Advertising
909

“Sans titre (2016)” : le meilleur de la jeune création contemporaine s’expose en appartement

 

Jeune curatrice parisienne, Marie Madec organise jusqu’à la fin avril une excellente exposition au sein d’un appartement privé. “Sans titre (2016)” dévoile une sélection pointue de peintures, sculptures, photographies, pièces de design et installations.

Par Thibaut Wychowanok

Vue de l’exposition Sans titre (2016). Le marbre a été réalisé spécialement pour l’occasion avec un code couleur unique.

 

 

Vue de l’exposition.

 

Elle a à peine 25 ans, mais son enthousiasme compense largement son jeune âge. Marie Madec est une passionnée. L’art, le design, la mode, la littérature… Sa curiosité n’a cessé de se développer depuis ses études en histoire de l’art à la Sorbonne jusqu’à ses recherches sur la scène artistique californienne. Aujourd’hui, de retour à Paris, elle s’est enfin décidée à partager ses découvertes avec un premier projet personnel, “Sans titre (2016)”. Une exposition au sein d’un appartement privé, installé rive gauche, sur les quais de la Seine, et réunissant les travaux de jeunes artistes et de créateurs plus confirmés, français ou étrangers. “Je voulais offrir une vision un peu fantasmée de l’appartement d’un collectionneur d’aujourd’hui”, nous confie-t-elle. 

 

Soutenue par trois excellentes galeries internationales – Balice Hertling à Paris, The Third Line à Dubai et LAMB Arts à Londres, Marie Madec expose déjà des noms très en vue de l’art contemporain. On retrouve dès la cuisine deux vitres installées au plafond, signées du Français Neil Beloufa, exposé actuellement au MoMa de New York, ou encore une toile du Californien Will Benedict, auquel la galerie Bortolami avait consacré son stand lors de la dernière FIAC. Mais la jeune curatrice propose aussi quelques surprises comme une œuvre d’Eliza Douglas. Un nom qui résonnera certainement aux oreilles des spécialistes de mode puisque cette ancienne muse d’Helmut Newton a ouvert le dernier show Balenciaga et fermé celui de Vetements. “Elle est aussi une très bonne artiste issue de la fameuse école d’art de Francfort, insiste la curatrice. Son travail sur la représentation du corps, la féminité et la question du genre entre en résonance avec les thèmes qui traversent l’exposition.”

Even When I Mean Well I Am Still a Criminal (2016) d’Eliza Douglas, huile sur toile, 115 x 150 cm.

 

 

Nathan (2015) d’Indigo Lewin, tirage argentique, 30,5 x 40,5 cm.

 

Le salon et la chambre sont l’occasion de découvrir la très pertinente sélection de meubles vintage réalisée par Archibal Pearson de la maison de vente Piasa : des pièces françaises, italiennes ou scandinaves des années 40 aux années 80. S’y dévoile également une bibliothèque contenant des ouvrages anciens ou de récents volume parus aux éditions Empyrée. “Nous avons également publié le premier fanzine de l’artiste Indigo Lewin, ‘He loves me not’, consacré à ses amours avortées. Elle y reproduit les photos de ses amants, les lettres et les textos qu’elle leur a envoyés, des images de films romantiques…” Chaque recoin recèle des trésors, comme cette toile d’Elliot Dubai. “Elliot est un artiste à l’ancienne, s’amuse Marie Madec. Il crée lui-même ses couleurs et ses pigments, il vit la nuit… et porte même les cheveux longs.” On découvrira également de très beaux dessins de Cédric Riverain, une œuvre in situ humoristique de Camille Blatrix dans les toilettes, des pièces vintage de Paco Rabanne ou de Courrèges dans le dressing, du cuir tatoué par Isabelle Cornaro… 

Homme Mouvement (2015) d’Elliot Dubail, huile sur toile, 130 x 160 cm.

