Advertising
974

Monumenta 2016 : qui est Huang Yong Ping, dont l’installation monumentale a envahi le Grand Palais ?

 

Quatre choses à savoir sur l’artiste chinois invité de Monumenta 2016 au Grand Palais.

Par Clara Bianca

Crédits images : Empires par Huang Yong Ping

MONUMENTA 2016

© ADAGP, Paris 2016.

Courtesy de l’artiste et Kamel Mennour, Paris

Photo Didier Plowy pour la RMN-GP

1. Un dadaïste oriental

 

Né en 1954 à Xiamen, ville en province du Fujian au sud de la Chine, Huang Yong Ping est une figure majeure de l’art d’avant-garde chinois des années 80. Fondateur du mouvement Xiamen Dada, groupe artistique inspiré par la relation entre le dada européen et le bouddhisme Chan, il organise plusieurs expositions controversées (pour la plupart annulées) dans une Chine sous tension. 

2. Un “magicien de la terre”

 

Ping s’exile en France après la répression de la place Tiananmen (résultat de manifestations d'étudiants, intellectuels et ouvriers chinois souhaitant dénoncer la corruption au sein du gouvernement) en 1989 et investit pour la première fois à Paris l’espace du centre Pompidou pour l’exposition “Les Magiciens de la Terre”.

3. Un destructeur

 

Parmi ses œuvres et happenings les plus connus figurent les restes des ouvrages Histoire de la peinture moderne et Histoire de la peinture chinoise exhibés après leur passage à la machine à laver, ou encore Burning Works, performance réalisée sur la place du nouveau Xiamen Art Museum, où tous les éléments exposés furent détruits par le feu sous l’impulsion de l’artiste.

4. Un artiste de la démesure

 

C’est donc au tour d’Huang Yong Ping, à la suite d’Anselm Kiefer, Richard Serra, Christian Boltanski, Anish Kapoor, Daniel Buren et Ilya et Emilia Kabakov, de participer au rendez-vous incomparable qu’est MONUMENTA. “Chaque artiste présenté doit relever le défi de critiquer le spectaculaire au moyen du spectaculaire”, rappelle Audrey Azoulay. “Empires” est une installation composée de huit blocs de conteneurs — nombre porte-bonheur dans la culture chinoise — ainsi que d’un immense squelette de serpent de 250 mètres de long en aluminium. L’agencement de l’exposition, qui assiège l’espace de 13 000 m2 sous la nef, s’est étalé sur onze jours, durant lesquels 60 personnes ont travaillé 24 heures sur 24. Chantier artistique démesuré, “Empires” est une véritable prouesse technique. Les 350 conteneurs, qui forment des murs de 18 mètres de haut, proviennent des quatre coins du monde. L’œuvre globale pèse plus de mille tonnes — raison majeure pour laquelle le projet fut le résultat de difficultés dans sa réalisation : le sol du Grand Palais est particulièrement fragile. 

 

 

MONUMENTA 2016, Empires de Huang Yong Ping, Grand Palais, 3, avenue du Général-Eisenhower, Paris 8e. Jusqu'au 18 juin 2016.

 

Huang Yong Ping est représenté par la galerie Kamel Mennour à Paris.

La galerie Kamel Mennour dévoile les secrets de ses plus grands artistes
909

La galerie Kamel Mennour dévoile les secrets de ses plus grands artistes

Numéro art Suite à sa fermeture provisoire, la galerie Kamel Mennour propose chaque semaine à son public de revisiter l'œuvre de l'un de ses artistes à travers la mise en ligne d'un contenu exclusif – publications, vidéos, articles, archives... Pour commencer, celle-ci se concentre sur le Français François Morellet, représentant majeur de l'abstraction géométrique auquel la galerie parisienne consacrait une exposition d'ampleur depuis le 23 janvier dernier.  Suite à sa fermeture provisoire, la galerie Kamel Mennour propose chaque semaine à son public de revisiter l'œuvre de l'un de ses artistes à travers la mise en ligne d'un contenu exclusif – publications, vidéos, articles, archives... Pour commencer, celle-ci se concentre sur le Français François Morellet, représentant majeur de l'abstraction géométrique auquel la galerie parisienne consacrait une exposition d'ampleur depuis le 23 janvier dernier. 

