Advertising
998

Quels sont les nouveaux territoires à explorer ? Réponse avec “Explorers” à la galerie Suzanne Tarasieve

 

“Explorers, in the Pursuit of the Terra Cognita, Chapitre I” au Loft 19 de la galerie Suzanne Tarasieve est une invitation passionnante à ré-explorer le monde qui nous entoure autrement. Rencontre avec son commissaire Raphaël Giannesini.

Propos recueillis par Clara Bianca

Explorers, In the Pursuit of the Terra Cognita, Chapitre I est une invitation au voyage et à l’investigation contemporaine du quotidien. Au jour où l’Homme a déjà tout sondé, où l’expédition n’a plus lieu d’être et où le désenchantement sévit, Explorers nous convie à une promenade dans un univers connu, certes, mais remis à nu par le regard inassouvi de dix-sept artistes qui, à travers leurs installations (sculpture, dessin, peinture, vidéo, photographie…), nous embarquent dans cette insolite traversée.

 

L’espace d’exposition, situé au Loft 19, Suzanne Tarasievenon loin de Belleville, îlot de verdure dissimulé au bout d’une impasse, rappelle les mews londoniennes. Londres est d’ailleurs le second chapitre de l’entreprise (au Londonewcastle Project Space du 24 au 30 juin). “Nous ne voulions pas que ce soit un moment T. Il fallait que l’aventure en soit une qui se prolonge : nous sommes dans un processus de continuité, dans lequel Paris s’inscrit comme un épisode”, explique Raphaël Giannesini. Commissaire de l’exposition et jeune artiste diplômé de la Central Saint Martins, préoccupé par le thème de l’exploration à titre personnel, il nous raconte la poursuite de la terra cognita.

 

 

Numéro: Pouvez-vous expliquer le choix du titre, Explorers ?

Raphaël Giannesini : Explorer, c’est partir à la recherche de l’inconnu, et trouver des réponses différentes à chaque recherche… L’inconnu change constamment.

La question de l’exploration est particulièrement intéressante aujourd’hui, dans le sens où tous les territoires semblent cartographiés, où l’on “reconnaît” plus que l’on ne “découvre”. Il y a un sentiment de lassitude par rapport à l’inconnu. Avec Internet, par exemple, nous faisons face à l’inconnu au quotidien, et, en conséquence, il devient habituel, jusqu’à ce qu’il s’évapore… Comment les artistes parviennent-ils à repenser et à se réapproprier les possibilités de l’exploration ? Comment aller au-delà du désenchantement pour se réconcilier avec des récits substantiels ? Via une variété de médiums et d’interprétations, l’exposition Explorers invite à faire le chemin inverse, à se lancer dans une aventure insolite, celle du retour aux sources, à l’environnement local, domestique. 

 

 

Comment est né le projet de l’exposition ?

Au début du projet, un livre m’habitait beaucoup : Voyage autour de ma chambre de Xavier de Maistre. Dans ce livre, l’auteur est enfermé pendant deux semaines dans une cellule, et il transforme cette réclusion en “échappatoire” : son lit devient une montagne ; son bureau, une plaine ; son espace, un paysage. Le banal se transfigure pour devenir un horizon différent, inconnu, qui invite à l’exploration. C’est l’imaginaire qui travaille. Voyager ou rester.

À travers cette oscillation, les artistes puisent dans leur pouvoir de métamorphose afin de transformer ce qui est connu en objets ou pensées, qu’ils proposent au visiteur d’observer et de questionner. Pigeons (l’habit ne fait pas le moine), de Rafaela Lopez, traduit précisément cette relation entre l’ailleurs et l’ici : les pélicans et autres volatiles exotiques sont déguisés en pigeons — ce qui crée un sentiment de confusion, et remet ainsi en question ce que l’ailleurs et l’ici pourraient être. Lorsque les deux sont combinés, notre perception du monde est amenée à s’adapter. Ces oiseaux ont une présence très particulière, qui hante le lieu. J’aime spécialement leur inquiétante étrangeté…

 

 

D’où vient cette idée d’interactivité entre Londres et Paris ?

Elle est à la base même du projet. Le principe était d’instaurer un dialogue entre artistes français et anglais. Paris étant une ville de création artistique, et Londres de démonstration, à elles deux, ces capitales ont le monopole en Europe. Ensuite, l’exploration implique un double mouvement : l’aller et le retour. Explorers, c’est le retour, le retour des artistes. Il y a là la question de la documentation d’un souvenir, de ce qu’on découvre et qu’on ne peut rapporter avec soi. C’est dans ce procédé que s’ancre Conall McAteer. Il a effectué des captures d’écran de touristes se prenant en selfie devant les monuments parisiens et londoniens les plus prestigieux. Il devient une sorte d’archéologue du Net, et récupère des éléments afin de les rassembler, de transmettre le sentiment que nous sommes tous des explorateurs, à la recherche de nous-mêmes.

