Advertising
453

Rencontre avec Tobias Madison, électron libre de l’art contemporain

 

Vidéaste, comédien, écrivain, curateur... L’artiste suisse investit tous les médiums pour s’interroger sur le monde.

Poster du projet théâtral La Marie-Vison auquel a participé l’artiste à la Kunsthalle de Zurich en 2015.

Lors de la dernière FIAC, sur le stand de la Galerie Francesca Pia, l’artiste suisse Tobias Madison diffusait sur un vieux moniteur une vidéo tournée en 2015, le jour de ses 30 ans, avec son téléphone. Filmés au ralenti et en gros plan : les visages très fatigués de ses amis en fin de soirée. Constamment en train d’expérimenter, Madison collecte de l’information, la digère, puis la traduit dans un nouveau langage, à la façon d’un surdoué. Curateur – c’est l’un des fondateurs du fameux espace indépendant bâlois New Jerseyy – écrivain, enseignant, musicien, comédien ou même mannequin pour Brioni, il endosse tous les rôles. Dans le dernier film des United Brothers Inc. – dans lequel l’énergie de l’art contemporain se substitue au nucléaire –, il incarne un producteur d’énergie, un personnage qui lui sied parfaitement.

 

Numéro : Quel est votre parcours?

Tobias Madison : J’ai grandi à Bâle où j’ai brièvement étudié les mathématiques, puis l’histoire de l’art. Plus tard, j’ai étudié la photographie à Zurich, mais je ne suis pas vraiment allé au bout de ces cursus.

 

Comment votre parcours et votre milieu familial ont-ils forgé votre identité?

Je suis issu de la classe ouvrière. Adolescent, je jouais à Warhammer, un jeu de stratégie dans lequel on se trouve à la tête d’une armée de figurines en plomb. On les peignait avec des peintures spéciales qui coûtaient cher, alors mon armée avait toujours un air lamentable. Je jouais contre deux frères jumeaux qui habitaient dans une villa, sur les hauteurs de la ville. Je devais m’y rendre à vélo, mon sac à dos chargé de figurines, sachant que je n’avais aucune chance de gagner. Un jour, après une nouvelle défaite, les jumeaux m’ont emmené jusqu’à leur congélateur et m’ont montré deux mouches qu’ils avaient plongées dans un sommeil cryogénique et auxquelles ils avaient attaché des petits fils. Les mouches se sont réveillées et ils les ont promenées à travers la propriété en les manœuvrant grâce aux fils. Je n’ai plus jamais été le même.

 

Comment définiriez-vous votre pratique artistique?

J’ai été, très jeune, exposé aux notions d’antagonisme ou d’opposition. Et aujourd’hui on retrouve souvent à l’origine de mon travail une forme de refus du contexte actuel, un “non”, qu’il soit politique ou personnel. Je m’intéresse également à ce moment où le langage, écrit ou parlé, parvient à traduire quelque chose. C’est pourquoi l’écriture est l’un de mes médiums favoris, tout comme le chant.

 

À Bâle, vous avez participé à New Jerseyy, et à Zurich, au cinéma AP News, deux espaces autogérés par des artistes. Qu’est-ce qui vous a motivé?

New Jerseyy (2008-2014) était un espace où l’on organisait des expositions, des projections de films et des performances avec des artistes locaux et internationaux. Quant à AP News (2012-2014), il a été conçu comme un cinéma, une salle de concerts et une librairie. Ce lieu était fréquenté par un public très spécifique, il a donc souvent servi de laboratoire pour des projets expérimentaux. On travaillait collectivement sur des films et des idées de performances. Je pense que ces deux espaces sont nés de la nécessité de créer les conditions pour permettre à une certaine scène de s’exprimer.

 

Comment appréhendez-vous l’espace d’exposition ?

Je suis très attentif aux aspects économiques et sociaux qui entourent l’espace d’exposition, et mon travail peut tout à fait prendre en compte l’un de ces paramètres. Récemment, j’ai structuré la logique interne d’une œuvre d’après l’esprit de Francesca Pia, la galeriste qui allait l’exposer. Il s’agissait d’un ensemble de châssis de fenêtre trempés dans l’iode. Ils formaient de paisibles portraits d’un magnifique esprit, qu’on aurait dit sortis d’un conte de fées.