Lémure (2012) de Cédric Rivrain, crayon, crayon de couleur, acrylique, vernis à ongles, larmes sur papier, 50 x 32 cm.

Vue de l’installation de Camille Blatrix.

Vue de l’installation d’Eliott Paquet.

 

 

On s’arrêtera, pour finir, sur un duo à peine sorti des Beaux-Arts de Paris, qui devrait rapidement faire parler de lui, Côme Di Meglio & Eliott Paquet. Leur obsession du corps humain, du post-humanisme, du sport et de la recherche de perfection les pousse à des expérimentations étonnantes. Sans en dire trop, on conseillera au visiteur de s’arrêter dans la salle de bains… Eliott Paquet, en solo, propose quant à lui une œuvre tout aussi fascinante. “C’est un petit arbre en métal constitué de bras mécaniques, explique la curatrice. Sur l’un des bras, Eliott a installé un tube de son propre sang auquel il a adjoint un anticoagulant qu’il a été obligé de voler dans un hôpital. Sur les autres bras, il a plongé des graines de plante dans un liquide qui accélère de sept à huit fois leur croissance. Il y juxtapose la seringue avec laquelle il a recueilli une partie de son sang et une vidéo. L’œuvre fait évidemment référence au dopage et à notre recherche éperdue de la performance…

 

L’exposition-expérience, qui sera peut-être prolongée en mai, est également l’occasion pour Marie Madec d’accueillir un certain nombre d’événements. Le 23 avril aura lieu, en collaboration avec la galerie londonienne LAMB Arts, un grand festin autour d’artistes venus d’Amérique latine. Puis, le 28 avril, une présentation de la maison Empyrée Éditions.

 

“Sans titre (2016)” se visite uniquement sur rendez-vous,

www.sanstitre2016.com,

contact@sanstitre2016.com,

tél. 06 11 85 83 83. 

La Fondation d’entreprise Ricard change de nom et déménage
916

La Fondation d’entreprise Ricard change de nom et déménage

Art Nouveau lieu, nouveau nom et nouvelles rencontres artistiques. Exit la Fondation d’entreprise Ricard et place à la Fondation Pernod Ricard, qui à l’automne prendra ses nouveaux quartiers dans un espace niché près de Saint-Lazare, dans le nord-ouest parisien. Nouveau lieu, nouveau nom et nouvelles rencontres artistiques. Exit la Fondation d’entreprise Ricard et place à la Fondation Pernod Ricard, qui à l’automne prendra ses nouveaux quartiers dans un espace niché près de Saint-Lazare, dans le nord-ouest parisien.

Le New York queer et undeground de Peter Hujar se réveille à la Pace Gallery
839

Le New York queer et undeground de Peter Hujar se réveille à la Pace Gallery

Numéro art Après la grande rétrospective que lui consacrait récemment le Jeu de paume, Peter Hujar est à nouveau mis à l'honneur par la Pace Gallery. La nouvelle exposition en ligne de la galerie revient à travers 19 clichés sur vingt ans de vie de ce photographe transgressif, qui a su saisir en noir et blanc toute la frénésie de la scène artistique et queer new-yorkaise – une scène dans laquelle il s'épanouissait lui-même avec la plus grande sincérité. Après la grande rétrospective que lui consacrait récemment le Jeu de paume, Peter Hujar est à nouveau mis à l'honneur par la Pace Gallery. La nouvelle exposition en ligne de la galerie revient à travers 19 clichés sur vingt ans de vie de ce photographe transgressif, qui a su saisir en noir et blanc toute la frénésie de la scène artistique et queer new-yorkaise – une scène dans laquelle il s'épanouissait lui-même avec la plus grande sincérité.

