Advertising
936

À la VNH Gallery, Michelangelo Pistoletto brise la glace

 

Installations, sculptures, performances… Michelangelo Pistoletto, l’enfant terrible de l’arte povera, revient cet automne à la VNH Gallery pour tout casser. Sauf notre plaisir.

Par Maxime Gasnier

Vues de l’exposition RESPECT, VNH Gallery, 108, rue Vieille-du-Temple (Paris).

Photo : Philippe Servent

 

 

 

Trois ans après sa carte blanche au Louvre, Michelangelo Pistoletto s’établit à la VNH Gallery. Prologue de son exposition, la performance qu’il a accordée durant le vernissage du 20 octobre allie le double caractère provocant et spirituel qu’on lui connaît. À travers le geste, Pistoletto s’impose autant destructeur que façonneur d’images en éclatant à grands coups de marteau ses fameux “tableaux-miroirs”, concepts inventés en 1962. Une fois brisée, chaque glace s’active et révèle une version picturale du mot “respect”, inscrit dans une langue particulière.

 

 

Figure incontournable de l’arte povera italien, Michelangelo Pistoletto a l’habitude de questionner son public autour de philosophies humaines et sociétales. La quasi-omniprésence du miroir dans l’exposition dévoile une valeur symbolique forte, associée aux notions de métamorphose et d’avenir ; plus que jamais, le visiteur a envie de contempler son reflet.

 

Avec l’exposition RESPECT, l’artiste italien signe également un parcours thématique orienté vers ses inspirations majeures : l’art, l’éducation et la politique. Ces dernières prennent forme dès l’entrée à travers une installation monumentale qui s’articule entre absence et présence, entre vide et saturation.

 

En écho à cette œuvre hybride, le projet Love Differenceprésenté à la Biennale de Venise en 2003 – se distingue au centre de la galerie. Une table à l’esthétique géographique, dont le plateau dessine le contour du bassin méditerranéen, est entourée de chaises hétéroclites issues des différents pays littoraux. Le design du meuble et la scénographie imposante donnent au visiteur le sentiment d’assister à une “réunion fantôme”, aux enjeux supposés géopolitiques et multiculturels. Mais l’installation sert en vérité de base d’échanges et de dialogues, que Pistoletto a imaginée comme une “étape préliminaire à un Parlement culturel méditerranéen”.

 

 

RESPECT de Michelangelo Pistoletto à la VNH Gallery en collaboration avec la Galleria Continua, 108, rue Vieille-du-Temple, jusqu’au 23 décembre.

 

Portfolio : le Mali fantastique de Malick Sidibé
887

Portfolio : le Mali fantastique de Malick Sidibé

Photographie À Genève (Suisse), le musée Barbier-Mueller célèbre le photographe malien dans un cadre particulier : on découvre une douzaine de portraits inédits pris dans le cadre d’un concours de chant contre le sida, organisé au Mali en 2005 par Monique Barbier-Mueller. Une exposition à découvrir jusqu’au 12 janvier.   À Genève (Suisse), le musée Barbier-Mueller célèbre le photographe malien dans un cadre particulier : on découvre une douzaine de portraits inédits pris dans le cadre d’un concours de chant contre le sida, organisé au Mali en 2005 par Monique Barbier-Mueller. Une exposition à découvrir jusqu’au 12 janvier.  

Quel avenir pour l'art contemporain? Le président de la méga galerie Pace répond
486

Quel avenir pour l'art contemporain? Le président de la méga galerie Pace répond

Numéro art Marc Glimcher, président de la Pace Gallery, implantée dans six pays à travers le monde, confie à Numéro art ses pensées sur l’avenir du milieu de l’art : rôle des méga-galeries, Chine, France, poids des musées… Sa galerie ouvre à New York un gigantesque espace de 7 000 m2, qui accueillera les oeuvres de Calder, teamLab ou Yue Minjun. Marc Glimcher, président de la Pace Gallery, implantée dans six pays à travers le monde, confie à Numéro art ses pensées sur l’avenir du milieu de l’art : rôle des méga-galeries, Chine, France, poids des musées… Sa galerie ouvre à New York un gigantesque espace de 7 000 m2, qui accueillera les oeuvres de Calder, teamLab ou Yue Minjun.

Advertising
Infiltrez les demeures incroyables d’Ettore Sottsass
867

Infiltrez les demeures incroyables d’Ettore Sottsass

Architecture Connu pour son vocabulaire formel pop et hédoniste, le designer Ettore Sottsass signa aussi des demeures d’exception. Des merveilles d’harmonie invitant au plaisir esthétique de la pure contemplation. Connu pour son vocabulaire formel pop et hédoniste, le designer Ettore Sottsass signa aussi des demeures d’exception. Des merveilles d’harmonie invitant au plaisir esthétique de la pure contemplation.

Pourquoi Viceland fait rôtir un kebab pendant 4 heures ?
854

Pourquoi Viceland fait rôtir un kebab pendant 4 heures ?

Culture Tous les dimanche soirs jusqu'au 1er décembre, la chaîne de télévision Viceland propose un tout nouveau genre de contenu : la Slow TV. À partir d'1 h 30 du matin et pendant trois heures environ, les téléspectateurs pourront observer un kebab rôtir sur une broche, parcourir Paris en péniche et s'immiscer dans un salon de coiffure afro. Tous les dimanche soirs jusqu'au 1er décembre, la chaîne de télévision Viceland propose un tout nouveau genre de contenu : la Slow TV. À partir d'1 h 30 du matin et pendant trois heures environ, les téléspectateurs pourront observer un kebab rôtir sur une broche, parcourir Paris en péniche et s'immiscer dans un salon de coiffure afro.

L’artiste-chamane Kiki Smith ensorcèle la Monnaie de Paris
846

L’artiste-chamane Kiki Smith ensorcèle la Monnaie de Paris

Numéro art Jusqu'au 9 février, la Monnaie de Paris consacre la quasi totalité de ses espaces à l'artiste américaine Kiki Smith, qui y présente sa première rétrospective d'ampleur dans une institution française. Retour sur les lignes fortes de son œuvre à travers ses trois thématiques les plus récurrentes. Jusqu'au 9 février, la Monnaie de Paris consacre la quasi totalité de ses espaces à l'artiste américaine Kiki Smith, qui y présente sa première rétrospective d'ampleur dans une institution française. Retour sur les lignes fortes de son œuvre à travers ses trois thématiques les plus récurrentes.

Faut-il vraiment se réintéresser à Dalí ?
887

Faut-il vraiment se réintéresser à Dalí ?

Art L’ouvrage Dalí – L’Œuvre peint (éd. Taschen) est le résultat de nombreuses années de recherches du photographe Robert Descharnes et de l’historien de l’art Gilles Néret. Ils ont exhumé des toiles signées de l’artiste espagnol, maître du surréalisme, restées inaccessibles durant des années. L’ouvrage Dalí – L’Œuvre peint (éd. Taschen) est le résultat de nombreuses années de recherches du photographe Robert Descharnes et de l’historien de l’art Gilles Néret. Ils ont exhumé des toiles signées de l’artiste espagnol, maître du surréalisme, restées inaccessibles durant des années.



Advertising