Vous parlez souvent de “fantômes” dans votre travail.  Qu’entendez-vous par là ?

Vous faites peut-être allusion au travail dans lequel j’imaginais des partitions de mouvements dérivés du théâtre de nô. Je pense qu’on peut envisager une série d’œuvres comme un cadre, avec un ensemble d’actions et d’attitudes possibles à l’intérieur de ce cadre. Il est alors intéressant d’avoir en son sein quelque chose qui agisse comme un fantôme, quelque chose qui n’a pas de sens ou qui ne suit pas les règles habituelles.

 

Vous vous intéressez aussi beaucoup à la mode. Vous collectionnez, par exemple, les tenues vintage de designers japonais des années 80.

Longtemps, en effet, je me suis intéressé à la mode, qui fonctionnait comme un uniforme. On a en effet tendance à s’aligner sur la sous-culture dont on partage les idéaux, tels le Black Bloc ou les poppers (la version allemande des mods). Et puis, à un moment, ça ne m’a plus correspondu. La mode est un système de pensée parallèle qui fonctionne très différemment de l’art, et elle n’intervient pas vraiment dans mon travail.

 

 

Vous êtes l’acteur principal d’un film en cours de tournage, réalisé par Tomoo et Ei Arakawa de United Brothers. Quel est votre rôle?

Ce projet a été lancé par Ei et Tomoo Arakawa après la catastrophe de Fukushima. Il explore l’idée selon laquelle l’énergie de l’art contemporain pourrait se substituer à l’énergie nucléaire. Ce film ressemble à une série de science-fiction trash qui serait également une réflexion sur le nucléaire. Le projet s’est organisé grâce à un réseau international d’artistes qui jouent dans le film. C’est aussi une forme de construction communautaire. Beaucoup de gens se rencontrent grâce au tournage (on a déjà filmé à Fukushima, New York, Los Angeles, Hawaï, Paris, Berlin et peut-être dans d’autres villes que j’ai oubliées) et ils continuent à voyager ensemble. J’ai le rôle du “Westside Energy Maker”, l’un des quatre êtres mystiques qui chargent leur art d’énergie et le mettent au service de la lutte contre toutes sortes de personnages malfaisants.

 

Quels sont vos projets en cours?

Je travaille sur une présentation solo à la Kestnergesellschaft, qui comprendra un film et une vaste exposition. À part ça, en ce moment, j’essaie de me concentrer davantage sur l’écriture. Je donne aussi une master class à Genève et, l’an prochain, je voyagerai avec l’expo et la master class.

 

 

Propos recueillis par Nicolas Trembley, portrait Mathilde Agius

 

Tobias Madison est représenté par les galeries Francesca Pia (Zurich) et Freedman Fitzpatrick (Los Angeles), WWW.FRANCESCAPIA.COM, WWW.FREEDMANFITZPATRICK.COM.

 

L’obsession de Francis Bacon pour... la mythologie
849

L’obsession de Francis Bacon pour... la mythologie

Art Il y a quelques jours, le Centre Pompidou donnait le coup d’envoi de sa grande rétrospective consacrée à l’immense peintre britannique Francis Bacon, figure éminente de l'art pictural au XXe siècle. L’occasion de revenir sur la passion de l’artiste pour la mythologie, que l'on décèle dans un grand nombre de ses célèbres tableaux. Il y a quelques jours, le Centre Pompidou donnait le coup d’envoi de sa grande rétrospective consacrée à l’immense peintre britannique Francis Bacon, figure éminente de l'art pictural au XXe siècle. L’occasion de revenir sur la passion de l’artiste pour la mythologie, que l'on décèle dans un grand nombre de ses célèbres tableaux.

Le MOCO de Montpellier, nouvelle place forte de l’art contemporain
867

Le MOCO de Montpellier, nouvelle place forte de l’art contemporain

Art Nicolas Bourriaud, le célèbre critique d’art cofondateur du Palais de Tokyo, prend la direction du MOCO de Montpellier, une institution unique en son genre regroupant l’école des beaux-arts, le centre d’art La Panacée et un nouvel espace consacré à l’exposition de collections privées ou publiques. Nicolas Bourriaud, le célèbre critique d’art cofondateur du Palais de Tokyo, prend la direction du MOCO de Montpellier, une institution unique en son genre regroupant l’école des beaux-arts, le centre d’art La Panacée et un nouvel espace consacré à l’exposition de collections privées ou publiques.

