222


Commandez-le
Numéro
15

Le futur de l'art en 78 talents se dévoile dans un cahier de tendances

Art

Deux ans après sa création, l'agence française Nonfiction – dédiée au développement de stratégies réunissant le monde de l'art et les entreprises – vient de dévoiler le second tome de son projet d'édition. Pensé comme un cahier de tendances de l'art contemporain au format original, l'ouvrage réunit 78 talents internationaux autour d'un même thème afin d'anticiper les grands concepts, esthétiques et formes de demain.

  • Salomé Chatriot, “Nymphose” (2019) en collaboration avec Filip-Andreas Skrapic. Extrait du triptyque vidéo. 300 x 100 x 10 cm. Galerie Charraudeau, Paris

1/7

Bureaux de style. Il y a près de soixante ans, ce terme faisait à peine son apparition dans le monde de la mode, amenant avec lui un tout nouveau type de structures. Devenues complémentaires des labels et studios de design, ces agences étudient puis prescrivent plusieurs années à l’avance les tendances du futur, qu’il s’agisse de palettes de couleurs, de matières et textiles, de formes et types de vêtements ou même, plus globalement, de modes de vie, d’activités et d’intérêts. Afin de mettre ces recherches à disposition des entreprises et marques, les bureaux de style les réunissent dans un objet devenu sacré : le cahier de tendances. Véritable référence, cet objet prédit ainsi l’esprit d’une époque, digéré par les chasseurs de tendances avant d’être organisé et matérialisé. Si l'activité fait désormais partie intégrante du système de la mode, son extension à d’autres domaines de création est encore bien timide. En constante évolution et enrichi chaque jour, un champ pourrait pourtant bien nourrir et bénéficier de ces mêmes procédés : celui des arts plastiques et visuels.

 

Face à ce constat, Céline Poizat s’est un jour demandée comment communiquer leur force d'anticipation. En 2018, la directrice du développement à la Gaîté Lyrique fonde l’agence Nonfiction afin de créer un pont entre la création artistique contemporaine, son écosystème et les entreprises en quête de nouvelles stratégies. Très vite, un nouveau projet lui vient en tête : lancer l’édition d’un ouvrage montrant comment la jeune création plastique et visuelle parle de notre époque et préfigure les esthétiques, les formes et les concepts qui en découleront. À travers sa sélection attentive d’œuvres d’artistes d’aujourd’hui, celui-ci agirait comme un cahier de tendances dédié à l’art dont le rôle serait de nourrir l’imaginaire des entreprises et leur inspirer un storytelling ancré dans les enjeux du présent. Après un premier opus en 2019, Nonfiction a donc opté pour le rythme d’une publication par an afin de laisser le temps à la prospection. Son second numéro, qui vient d’être dévoilé et édité à 500 exemplaires, prouve désormais la volonté de l’agence d’ancrer l’ouvrage comme un véritable livre d’art en agrégeant les pratiques autour d’une grande idée directrice, aussi vaste que féconde : la nature.

Des paysages virtuels de Cécile B. Evans aux céramiques hybrides de Paloma Proudfoot, des compositions florales photographiées par Michelle Bui aux fragments de corps humain digitalisés par Salomé Chatriot, ce sont non moins de 78 artistes internationaux dont les œuvres ont été réunies dans l’ouvrage. Tous partagent un point commun : celui d’être nés à partir des années 80, “période qui a marqué un point de bascule dans la création avec l’arrivée des outils numériques et d’internet”, justifie Céline Poizat. Afin de dénicher ces talents avant même que ceux-ci n’aient intégré le marché de l'art et les grandes institutions, Nonfiction épluche les programmations des centres d’art, des galeries et autres lieux d’incubation de la création artistique contemporaine. À ce titre, Instagram reste un vivier aux ressources infinies : “grâce à sa force de recommandation, [le réseau social] est devenu un outil assez incomparable pour identifier les réseaux et les projets hors des circuits officiels.” Pour les intégrer au livre, l’agence prend le parti des face à face entre les visuels des œuvres, reliées par des cohérences formelles, matérielles, chromatiques et conceptuelles. Une fois ces liens établis, ces regroupements donnent ensuite naissance à quatre parties explorant chacune un aspect de la nature : une approche scientifique, pour commencer, puis le rapport de la nature à la croyance, la question des utopies et enfin le lien entre nature et féminin.

 

Si ce curating éditorial qui n’est pas sans rappeler le travail d’un commissaire d’exposition, l’ouvrage de Nonfiction n’est pas pour autant un catalogue ni un livre d’art comme les autres. L’une de ses particularités est sans doute l’absence de textes critiques et théoriques déchiffrant les pratiques des artistes et les thématiques abordées. À la place, l’agence a fait le pari de ponctuer les œuvres de courts extraits de textes jugés “intemporels” : entre les paroles des grands penseurs de l’Antiquité tels qu’Aristote, Ovide et Platon, les essais de la philosophe Hannah Arendt et l’anthropologue Philippe Descola, et les prises de parole des figures influentes de notre époque, à l’instar de Greta Thunberg ou encore Bill Gates, qui annonçait déjà il y a quelques années l’arrivée d’une pandémie, le livre ancre son corpus dans la durée tout en préservant les images d’un discours trop bavard dictant des interprétations univoques. Céline Poizat le rappelle : “regarder les esthétiques des artistes nous apprend des choses, mais nous devons aussi réfléchir et mettre en avant les esthétiques que nous souhaiterions pour le futur.” D’où l’importance pour le lecteur de laisser libre cours à sa propre subjectivité : stimulée par ce nouveau support, elle pourra à son tour découvrir, décrypter et donner la couleur du monde de demain.

 

 

NONFICTION N°2 : On nature (2020), disponible sur commande sur le site de l'agence.