Advertising
Advertising
27 Mai

Les frères Quistrebert hypnotisent Tours

 

Au CCC OD de Tours, Florian et Michaël Quistrebert présentent jusqu'au 11 novembre une installation vidéo immersive ainsi que des toiles inédites articulées autour du motif du zigzag. Retour sur cette exposition hypnotique et contemplative.

Par Matthieu Jacquet

Florian et Michael Quistrebert devant leur exposition “Zigzag” au CCC OD, 2019 © F. Fernandez - CCC OD, Tours. Courtesy des artistes et Crèvecoeur, Paris.

L’obscurité est totale. Des formes géométriques colorées se déploient et s’entrecroisent sur la surface d’un écran géant. Aux murs, un étonnant mastic blanc forme en relief des paysages abstraits. Jusqu’à la fin de l’automne prochain, le CCC OD de Tours, foisonnant centre d’art contemporain en plein centre de la ville, présente une exposition immersive des frères Quistrebert. Au sein d’une galerie intégralement noire, les deux artistes proposent un ensemble d’œuvres inédites où les motifs numériques répondent à ceux de la matière plastique.

 

En bâtissant leur installation sur la séparation et l’équilibre, le duo établit une véritable harmonie.

 

Vertigineuse, cette exposition vibre aux pulsations de l’art optique dont la pratique hybride des frères Quistrebert prolonge l’héritage. Difficile de ne pas avoir en tête les toiles d’un Victor Vasarely, récemment célébré par une grande rétrospective au Centre Pompidou (lien), ou encore d’un Josef Albers. Ici, grâce à la vidéo, les abstractions colorées prennent vie et aspirent le regard qui s’égare dans ces méandres infinis. Cet “opéra visuel”, tel que le nomme le duo, est alors contrebalancé par des toiles en modeling paste, une pâte de couleur blanc écru utilisée dans le bâtiment. A l’aide d’un râteau, les artistes domptent ce matériau dense et opaque afin d’en obtenir des stries régulières qui puisent dans l’esthétique des jardins zen. Dans ce même matériau, on retrouve également de nouveaux Overlight, toiles abstraites où s’invite la lumière grâce à l’intégration de LEDs de couleur. Le résultat apaisant et silencieux de ces procédés minutieux invite à la méditation et au recueillement, créant avec l’installation vidéo un éminent paradoxe visuel.

Vue de l’exposition “Florian et Michael Quistrebert. Zigzag” au CCC OD, 2019 © F. Fernandez - CCC OD, Tours. Courtesy des artistes et Crèvecoeur, Paris.

Vue de l’exposition “Florian et Michael Quistrebert. Zigzag” au CCC OD, 2019 © F. Fernandez - CCC OD, Tours. Courtesy des artistes et Crèvecoeur, Paris.

 

L’exposition Zigzag vient installer quelques temps le spectateur dans un espace intermédiaire, entre hypnose et contemplation.

 

Derrière ce tandem artistique, Florian et Michaël Quistrebert : le premier vit aux Pays-Bas, le second à Nantes. Malgré cette distance, les deux frères travaillent en symbiose depuis douze ans à la réalisation d’œuvres abstraites investissant autant la toile que l’écran, jusqu’aux façades de bâtiments. De concert, leurs œuvres présentées au CCC OD nous ramènent à nos propres sens : tandis que la vidéo happe notre regard, la texture des peintures appelle une appréhension tactile. En bâtissant leur installation sur la séparation et l’équilibre, le duo établit ainsi une véritable harmonie. Dans le silence absolu qui contraste son effusion visuelle et sensorielle, l’exposition Zigzag vient alors installer quelques temps le spectateur dans un espace intermédiaire, entre hypnose et contemplation.

 

Florian et Michaël Quistrebert, Zigzag, jusqu’au 11 novembre au CCC OD de Tours.

Vue de l’exposition “Florian et Michael Quistrebert. Zigzag” au CCC OD, 2019 © F. Fernandez - CCC OD, Tours. Courtesy des artistes et Crèvecoeur, Paris.

Advertising
Advertising

NuméroNews


Advertising