8


Commandez-le
Numéro
14

Le Grand Palais Ephémère ouvre ses portes en face de la Tour Eiffel

Art

Le Grand Palais Ephémère ouvre enfin ses portes à Paris après moins d'une année de construction. Le bâtiment provisoire installé au sud du Champ de Mars, dont la réalisation a été confiée à l’architecte Jean-Michel Wilmotte, accueillera les événements traditionnellement abrités par le Grand Palais, fermé pour gros travaux jusqu’en 2024.

©Patrick Tourneboeuf I Tendance Floue

1/20

Depuis l’été 2020 à Paris, une immense structure en bois prend forme au sud du Champ de Mars et en face de l’Ecole Militaire. Nouvelle arrivante de ce paysage déjà très touristique et emblématique de la capitale, l’architecture intrigue depuis les visiteurs, contraints jusqu’alors de contourner ses murs sans pouvoir y pénétrer. Ce mercredi 9 juin, l’entrée y est enfin possible : sur la place du Maréchal Joseph Joffre, le Grand Palais inaugure son Grand Palais Ephémère, édifice supposé accueillir ses grands événements pendant la durée des travaux qui le conduisent à fermer ses portes jusqu’à 2024. Face à l’ampleur du chantier de restauration et de modernisation du monument parisien, inauguré à la fin du XIXe siècle pour accueillir la première Exposition universelle, cette construction provisoire a été trouvée par le gouvernement afin de maintenir son activité tout en gardant l’horizon des Jeux Olympiques de Paris, manifestation historique au moment de laquelle l’édifice original devrait pouvoir mettre à disposition une partie de ses locaux.

 

Pour bâtir un monument provisoire devant allier à la fois la rapidité d’exécution, l’efficacité de montage et démontage et la dimension éco-responsable, le choix de l’architecte était crucial. En octobre 2019, c’est finalement vers le Français Jean-Michel Wilmotte et son cabinet Wilmotte & Associés que s’est tournée la Rmn-GP – établissement culturel public gérant notamment la programmation du Grand Palais et du musée du Luxembourg —, afin de réaliser ce projet colossal dans un temps record. Avec un budget de 40 millions d’euros, l’architecte urbaniste et son équipe ont imaginé un édifice d’une surface de 10 000 mètres carrés, version réduite et à l’image du monument parisien original, où 44 arches en bois dessinent une nef principale croisée par un large transept. Enveloppée dans une toile transparente en plastique, celle-ci y laisse pénétrer la lumière naturelle et limite les nuisances sonores pour les habitants du quartier.

 

Ce projet s’ajoute au prestigieux palmarès de l’architecte septuagénaire, membre de l’Académie des Beaux-Arts depuis 2015, qui accumule les projets d’envergure. En 1982, le président de la République française de l'époque François Mitterrand lui confie l’aménagement d’une partie des appartements privés de l’Élysée. C’est aussi lui qui mène à travers Wilmotte & Associés – qu'il fonde en 1975 – la rénovation de l’hôtel Lutetia, en 2018, dans le sixième arrondissement parisien. Reconnue par ces projets d'ampleur, son agence s'est ainsi affirmée comme l'une des plus réputées du monde et figure depuis 2010 dans le classement des 100 plus grands cabinets d’architecture du monde, d'après le classement du magazine anglais Building Design.

 

Tout comme le bâtiment original, le Grand Palais Éphémère et son imposante surface accueilleront des événements de grande ampleur. Après une édition intégralement en ligne au mois de mars, la FIAC (Foire Internationale d’Art Contemporain) pourra ainsi bien y avoir lieu, comme chaque année depuis 1974. Le traditionnel Saut Hermès, mettant en scène l’animal emblématique de la maison, le cheval, dans une compétition de saut d'obstacles s’y tiendra aussi. On pourra aussi espérer y retrouver les grands rendez-vous de la mode, dont les toujours gigantesques défilés Chanel. Enfin, Le Grand Palais Éphémère poursuivra son activité jusqu’en septembre 2024, pour accueillir plusieurs épreuves des Jeux Olympiques de Paris, dont le judo et la lutte.