963

La folle histoire du “Porte-bouteilles” de Marcel Duchamp, le tout premier ready-made

 

Le “Porte-bouteilles” de Marcel Duchamp, premier ready-made de l’histoire de l’art, est exposé à Paris jusqu’au 14 janvier. L’occasion de rappeler la rocambolesque aventure de cette œuvre culte.

Par Thibaut Wychowanok

Photo par Philippe Fragnière

 

On est en janvier 1916. Depuis New York où il s’est exilé, Marcel Duchamp crée, à distance, le premier ready-made et entre dans l’histoire. Par une lettre célèbre, il enjoint à sa sœur d’“activer” un porte-bouteilles demeuré dans son atelier parisien depuis son achat, en 1914, au Grand Bazar de l’Hôtel de Ville. Pour cela, Suzanne Duchamp devra simplement apposer sur l’objet la signature de Duchamp et une inscription “en bas et à l’intérieur du cercle du bas en petites lettres peintes avec un pinceau à l’huile en couleur blanc d’argent”, précise l’artiste. Par ce geste, un objet usuel se voit ainsi “promu à la dignité d’objet d’art par le simple choix de l’artiste”, pour reprendre la définition qu’André Breton donna du ready-made duchampien en 1938. Une révolution artistique sans précédent dont l’écho résonne encore : tout, désormais, est potentiellement de l’art.

 

Et si le Porte-bouteilles n’était pas le premier ready-made ? Marcel Duchamp a, en effet, acheté dès 1913 au BHV une roue de bicyclette qu’il a installée sur un tabouret en bois blanc dans son atelier parisien. Mais il ne l’envisage pas encore comme une œuvre, plus comme une “distraction”. Le Porte-bouteilles reprend l’avantage… Si un autre rebondissement n’était pas intervenu… car lorsque la famille de Duchamp procède au déménagement de son atelier, croyant bien faire, ils se débarrassent de l’encombrant porte-bouteilles, et le précieux premier ready-made de l’histoire de l’art finit ainsi au rebut ! Heureusement, un porte-bouteilles se remplace ! Et Man Ray de photographier sa seconde version en 1935-1936.

 

Plus de vingt ans plus tard, en 1959, New York honore le Français d’une exposition. Duchamp demande alors à Man Ray de lui envoyer, au plus vite, l’exemplaire du Porte-bouteilles de 1935… ou d’en racheter tout simplement un autre au Grand Bazar de l’Hôtel de Ville. C’est chose faite. Le Porte-bouteilles traverse alors les États-Unis avec l’exposition. Il finit par être acquis par Robert Rauschenberg pour seulement trois dollars (!). Mais, au grand désespoir du légendaire artiste américain, l’œuvre n’est pas signée et ne comporte pas l’inscription originale demandée à Suzanne Duchamp.

 

Le hasard et un peu de courage aideront à pallier cette carence. Jasper Johns, avec qui Rauschenberg est en couple, a invité les Duchamp dans son atelier. Il collectionne les œuvres du Français, qui va justement lui en signer une. Une opportunité inespérée pour Rauschenberg… qui hésite, timide, et finit par s’en ouvrir à la femme de Duchamp. “Marcel signera n’importe quoi”, lui répond-elle. De bonne grâce, le nouveau porte-bouteilles acheté par Man Ray en 1959 est alors signé début 1960. Mais pas moyen pour Duchamp de se souvenir de l’inscription originelle. À la place, il appose : “Impossible de me rappeler la phrase originale M. D./Marcel Duchamp/1960”.

 

56 ans plus tard, contre toute attente, la Fondation Robert Rauschenberg se sépare du Saint-Graal. À charge pour le galeriste Thaddaeus Ropac de trouver une institution internationale à la hauteur (financière) de cet objet, exposé en attendant à Paris, jusqu’au 14 janvier.

