. Toujours plus engagé dans son soutien à l’art contemporain, Gucci et son directeur de la création Alessandro Michele ont invité Maurizio Cattelan à imaginer une exposition explosive à Shanghai. L’artiste provocateur et irrévérencieux y propose une réflexion sur la notion de copie et offre une œuvre inédite : une reproduction de la chapelle Sixtine.

Au musée Salvatore Ferragamo : comment l’Italie a influencé Hollywood ?
850

Au musée Salvatore Ferragamo : comment l’Italie a influencé Hollywood ?

Art Au sein de son musée florentin, la maison Salvatore Ferragamo célèbre les années californiennes de son fondateur. L’occasion de mettre en lumière l’influence exercée par l’Italie sur le Hollywood des années 20. Au sein de son musée florentin, la maison Salvatore Ferragamo célèbre les années californiennes de son fondateur. L’occasion de mettre en lumière l’influence exercée par l’Italie sur le Hollywood des années 20.