Advertising
474

ILS ONT FAIT 2015: Neïl Beloufa, artiste contemporain majeur

 

Numéro revient sur la visite privée de son atelier et révèle ses nouvelles oeuvres présentées à la galerie Balice Hertling.

Nouvelle coqueluche française de l’art contemporain, Neïl Beloufa ouvre à Numéro les portes de son atelier aux allures de studio de cinéma. Visite privée avant le tournage du prochain film de l’artiste nommé pour le prix Marcel Duchamp en 2015.

Pour son prochain film, l’artiste Neïl Beloufa a transformé son immense atelier de Villejuif en décor de cinéma reproduisant un hôtel au style à la fois fifties et seventies.

Nouvelle œuvre de l'exposition Neoliberal de Neïl Beloufa présentée à la galerie Balice Hertling à Paris jusqu'au 18 juillet.

Courtesy of galerie Balice Hertling

À visiter l’atelier de Neïl Beloufa, à l’écouter, on a presque envie de parler de tromperie sur la marchandise. Omniprésente, la nouvelle coqueluche de l’art contemporain français semble cacher, sous ses atours d’artiste brillant, pas seulement un metteur en scène ou un vidéaste mais un vrai réalisateur de cinéma. Pire, un producteur du septième art. Dans son vaste atelier de Villejuif, une trentaine de personnes s’affairent, depuis plusieurs mois, à la réalisation du gigantesque décor de son prochain long-métrage : un hall, un étage et quelques pièces (qu’on se rassure, le bar n’a pas été oublié) d’un hôtel au style aussi fifties que seventies se confondent avec le métal et les verrières de l’atelier.

 

Si c’est avant tout à ses vidéos et à ses installations, aux aspects volontairement low tech et faits main, qu’il doit sa notoriété, Neïl Beloufa assume désormais entièrement son “fantasme de cinéma”, en passant à plus grande échelle. “L’atelier accueille aujourd’hui trois fois plus de monde qu’il y a un ou deux ans, confirme-t-il. Nous sommes passés à une autre dimension, mais je tiens toujours à ce que tout continue à être produit sur place : les murs, les charpentes…” Un attrait pour le cinéma qui n’a rien d’étonnant pour un artiste qui a toujours mêlé réel et fiction.

 

Pour le film Brune Renault (2010), qui fut l’une des matrices de son art, Neïl Beloufa proposait déjà une fiction se déroulant dans une voiture occupée par quelques personnages… Une voiture que certains plans révèlent comme étant en réalité découpée en quatre tranches et reposant sur de petites roues, telle une sculpture. Une fois l’artifice révélé, c’est le jeu des comédiens qui se trouvait dévoilé. C’est tout l’art du déplacement caractéristique de Neïl Beloufa : aller du réel vers la fiction, du cinéma vers l’art, et inversement. Brouiller les pistes, surtout, entre le vrai et le faux.

 

Le spectateur n’aura plus qu’à s’interroger sur ce qu’il voit, sur la nature des images et des objets qui lui sont présentés. “Je travaille moins sur une forme – je n’ai pas envie de réinventer la chaise ou la peinture – que sur la relation entre l’œuvre et la personne qui la regarde, déclare Neïl Beloufa. Le moment qui m’intéresse le plus dans cette relation est celui où le spectateur est dans l’incertitude. Lorsqu’il se demande s’il peut croire au film, s’il doit l’accepter, s’il doit simplement suspendre son raisonnement cohérent, ou s’il doit refuser ce qu’il voit. Je veux que ce soit lui qui décide s’il y a film ou pas, s’il veut croire à ce film, alors que j’en montre toutes les ficelles. Je veux que le spectateur décide s’il y a art ou pas.

Nouvelle œuvre de l'exposition Neoliberal de Neïl Beloufa présentée à la galerie Balice Hertling à Paris jusqu'au 18 juillet.

Courtesy of galerie Balice Hertling

Pour Kempinski (2007), film aux allures de documentaire, l’artiste interrogeait des Maliens sur leur vision du futur, qu’ils devaient développer devant la caméra en en parlant au présent. S’amusant à déjouer les attentes du public occidental vis-à-vis d’un récit africain, entre exotisme et postcolonialisme, le film a rapidement transformé Neïl Beloufa en un artiste de “la déconstruction de nos croyances et de nos systèmes de pensée préconçus et de production d’images et de récits”. Pas toujours avec succès. À Londres, alors que l’artiste donnait une conférence à l’Institute of Contemporary Arts sur la pensée décentralisée et sur le folklore et les résidus du colonialisme dans nos modes de pensée, les responsables lui préparaient… un couscous.

Nouvelle œuvre de l'exposition Neoliberal de Neïl Beloufa présentée à la galerie Balice Hertling à Paris jusqu'au 18 juillet.

Courtesy of galerie Balice Hertling

De son côté, Neïl Beloufa refuse ce terme de “déconstruction” : “Je ne démonte pas les mécanismes, bien au contraire, je m’en empare. Lorsque je laisse traîner un micro, je rappelle que nous sommes dans un film. C’est un peu la même chose lorsque je laisse les prises apparentes dans mes installations.

 

L’atelier lui-même est, d’une certaine façon, une œuvre en soi, ajoute-t-il, dans la mesure où dans mes œuvres – comme dans mon atelier – je réfléchis sur les notions de protocoles de travail, d’autorité et de relations humaines.

 

Neoliberal, exposition de Neïl Beloufa, du 6 juin au 18 juillet, à la galerie Balice Hertling, 47 rue Ramponeau 75020 Paris.

