Il y a quelques jours, l’une des plages du littoral du monde d’Animal Crossing a en effet accueilli des rochers disposés les uns à la suite pour former une spirale : une référence non dissimulée à la Spiral Jetty de Robert Smithson (1970), installation monumentale faite de pierres déposées dans le Grand Lac Salé de l’Utah et considérée aujourd’hui comme l’œuvre la plus célèbre du Land art. Plus loin sur l’île d’Animal Crossing, une plage parsemée de parapluies à pois évoque le projet The Umbrellas de Christo et Jeanne Claude (1991), un autre clin d’œil de Shing Yin Khor à ce mouvement artistique. Chaque installation recréée par l’artiste dans le jeu est accessible pour les joueurs qui souhaitent se connecter dans ces paysages : ceux-ci peuvent ainsi faire le tour d’un groupe de réverbères évoquant l’installation Urban Light de Chris Burden (2008), ou encore s’installer sur une chaise face à un avatar de Marina Abramović en robe rouge dans une disposition inspirée par sa performance The Artist is Present (2012).

 

Amusante et ludique, cette initiative apparaît aussi comme un hommage au monde de l’art actuellement au ralenti avec des expositions aux portes closes, incitant la plupart des musées à proposer du contenu virtuel. De son côté, Shing Yin Khor ne semble pas s’arrêter là : dimanche dernier, l’artiste dévoilait un trou creusé dans le sol, présenté comme une reproduction de l’œuvre Descent Into Limbo, le célèbre gouffre sans fond peint en noir par Anish Kapoor et présenté pour la première fois en 1992 lors de la Documenta 9.