Numero

219


Commandez-le
Numéro

Des extraterrestres ont-ils vraiment déposé un monolithe dans le désert ?

Art

Signe extraterrestre ? Hommage à Stanley Kubrick ? Projet audacieux d’un artiste contemporain ? Le mystérieux monolithe de métal repéré en plein milieu du désert de l’Utah par des fonctionnaires américains mi-novembre vient tout juste de disparaître sans explication, laissant planer l'épais mystère autour de son origine.

Monolithe trouvé dans le désert de l'Utah, origine inconnue © BLM Utah

Lorsque découvrent un monolithe dans un désert à l’aube de l’humanité, sur la Lune ou dans une mystérieuse chambre immaculée de blanc, les personnages de 2001, L’Odysée de l’espace (1968) sont pour le moins troublés. 52 ans après la sortie du chef-d’œuvre du cinéaste Stanley Kubrick, des fonctionnaires du bureau d’aménagement du territoire de l’Utah le sont tout autant lorsqu'ils découvrent mi-novembre dernier un monolithe d'acier, perdu en plein milieu du désert de l'état américain. D’autant plus que le mystère autour de ce prisme triangulaire étincelant de 3,5 mètres de hauteur ne sera peut-être jamais élucidé : les autorités locales ont annoncé ce vendredi 28 novembre que le monolithe vient d'être retiré par “un tiers inconnu”.

 

 

Coïncidence ou pas, dans 2001, L’Odyssée de l’espace, le monolithe disparaît également sans prévenir. Si les commentateurs pourtant nombreux arrivent rarement à s’accorder sur les mêmes significations du “plus grand film de science-fiction jamais réalisé”, le monolithe noir présent dans le film évoque la présence de forces supérieures qui n’apparaissent jamais à l’écran. Alors des extraterrestres auraient-ils rigoureusement encastré ce bloc majestueux dans le sol aride et rougeâtre du désert de l’Utah ? Quel message voudraient-ils nous faire passer ? Si une vie extraterrestre est envisageable en dehors de nos frontières connues, quelle place donner à notre civilisation ? Quel sens donner à notre existence ? Dans une année 2020 où tout semble possible, les interrogations éveillées par ce mystérieux objet – cette fois-ci bien réel – demeurent.

La réponse pourrait peut-être se trouver du côté des tentatives d’explications rationnelles données ces dernières semaines. Malgré la volonté des autorités américaines de tenir secrète la localisation exacte de cet objet déconcertant, des internautes ont réussi à se rendre sur place, alimentant de nombreuses interrogations et spéculations sur la toile. Sur le forum Reddit – où quelques 430 millions d’utilisateurs discutent chaque mois dans une ambiance qui évoque l’Internet libre des origines –, les internautes attribuent tantôt la paternité de l’œuvre à l’artiste américaine Petecia Le Fawnhawk, ancienne résidente de l’Utah habituée à mettre en scène ses sculptures au beau milieu de paysages inhabités ou à l’artiste germano-namibien Max Siendentopf, qui avait installé en 2019 six enceintes alimentées par des batteries solaires, jouant en boucle le morceau culte Africa du groupe Toto dans le désert namibien. 

 

Le monolithe évoque aussi immédiatement les quatre immenses plaques d’acier de quinze mètres de hauteur dressées en début d’année dans le désert qatari par l’artiste américain Richard Serra, qui souhaitait rappeler à l’homme sa fragilité face à la toute-puissance du monde. Mais la thèse la plus populaire semble être celle qui mène à l’artiste minimaliste californien John McCracken, disparu en 2011, dont la pyramide en acier inoxydable Fair (2011) actuellement exposée à la galerie David Zwirner de New York ressemble étrangement au monolithe. Si les représentants de la galerie sont divisés sur le sujet, David Zwirner lui-même estime qu'il est bel et bien possible que le monolithe soit l'œuvre de l'artiste. “Qui aurait pu soupçonner que 2020 nous apporterait une autre surprise ?”, plaisante le galeriste interrogé pour un article récemment publié dans le New York Times. 

 

Plus troublant encore, dans ce même article, le fils de l’artiste affirme que son père lui a confié une dizaine d’années avant sa mort sa volonté de “laisser des œuvres dans des endroits isolés pour que celles-ci soient découvertes plus tard”. Bien que cette déclaration pourrait lever le voile sur l’épais mystère qui entoure l’apparition du monolithe, le suspense reste encore entier concernant sa récente disparition.