 

Par Thibaut Wychowanok. Photos de l'atelier de Neïl Beloufa par Mario Palmieri.

 

Mais qui a volé les WC en or de Maurizio Cattelan ?
657

Mais qui a volé les WC en or de Maurizio Cattelan ?

Art Présentée au palais de Blenheim en Angleterre à l'occasion d'une exposition unique sur le travail de l'artiste italien Maurizio Cattelan, l’œuvre “America”, WC en or massif, a été dérobée deux jours après le lancement de l'exposition.     Présentée au palais de Blenheim en Angleterre à l'occasion d'une exposition unique sur le travail de l'artiste italien Maurizio Cattelan, l’œuvre “America”, WC en or massif, a été dérobée deux jours après le lancement de l'exposition.    

L’obsession de Francis Bacon pour... la mythologie
849

L’obsession de Francis Bacon pour... la mythologie

Art Il y a quelques jours, le Centre Pompidou donnait le coup d’envoi de sa grande rétrospective consacrée à l’immense peintre britannique Francis Bacon, figure éminente de l'art pictural au XXe siècle. L’occasion de revenir sur la passion de l’artiste pour la mythologie, que l'on décèle dans un grand nombre de ses célèbres tableaux. Il y a quelques jours, le Centre Pompidou donnait le coup d’envoi de sa grande rétrospective consacrée à l’immense peintre britannique Francis Bacon, figure éminente de l'art pictural au XXe siècle. L’occasion de revenir sur la passion de l’artiste pour la mythologie, que l'on décèle dans un grand nombre de ses célèbres tableaux.

Advertising
Le MOCO de Montpellier, nouvelle place forte de l’art contemporain
867

Le MOCO de Montpellier, nouvelle place forte de l’art contemporain

Art Nicolas Bourriaud, le célèbre critique d’art cofondateur du Palais de Tokyo, prend la direction du MOCO de Montpellier, une institution unique en son genre regroupant l’école des beaux-arts, le centre d’art La Panacée et un nouvel espace consacré à l’exposition de collections privées ou publiques. Nicolas Bourriaud, le célèbre critique d’art cofondateur du Palais de Tokyo, prend la direction du MOCO de Montpellier, une institution unique en son genre regroupant l’école des beaux-arts, le centre d’art La Panacée et un nouvel espace consacré à l’exposition de collections privées ou publiques.

La rentrée photo en 5 expos : images chimiques et pop art marocain
586

La rentrée photo en 5 expos : images chimiques et pop art marocain

Photographie Sigmar Polke, Ernst Haas, Hassan Hajjaj… En ce mois de septembre, plusieurs galeries et institutions parisiennes mettent la création photographique à l’honneur. Des expérimentations chimiques de Sigmar Polke au BAL aux paysages mélancoliques de Todd Hido à la galerie Les filles du calvaire en passant par les portraits “pop” et colorés de Hassan Hajjaj à la MEP, découvrez cinq expositions photo de la rentrée. Sigmar Polke, Ernst Haas, Hassan Hajjaj… En ce mois de septembre, plusieurs galeries et institutions parisiennes mettent la création photographique à l’honneur. Des expérimentations chimiques de Sigmar Polke au BAL aux paysages mélancoliques de Todd Hido à la galerie Les filles du calvaire en passant par les portraits “pop” et colorés de Hassan Hajjaj à la MEP, découvrez cinq expositions photo de la rentrée.

Qui est la nouvelle artiste invitée par la Collection Pinault ?
890

Qui est la nouvelle artiste invitée par la Collection Pinault ?

Art Depuis 2016, la Collection Pinault offre à des artistes une résidence dans la région de Lens, au cours de laquelle ils pourront être amenés à expérimenter et réaliser pendant plusieurs mois en s’inspirant du patrimoine et des ressources locales. De septembre 2019 à juin 2020, c'est l'artiste française Bertille Bak qui sera invitée à explorer les ressources de la région pour nourrir une recherche inédite. Depuis 2016, la Collection Pinault offre à des artistes une résidence dans la région de Lens, au cours de laquelle ils pourront être amenés à expérimenter et réaliser pendant plusieurs mois en s’inspirant du patrimoine et des ressources locales. De septembre 2019 à juin 2020, c'est l'artiste française Bertille Bak qui sera invitée à explorer les ressources de la région pour nourrir une recherche inédite.

Nicolas Party, de l'animation 3D au pastel coloré
930

Nicolas Party, de l'animation 3D au pastel coloré

Art Alors qu’il n’a pas encore 40 ans, les œuvres de Nicolas Party sont de celles qui s’imposent à nous, irrésistiblement. Son exposition au Modern Institute de Glasgow cet été (du 25 mai au 24 août) en a encore fait la preuve, avant celles, à venir, chez Xavier Hufkens à Bruxelles en novembre, puis chez Hauser & Wirth à Los Angeles en février 2020, expliquant l’ascension fulgurante d’un artiste qui ne fit jamais aucune concession au goût dominant et sut prendre le risque de la liberté. Alors qu’il n’a pas encore 40 ans, les œuvres de Nicolas Party sont de celles qui s’imposent à nous, irrésistiblement. Son exposition au Modern Institute de Glasgow cet été (du 25 mai au 24 août) en a encore fait la preuve, avant celles, à venir, chez Xavier Hufkens à Bruxelles en novembre, puis chez Hauser & Wirth à Los Angeles en février 2020, expliquant l’ascension fulgurante d’un artiste qui ne fit jamais aucune concession au goût dominant et sut prendre le risque de la liberté.



Advertising