Wim Wenders donne vie aux personnages d'Edward Hopper
876

Wim Wenders donne vie aux personnages d'Edward Hopper

Art Inaugurée le 26 janvier dernier, la grande exposition monographique consacrée à Edward Hopper à la fondation Beyeler a été contrainte de fermer ses portes plus tôt que prévu. À cette occasion, le musée suisse avait commandé un projet inédit : un court-métrage en 3D inspiré par les toiles du peintre américain et signé par le réalisateur allemand Wim Wenders.   Inaugurée le 26 janvier dernier, la grande exposition monographique consacrée à Edward Hopper à la fondation Beyeler a été contrainte de fermer ses portes plus tôt que prévu. À cette occasion, le musée suisse avait commandé un projet inédit : un court-métrage en 3D inspiré par les toiles du peintre américain et signé par le réalisateur allemand Wim Wenders.  

Advertising
Jon Rafman, Arthur Jafa... découvrez en vidéo leurs plus folles expositions
188

Jon Rafman, Arthur Jafa... découvrez en vidéo leurs plus folles expositions

Art Sous un format nouveau, la collectionneuse allemande Julia Stoschek revient de manière quotidienne sur les œuvres qui ont rythmé les saisons de sa fondation dédiée à l'art contemporain. De Jon Rafman, à Rindon Johnson en passant par Tobias Zielony, retrouvez en vidéo les travaux de ces artistes exposés par la collection, entre Berlin et Düsseldorf. Sous un format nouveau, la collectionneuse allemande Julia Stoschek revient de manière quotidienne sur les œuvres qui ont rythmé les saisons de sa fondation dédiée à l'art contemporain. De Jon Rafman, à Rindon Johnson en passant par Tobias Zielony, retrouvez en vidéo les travaux de ces artistes exposés par la collection, entre Berlin et Düsseldorf.

Revivez le New York des années 90 depuis une fenêtre de Manhattan
890

Revivez le New York des années 90 depuis une fenêtre de Manhattan

Numéro art Durant l'hiver 1994-1995, l'artiste Wolfgang Tillmans prend sa caméra pour filmer depuis son appartement la vie de sa rue de Manhattan sur plusieurs semaines. Intitulé “14th Street”, le film de 28 minutes qui en découle est actuellement accessible gratuitement jusqu'à lundi prochain sur l'initiative du WIELS. Le centre d'art contemporain de Bruxelles, qui accueillait la première exposition personnelle du photographe allemand jusqu'à sa fermeture imposée par la pandémie de Covid-19, proposera chaque semaine un film réalisé par un artiste en libre accès sur Vimeo.  Durant l'hiver 1994-1995, l'artiste Wolfgang Tillmans prend sa caméra pour filmer depuis son appartement la vie de sa rue de Manhattan sur plusieurs semaines. Intitulé “14th Street”, le film de 28 minutes qui en découle est actuellement accessible gratuitement jusqu'à lundi prochain sur l'initiative du WIELS. Le centre d'art contemporain de Bruxelles, qui accueillait la première exposition personnelle du photographe allemand jusqu'à sa fermeture imposée par la pandémie de Covid-19, proposera chaque semaine un film réalisé par un artiste en libre accès sur Vimeo. 

Plongez dans les paysages liquides d'Alexandre Lenoir à la galerie Almine Rech
567

Plongez dans les paysages liquides d'Alexandre Lenoir à la galerie Almine Rech

Numéro art Âgé de 28 ans, l'artiste Alexandre Lenoir peint à l'échelle 1 des paysages à la frontière de la figuration et de l'abstraction. Le 7 mars, ce Français diplômé des Beaux-arts de Paris inaugurait sa toute première exposition monographique à la galerie Almine Rech. Bien que de nombreuses galeries aient été contraintes de fermer leurs portes au public, Numéro s'est entretenu avec l'artiste afin de revivre son exposition virtuellement.  Âgé de 28 ans, l'artiste Alexandre Lenoir peint à l'échelle 1 des paysages à la frontière de la figuration et de l'abstraction. Le 7 mars, ce Français diplômé des Beaux-arts de Paris inaugurait sa toute première exposition monographique à la galerie Almine Rech. Bien que de nombreuses galeries aient été contraintes de fermer leurs portes au public, Numéro s'est entretenu avec l'artiste afin de revivre son exposition virtuellement. 

Grayson Perry vous apprend à devenir artistes
709

Grayson Perry vous apprend à devenir artistes

Art Afin d’occuper son public en cette période de confinement, la chaîne britannique Channel 4 a invité l’artiste Grayson Perry à animer une nouvelle émission dont l’objet est d’apprendre à faire de l’art. Une initiative qui invite les téléspectateurs à produire leurs propres œuvres chez eux et même à les exposer plus tard. Afin d’occuper son public en cette période de confinement, la chaîne britannique Channel 4 a invité l’artiste Grayson Perry à animer une nouvelle émission dont l’objet est d’apprendre à faire de l’art. Une initiative qui invite les téléspectateurs à produire leurs propres œuvres chez eux et même à les exposer plus tard.



Advertising