222


Commandez-le
Numéro
03

Qui est la personnalité la plus influente du monde de l'art en 2020 ?

Art

Dévoilé aujourd'hui, le très attendu classement annuel de la revue d'art contemporain ArtReview vient d'élire ses 100 personnalités les plus influentes du monde de l'art pour l'an 2020. En tête de cette liste, le mouvement Black Lives Matter fait une entrée remarquée, s'inscrivant dans un contexte plus global de réflexion sur les discriminations raciales et de genre qui gagne désormais l'ensemble du monde de l'art.

  • Emblème du mouvement Black Lives Matter.

Un poing noir levé vigoureusement vers le ciel dont les lignes franches se découpent sur un fond blanc. Emprunté aux Black Panthers, ce signe est désormais l’emblème du mouvement Black Lives Matter né en 2013 aux Etats-Unis. Ce même poing récemment aperçu inscrit sur des pancartes et brandi pendant des semaines par des manifestants du monde entier, réunis pour dénoncer le racisme et les violences policières, vient d’apparaître dans un lieu plutôt surprenant : le haut de la liste des Power 100, établie par la revue artistique de référence ArtReview pour l’an 2020. Dans ce palmarès annuel élisant depuis 2002 cinq dizaines de personnalités, mouvements et autres groupes les plus influents du monde de l’art, Black Lives Matter fait cette année une entrée fracassante et pour le moins symbolique en se plaçant immédiatement en premier de cette prestigieuse sélection. Car le mouvement, animé par la recrudescence des meurtres et agressions racistes aux Etats-Unis et dans le monde et notamment le meurtre très médiatisé de George Floyd par un policier, s’ancre en réalité dans une vague bien plus large de dénonciation des discriminations et du racisme structurel présents dans la toutes les franges de la société.

 

Outre ce numéro 1 remarqué, la sélection des Power 100 d’ArtReview se fait en effet un reflet très éloquent de ce phénomène. Aux côtés de Black Lives Matter dans le peloton de tête, on y retrouve notamment les chercheurs Felwine Sarr et Bénédicte Savoy, dont le rapport pour la restitution du patrimoine africain à ses pays d’origine fait grand bruit depuis deux ans, le poète afro-américain Fred Moten, l’artiste engagé Arthur Jafa, la directrice du Studio Museum de Harlem et militante en faveur des artistes noirs dans les musées Thelma Golden, et même le mouvement #MeToo, ayant éveillé les consciences quant au sexisme encore beaucoup trop présent dans les sphères du pouvoir culturel. Plus qu’un simple constat, le classement très attendu du monde de l’art révèle donc cette année une urgence : celle de faire entrer les questionnements autour de l’identité, de la race et du genre dans les institutions, les galeries, les expositions et les livres afin d’aller vers une diversité et une équité nécessaires, mesurant toutefois les enjeux propres à chaque communauté. La présence haut placée dans la liste de l’écrivaine Saidiya Hartman, puis plus bas du peintre Titus Kaphar, du théoricien du post-colonialisme Achille Mbembé et même de l'école Kourtrajmé, récemment organisatrice d'une exposition au Palais de Tokyo, ne font qu’asseoir la légitimité de ces récits et recherches.

 

Dans le top 20 de cette sélection, on retient également Ruangrupa, le collectif indonésien qui assurera le commissariat de la grande manifestation artistique Documenta en 2022, ainsi que des artistes récemment mis à l’honneur par des expositions majeures à l’instar du vidéaste Britannique Steve McQueen, célébré à la Tate Modern il y a quelques mois ou de la plasticienne chilienne Cecilia Vicuña, à l’affiche au MOCA de Miami fin 2019. Numéro 1 du classement l’an dernier, le directeur du MoMA Glenn D. Lowry est désormais numéro 7, tandis que le curateur star et directeur artistique des Serpentine Galleries Hans Ulrich Obrist est passé en dix-neuvième position et les trois personnalités à la tête du Centre Pompidou – son président Serge Lasvignes, son directeur Bernard Blistène et sa commissaire en chef Christine Macel – en vingt-et-unième position. David Zwirner, Larry Gagosian, Iwan & Manuela Wirth et Marc Payot pour la galerie Hauser & Wirth mais également Emmanuel Perrotin, tous directeurs des galeries d’art contemporain les plus influentes à l'échelle internationale, trouvent une fois de plus leur place dans le classement, à retrouver au complet sur le site et dans le dernier numéro d’ArtReview.

 

 

Découvrez l’intégralité du classement 2020 des Power 100 d’ArtReview ici.