222


Commandez-le
Numéro
23

Les œuvres de Daniel Buren et Philippe Parreno prennent vie avec un danseur de l'Opéra de Paris

Art

Afin de faire vivre ses expositions de Philippe Parreno et Daniel Buren, mais aussi de l'artiste minimaliste Dan Flavin, la galerie Kamel Mennour a fait appel au danseur François Alu. Suivi par un vidéaste, ce jeune Français s'est livré à une chorégraphie émouvante entre les œuvres dans un court film intitulé “La Source”, diffusé ce vendredi 23 avril dans Culturebox, l'émission.

1/7

Trois couleurs primaires recouvrent la suite de fenêtres d’une salle immaculée : jaune, magenta et cyan. Passant à travers ces filtres mouvants, la lumière revêt ce trio de teintes et se reflète dans les miroirs qui habillent les colonnes, recouverts de rayures verticales blanches et opaques. On y reconnaît la patte de l’artiste français Daniel Buren, dont les bandes bicolores emblématiques habillent aussi bien les colonnes du Palais Royal à Paris que le quai du tramway à Tours. Quant aux fenêtres, dont les stores s’ouvrent et se ferment en rythme, c’est au plasticien Philippe Parreno qu’on les doit cette fois-ci, connu pour ses installations d’ampleur jouant souvent avec la lumière et le temps. Voilà le tableau que plantait la galerie Kamel Mennour depuis décembre à l’occasion de l’ouverture de son nouvel espace rue du Pont de Lodi, dans le sixième arrondissement parisien. Aussi immersive qu’interactive, cette exposition duo entre deux figures incontournables de l’art contemporain en France est parvenue pendant trois mois à accueillir de nombreux visiteurs, à l’heure où les musées et autres centres d’art gardaient porte close.

 

Si les galeries d'art ont dû à leur tour fermer leurs portes depuis, la galerie Kamel Mennour avait déjà anticipé en trouvant d’autres moyens de faire vivre cette exposition au-delà de son public physique. Ainsi, après avoir accueilli la mannequin Jade Rabarivelo sous l’objectif de Colin Solal Cardo dans une série mode pour Numéro, l’installation in situ de Daniel Buren et Philippe Parreno a été activée en novembre dernier par le premier danseur du Ballet de l’Opéra de Paris François Alu. Filmé par le directeur de photographie Luís Leitão, le jeune homme s’est prêté à une chorégraphie poétique et émouvante sillonnant les colonnes et les fenêtres de la galerie parisienne jusqu’à pénétrer dans l’exposition de l’artiste minimaliste Dan Flavin, organisée dans son deuxième espace, et faire face au blanc éclatant de l’une de ses fameuses sculptures en néons. Animé par ses jeux de lumière, de couleurs et de reflets, François Alu s’élance et fait vibrer son corps au milieu de ces œuvres – tous comme ses collègues Hugo Marchand et Hannah O’Neill, également danseurs à l’Opéra de Paris, se livraient récemment à une chorégraphie au milieu de quatre immenses toiles de l’Allemand Anselm Kiefer dans l’espace de la galerie Gagosian. Ici, la performance de François Palu donne lieu à un film de près de quatre minutes intitulé La Source. Celui-ci sera diffusé ce vendredi 23 avril dans “Culturebox, l’émission”, quelques semaines avant que le public puisse à nouveau passer la porte de ces expositions.

 

 

La Source, un film de François Alu, diffusé ce vendredi 23 avril dans Culturebox, l'émission.