Numero

219


Commandez-le
Numéro

À quoi ressemble la Normandie idéale de David Hockney ?

Art

Cela va faire bientôt deux ans que David Hockney a posé ses valises en pleine campagne normande. Tombé amoureux de cette région française, l'artiste britannique de 83 ans en fait le sujet principal de ses dernières peintures, dont une sélection est exposée jusqu'au 23 décembre à la galerie Lelong & Co. 

  • David Hockney, "Hawthorn Bush in Front of a Very Old and Dying Pear Tree" (2019). Impression jet d’encre sur papier. Édition de 35. 111,7 x 83,8 cm © David Hockney. Crédit photo : Jonathan Wilkinson. Courtesy Galerie Lelong & Co. Paris

  • David Hockney, Normandie (20 mai 2020). © David Hockney. Crédit photo: Jean-Pierre Gonçalves de Lima. Courtesy Galerie Lelong & Co. Paris

  • David Hockney, "The Entrance" (2019). Acrylique sur 2 panneaux (91,4 x 121,9 cm chacun) 91,4 x 243,8 cm © David Hockney. Crédit photo : Richard Schmidt. Courtesy Galerie Lelong & Co. Paris

  • David Hockney, "Apple Tree" (2019). Acrylique sur toile. 91,4 x 121,9 cm © David Hockney. Crédit photo : Richard Schmidt. Courtesy Galerie Lelong & Co. Paris

  • David Hockney, "Trees Mist" (2019). Acrylique sur toile, 91,4 x 121,9 cm © David Hockney. Crédit photo : Richard Schmidt. Courtesy Galerie Lelong & Co. Paris

  • David & Ruby dans l’atelier en Normandie (25 mai 2020) © David Hockney. Crédit photo: Jean-Pierre Gonçalves de Lima. Courtesy Galerie Lelong & Co. Paris

  • David Hockney, "In the Studio" (2019). Impression jet d’encre sur papier. Édition de 35, 86,3 x 109,2 cm © David Hockney. Crédit photo : Jonathan Wilkinson. Courtesy Galerie Lelong & Co. Paris

  • David Hockney, "In Front of House Looking East" (2019). Impression jet d’encre sur papier. Édition de 35. 86,3 x 109,2 cm

1/8

Dans les prés, l’herbe est verte fluo et les toits des maisons rouges vif. Parsemés de petits traits bleu clair, les ciels vibrent aux vagues d'une peinture qui n’est pas sans rappeler les paysages d’un Vincent Van Gogh ou des artistes pointillistes. Derrière ces tableaux colorés, une émotion apparaît : celle ressentie par le peintre britannique David Hockney envers sa région d’adoption, la Normandie, pour laquelle il s'est pris d’affection il y a maintenant deux ans. Après un premier séjour à Honfleur, l’homme de 83 ans décide de poser ses valises dans la campagne normande en mars 2019 pour y aménager son atelier. Dès lors, la région ne cesse de féconder son inspiration picturale, lui soufflant aussi bien les panoramas de ses étendues vertes, les couleurs chatoyantes de ses arbres fruitiers et de ses parterres de fleurs ou encore les lignes graphiques de ses demeures à colombages.

 

 

Puis arrive le confinement. Limité à son atelier et ses alentours, l’artiste vivant le plus cher au monde traduit à l’acrylique sur toile, mais également au doigt sur son iPad, toute la beauté de la nature à la lumière du printemps, comme pour contrebalancer le contexte anxiogène qui domine ce début d’année. David Hockney publie même dans divers médias une lettre ouverte adressée à son amie Ruth Mackenzie, directrice artistique du théâtre du Châtelet. Si cette missive pouvait de prime abord sembler personnelle, elle révèle en réalité un véritable message d’amour destiné à la France et à la Normandie. C’est là tout l’enjeu de la nouvelle exposition consacrée à l’artiste par la galerie Lelong & Co. Jusqu’au 23 décembre, celle-ci présente onze peintures inédites de l’artiste ainsi qu'une série d'impressions sur papier représentant toutes cet environnement qui lui est si cher, où triomphent son regard poétique et contemplatif sur une nature silencieuse appelant le recueillement. Et comme l'énième célébration de cet amour sincère, la galerie édite un catalogue à cette occasion.

 

 

David Hockney, “Ma Normandie”, jusqu’au 23 octobre à la galerie Lelong & Co, Paris 8e.

David Hockney, Normandie (20 mai 2020). © David Hockney. Crédit photo: Jean-Pierre Gonçalves de Lima. Courtesy Galerie Lelong & Co. Paris