Advertising
Les artifices de Philip-Lorca diCorcia s'exposent chez David Zwirner
687

Les artifices de Philip-Lorca diCorcia s'exposent chez David Zwirner

Numéro art À l'occasion du Paris Gallery Weekend, la galerie David Zwirner présente dans son jeune espace parisien inauguré il y a quelques mois une exposition du photographe américain Philip-Lorca diCorcia. Numéro art s'est entretenu avec cet artiste culte ainsi que Greg Lulay, le directeur de la galerie David Zwirner à New York, au sujet des clichés merveilleusement théâtralisés qui y sont présentés. À l'occasion du Paris Gallery Weekend, la galerie David Zwirner présente dans son jeune espace parisien inauguré il y a quelques mois une exposition du photographe américain Philip-Lorca diCorcia. Numéro art s'est entretenu avec cet artiste culte ainsi que Greg Lulay, le directeur de la galerie David Zwirner à New York, au sujet des clichés merveilleusement théâtralisés qui y sont présentés.

Les meilleurs group shows en galerie à visiter ce week-end
576

Les meilleurs group shows en galerie à visiter ce week-end

Numéro art Ce jeudi 2 juillet marque l'inauguration annuelle du Paris Gallery Weekend, un événement phare de l'art à l'orée des vacances d'été au cours duquel de nombreuses galeries parisiennes ouvrent leurs portes tous les jours jusqu'à dimanche soir. Parmi les participantes, plusieurs présentent des expositions de groupe, rassemblant aussi bien des œuvres des artistes qu'elles représentent que d'artistes invités. Coup d'œil sur cinq group shows à ne pas manquer.  Ce jeudi 2 juillet marque l'inauguration annuelle du Paris Gallery Weekend, un événement phare de l'art à l'orée des vacances d'été au cours duquel de nombreuses galeries parisiennes ouvrent leurs portes tous les jours jusqu'à dimanche soir. Parmi les participantes, plusieurs présentent des expositions de groupe, rassemblant aussi bien des œuvres des artistes qu'elles représentent que d'artistes invités. Coup d'œil sur cinq group shows à ne pas manquer. 

Jules de Balincourt invite dans sa jungle colorée à la galerie Ropac
486

Jules de Balincourt invite dans sa jungle colorée à la galerie Ropac

Numéro art À la galerie Thaddaeus Ropac, Jules de Balincourt présente jusqu'au 5 septembre ses dernières toiles réalisées depuis un an. Très inspiré par le Costa Rica où il séjourne chaque année, le peintre français lui emprunte ses couleurs chatoyantes, sa faune et la flore mais également son harmonie entre l’humain et la nature sauvage, qu'il mêle à des récits picturaux aux portes du fantastique. À la galerie Thaddaeus Ropac, Jules de Balincourt présente jusqu'au 5 septembre ses dernières toiles réalisées depuis un an. Très inspiré par le Costa Rica où il séjourne chaque année, le peintre français lui emprunte ses couleurs chatoyantes, sa faune et la flore mais également son harmonie entre l’humain et la nature sauvage, qu'il mêle à des récits picturaux aux portes du fantastique.

Un dessin rare de Jean-Michel Basquiat estimé à 10 millions de dollars
987

Un dessin rare de Jean-Michel Basquiat estimé à 10 millions de dollars

Art Ce jeudi 2 juillet, la maison Phillips organise une vente de quelques œuvres des plus grands artistes du XXe siècle. Parmi cette impressionnante collection se détache un dessin de Jean-Michel Basquiat réalisé un an avant sa mort et estimé à 10 millions de dollars. Une partie des bénéfices de sa vente seront d'ailleurs reversés à l'association The Art of Justice Fund, qui lutte contre l'incarcération de masse.  Ce jeudi 2 juillet, la maison Phillips organise une vente de quelques œuvres des plus grands artistes du XXe siècle. Parmi cette impressionnante collection se détache un dessin de Jean-Michel Basquiat réalisé un an avant sa mort et estimé à 10 millions de dollars. Une partie des bénéfices de sa vente seront d'ailleurs reversés à l'association The Art of Justice Fund, qui lutte contre l'incarcération de masse.