 

Explorers, In the Pursuit of the Terra Cognita,

au Loft 19, Suzanne Tarasieve,

5, passage de l’Atlas, Villa Marcel Lods, Paris XIXe (Belleville),

jusqu’au 25 mai à Paris.

 

Au Londonewcastle Project Space,

28 Redchurch Street, E27DP, Shoreditch,

du 24 au 30 juin à Londres.

 

Instagram d’Explorers.

Comment soutenir les jeunes artistes français affectés par la crise?
698

Comment soutenir les jeunes artistes français affectés par la crise?

Numéro art Ce lundi 1er juin, l’association Artagon et le collectif Les Amis des Artistes ont inauguré un fonds de soutien à l’attention des étudiants en art de France. Particulièrement impactés par la crise sanitaire et les mesures de confinement, ces derniers pourront grâce à des dons et ventes d’œuvres percevoir une aide financière. Ce lundi 1er juin, l’association Artagon et le collectif Les Amis des Artistes ont inauguré un fonds de soutien à l’attention des étudiants en art de France. Particulièrement impactés par la crise sanitaire et les mesures de confinement, ces derniers pourront grâce à des dons et ventes d’œuvres percevoir une aide financière.

Takashi Murakami en 10 personnages fétiches
698

Takashi Murakami en 10 personnages fétiches

Art Véritable superstar de l’art contemporain, Takashi Murakami incarne l’une des figures tutélaires de son devenir esthétique, mercantile et symbolique post-pop art à l’orée du XXIe siècle. Fondateur et représentant du superflat, ce mouvement artistique s’imprégnant de la pop culture nipponne dans ses formes les plus paradoxales, le Japonais ne cesse de mêler dans ses œuvres le caractère féérique et enfantin de l’univers kawaii à des provocations plus trash issues, par exemple, de l’animation japonaise pour adulte. Abolissant les frontières des genres, du sacré et du profane, sa pratique sans complexes assume de mêler l’art à l’industrie de la consommation : à ce titre, l’artiste a réalisé de nombreuses collaborations avec la mode, des plus grandes maisons aux labels de fast fashion, déployant un véritable arsenal de personnages qui constituent aujourd’hui sa signature. Ceux-ci apparaissent aussi bien dans ses peintures, films d’animation, papiers peints ou encore sculptures monumentales érigées dans des espaces publics qu’ils se trouvent dérivés sur des jouets, figurines petit format et peluches. Certains, à l’instar de Mr DOB ou de ses célèbres fleurs aux visages souriants, se sont tant implantés dans l’inconscient collectif qu’ils en sont devenus des emblèmes de la culture visuelle contemporaine. Découvrez en images les 10 personnages phares qui peuplent son imaginaire si singulier. Véritable superstar de l’art contemporain, Takashi Murakami incarne l’une des figures tutélaires de son devenir esthétique, mercantile et symbolique post-pop art à l’orée du XXIe siècle. Fondateur et représentant du superflat, ce mouvement artistique s’imprégnant de la pop culture nipponne dans ses formes les plus paradoxales, le Japonais ne cesse de mêler dans ses œuvres le caractère féérique et enfantin de l’univers kawaii à des provocations plus trash issues, par exemple, de l’animation japonaise pour adulte. Abolissant les frontières des genres, du sacré et du profane, sa pratique sans complexes assume de mêler l’art à l’industrie de la consommation : à ce titre, l’artiste a réalisé de nombreuses collaborations avec la mode, des plus grandes maisons aux labels de fast fashion, déployant un véritable arsenal de personnages qui constituent aujourd’hui sa signature. Ceux-ci apparaissent aussi bien dans ses peintures, films d’animation, papiers peints ou encore sculptures monumentales érigées dans des espaces publics qu’ils se trouvent dérivés sur des jouets, figurines petit format et peluches. Certains, à l’instar de Mr DOB ou de ses célèbres fleurs aux visages souriants, se sont tant implantés dans l’inconscient collectif qu’ils en sont devenus des emblèmes de la culture visuelle contemporaine. Découvrez en images les 10 personnages phares qui peuplent son imaginaire si singulier.

Advertising
Hommage à l'artiste Christo en 5 emballages époustouflants
609

Hommage à l'artiste Christo en 5 emballages époustouflants

Numéro art Ce dimanche 31 mai s’éteignait l’artiste Christo à l'âge de 84 ans. Devenu célèbre dès les années 60 avec sa compagne Jeanne-Claude pour leurs installations monumentales éphémères utilisant le tissu pour empaqueter, recouvrir ou délimiter des espaces publics, ce Bulgare devait justement inaugurer en 2021 l’un de ses plus ambitieux projets : l’emballage de l’Arc de Triomphe. L’occasion de revenir sur 5 des œuvres les plus impressionnantes de sa longue carrière. Ce dimanche 31 mai s’éteignait l’artiste Christo à l'âge de 84 ans. Devenu célèbre dès les années 60 avec sa compagne Jeanne-Claude pour leurs installations monumentales éphémères utilisant le tissu pour empaqueter, recouvrir ou délimiter des espaces publics, ce Bulgare devait justement inaugurer en 2021 l’un de ses plus ambitieux projets : l’emballage de l’Arc de Triomphe. L’occasion de revenir sur 5 des œuvres les plus impressionnantes de sa longue carrière.