 

 

Porte-bouteilles de Marcel Duchamp, à la galerie Thaddaeus Ropac à Paris, jusqu’au 14 janvier 2017, ropac.net

 

 

 

David Hockney bat Jeff Koons aux enchères
978

David Hockney bat Jeff Koons aux enchères

Art La toile du peintre David Hockney “Portrait of an Artist (Pool with Two Figures)” a été adjugée près de 80 millions d’euros lors d’une vente aux enchères chez Christie’s New York. Un nouveau record de vente pour un artiste vivant, le Britannique détrône Jeff Koons et son “Balloon Dog (Orange)”. La toile du peintre David Hockney “Portrait of an Artist (Pool with Two Figures)” a été adjugée près de 80 millions d’euros lors d’une vente aux enchères chez Christie’s New York. Un nouveau record de vente pour un artiste vivant, le Britannique détrône Jeff Koons et son “Balloon Dog (Orange)”.

Cooper Jacoby : couleurs candides pour œuvres malades à la galerie High Art
978

Cooper Jacoby : couleurs candides pour œuvres malades à la galerie High Art

Art L’artiste Cooper Jacopy expose à la galerie High Art (Paris IX) jusqu’au 24 novembre prochain. L'Américain explore le concept d’usure et se penche sur la fragilité des corps, nécrosés par des germes imperceptibles. L’artiste Cooper Jacopy expose à la galerie High Art (Paris IX) jusqu’au 24 novembre prochain. L'Américain explore le concept d’usure et se penche sur la fragilité des corps, nécrosés par des germes imperceptibles.

La jeune scène artistique envahit le Montana pour une soirée le 17 novembre
897

La jeune scène artistique envahit le Montana pour une soirée le 17 novembre

Art Artistes et Dj investissent le Montana samedi 17 novembre pour une nuit unique et sauvage, où art, mode et musique se mêleront dans une ambiance 100% berlinoise. Une programmation exceptionnelle orchestrée par le label Span Records et le collectif Undrglobe, qui s’associent pour une exposition d’art inédite.  Artistes et Dj investissent le Montana samedi 17 novembre pour une nuit unique et sauvage, où art, mode et musique se mêleront dans une ambiance 100% berlinoise. Une programmation exceptionnelle orchestrée par le label Span Records et le collectif Undrglobe, qui s’associent pour une exposition d’art inédite. 

Que pouvait-on découvrir sur l'art contemporain africain à la foire AKAA ?
847

Que pouvait-on découvrir sur l'art contemporain africain à la foire AKAA ?

Art Plus grande foire en France dédiée à l’art contemporain africain, AKAA a réuni pendant trois jours plus 130 artistes, dont les œuvres ont été exposées par une cinquantaine de galeries, au Carreau du Temple, à Paris. Une troisième édition conclue avec succès, marquée par de nombreux talents émergents et de nouvelles galeries. Plus grande foire en France dédiée à l’art contemporain africain, AKAA a réuni pendant trois jours plus 130 artistes, dont les œuvres ont été exposées par une cinquantaine de galeries, au Carreau du Temple, à Paris. Une troisième édition conclue avec succès, marquée par de nombreux talents émergents et de nouvelles galeries.

Maurizio Cattelan s’attaque à la copie (dans l’art) à l’invitation de Gucci
978

Maurizio Cattelan s’attaque à la copie (dans l’art) à l’invitation de Gucci

Art Toujours plus engagé dans son soutien à l’art contemporain, Gucci et son directeur de la création Alessandro Michele ont invité Maurizio Cattelan à imaginer une exposition explosive à Shanghai. L’artiste provocateur et irrévérencieux y propose une réflexion sur la notion de copie et offre une œuvre inédite : une reproduction de la chapelle Sixtine. Toujours plus engagé dans son soutien à l’art contemporain, Gucci et son directeur de la création Alessandro Michele ont invité Maurizio Cattelan à imaginer une exposition explosive à Shanghai. L’artiste provocateur et irrévérencieux y propose une réflexion sur la notion de copie et offre une œuvre inédite : une reproduction de la chapelle Sixtine.

Au musée Salvatore Ferragamo : comment l’Italie a influencé Hollywood ?
850

Au musée Salvatore Ferragamo : comment l’Italie a influencé Hollywood ?

Art Au sein de son musée florentin, la maison Salvatore Ferragamo célèbre les années californiennes de son fondateur. L’occasion de mettre en lumière l’influence exercée par l’Italie sur le Hollywood des années 20. Au sein de son musée florentin, la maison Salvatore Ferragamo célèbre les années californiennes de son fondateur. L’occasion de mettre en lumière l’influence exercée par l’Italie sur le Hollywood des années 20.