Advertising
La rentrée photo en 5 expos : images chimiques et pop art marocain
586

La rentrée photo en 5 expos : images chimiques et pop art marocain

Photographie Sigmar Polke, Ernst Haas, Hassan Hajjaj… En ce mois de septembre, plusieurs galeries et institutions parisiennes mettent la création photographique à l’honneur. Des expérimentations chimiques de Sigmar Polke au BAL aux paysages mélancoliques de Todd Hido à la galerie Les filles du calvaire en passant par les portraits “pop” et colorés de Hassan Hajjaj à la MEP, découvrez cinq expositions photo de la rentrée. Sigmar Polke, Ernst Haas, Hassan Hajjaj… En ce mois de septembre, plusieurs galeries et institutions parisiennes mettent la création photographique à l’honneur. Des expérimentations chimiques de Sigmar Polke au BAL aux paysages mélancoliques de Todd Hido à la galerie Les filles du calvaire en passant par les portraits “pop” et colorés de Hassan Hajjaj à la MEP, découvrez cinq expositions photo de la rentrée.

Qui est la nouvelle artiste invitée par la Collection Pinault ?
890

Qui est la nouvelle artiste invitée par la Collection Pinault ?

Art Depuis 2016, la Collection Pinault offre à des artistes une résidence dans la région de Lens, au cours de laquelle ils pourront être amenés à expérimenter et réaliser pendant plusieurs mois en s’inspirant du patrimoine et des ressources locales. De septembre 2019 à juin 2020, c'est l'artiste française Bertille Bak qui sera invitée à explorer les ressources de la région pour nourrir une recherche inédite. Depuis 2016, la Collection Pinault offre à des artistes une résidence dans la région de Lens, au cours de laquelle ils pourront être amenés à expérimenter et réaliser pendant plusieurs mois en s’inspirant du patrimoine et des ressources locales. De septembre 2019 à juin 2020, c'est l'artiste française Bertille Bak qui sera invitée à explorer les ressources de la région pour nourrir une recherche inédite.

Nicolas Party, de l'animation 3D au pastel coloré
930

Nicolas Party, de l'animation 3D au pastel coloré

Art Alors qu’il n’a pas encore 40 ans, les œuvres de Nicolas Party sont de celles qui s’imposent à nous, irrésistiblement. Son exposition au Modern Institute de Glasgow cet été (du 25 mai au 24 août) en a encore fait la preuve, avant celles, à venir, chez Xavier Hufkens à Bruxelles en novembre, puis chez Hauser & Wirth à Los Angeles en février 2020, expliquant l’ascension fulgurante d’un artiste qui ne fit jamais aucune concession au goût dominant et sut prendre le risque de la liberté. Alors qu’il n’a pas encore 40 ans, les œuvres de Nicolas Party sont de celles qui s’imposent à nous, irrésistiblement. Son exposition au Modern Institute de Glasgow cet été (du 25 mai au 24 août) en a encore fait la preuve, avant celles, à venir, chez Xavier Hufkens à Bruxelles en novembre, puis chez Hauser & Wirth à Los Angeles en février 2020, expliquant l’ascension fulgurante d’un artiste qui ne fit jamais aucune concession au goût dominant et sut prendre le risque de la liberté.

Rencontre avec l'artiste Xinyi Cheng : “La peinture est un médium à la fois très sensible et très puissant”
910

Rencontre avec l'artiste Xinyi Cheng : “La peinture est un médium à la fois très sensible et très puissant”

Art C’est dans l’effervescence du quartier parisien de Belleville que la jeune artiste chinoise Xinyi Cheng a installé son atelier. Elle y peint des portraits chargés de sensualité qui lui ont permis de se distinguer lors de la dernière édition d’Art Basel en remportant le Baloise Art Prize. C’est dans l’effervescence du quartier parisien de Belleville que la jeune artiste chinoise Xinyi Cheng a installé son atelier. Elle y peint des portraits chargés de sensualité qui lui ont permis de se distinguer lors de la dernière édition d’Art Basel en remportant le Baloise Art Prize.



Advertising