Musées, fondations : quelles expositions visiter dès aujourd’hui ?
709

Musées, fondations : quelles expositions visiter dès aujourd’hui ?

Numéro art Si les institutions culturelles françaises n’ont pas encore toutes rouvert leurs portes, le déconfinement progressif du monde de l’art permet de découvrir au compte-gouttes des expositions avortées, raccourcies ou reportées. Après une sélection concentrée sur les galeries parisiennes, il est désormais l’heure pour Numéro de parcourir les programmations de quelques musées, fondations et autres centres d’art dans toute la France, mais aussi en Belgique et en Suisse. Découvrez dix expositions à visiter dès maintenant, à l’exception de deux d’entre elles qui ouvriront au public dès les premiers jours du mois de juin. Si les institutions culturelles françaises n’ont pas encore toutes rouvert leurs portes, le déconfinement progressif du monde de l’art permet de découvrir au compte-gouttes des expositions avortées, raccourcies ou reportées. Après une sélection concentrée sur les galeries parisiennes, il est désormais l’heure pour Numéro de parcourir les programmations de quelques musées, fondations et autres centres d’art dans toute la France, mais aussi en Belgique et en Suisse. Découvrez dix expositions à visiter dès maintenant, à l’exception de deux d’entre elles qui ouvriront au public dès les premiers jours du mois de juin.

Où se tiendra la première biennale d'art curatée par un robot?
609

Où se tiendra la première biennale d'art curatée par un robot?

Numéro art Si l'inauguration de sa neuvième édition a été reportée au 28 juin prochain, la Biennale d'art contemporain de Bucarest promet déjà de marquer l'histoire en 2022. Avec le concours du studio viennois Spinnwerk, le commissariat de sa dixième édition sera confié à un robot nommé Jarvis, qui parcourra les bases de données afin d'établir une sélection d'artistes et de créateurs exposés ensuite dans une galerie en réalité virtuelle. Un projet curatorial inédit presque intégralement réalisé par l'intelligence artificielle. Si l'inauguration de sa neuvième édition a été reportée au 28 juin prochain, la Biennale d'art contemporain de Bucarest promet déjà de marquer l'histoire en 2022. Avec le concours du studio viennois Spinnwerk, le commissariat de sa dixième édition sera confié à un robot nommé Jarvis, qui parcourra les bases de données afin d'établir une sélection d'artistes et de créateurs exposés ensuite dans une galerie en réalité virtuelle. Un projet curatorial inédit presque intégralement réalisé par l'intelligence artificielle.

Les plus beaux masques signés James Merry
698

Les plus beaux masques signés James Merry

Art Brodeur, illustrateur, designer, plasticien… les qualificatifs pouvant décrire James Merry sont nombreux. Révélé il y a quelques années par ses fleurs et autres plantes brodées à la main sur des pulls de célèbres labels sportswear, le jeune Britannique a rapidement attiré l’attention de la chanteuse Björk, toujours en quête de nouveaux talents afin d’accomplir sa vision artistique. Pour elle, James Merry a réalisé les masques agrémentant les costumes de ses deux derniers albums “Vulnicura” et “Utopia” et de leurs tournées respectives. Devenu depuis son assistant, le créateur réside désormais en Islande où il continue de produire ses prothèses faciales fascinantes alliant poésie et féérie, dont la symbolique prend une couleur tout à fait nouvelle dans la période que nous traversons actuellement. Tour d’horizon de ses plus belles créations. Brodeur, illustrateur, designer, plasticien… les qualificatifs pouvant décrire James Merry sont nombreux. Révélé il y a quelques années par ses fleurs et autres plantes brodées à la main sur des pulls de célèbres labels sportswear, le jeune Britannique a rapidement attiré l’attention de la chanteuse Björk, toujours en quête de nouveaux talents afin d’accomplir sa vision artistique. Pour elle, James Merry a réalisé les masques agrémentant les costumes de ses deux derniers albums “Vulnicura” et “Utopia” et de leurs tournées respectives. Devenu depuis son assistant, le créateur réside désormais en Islande où il continue de produire ses prothèses faciales fascinantes alliant poésie et féérie, dont la symbolique prend une couleur tout à fait nouvelle dans la période que nous traversons actuellement. Tour d’horizon de ses plus belles créations.