222


Commandez-le
Numéro
09

Invitez gratuitement une œuvre d'art chez vous pendant deux mois

Art

Suite à la fermeture des galeries d'art françaises, et donc l'impossibilité totale d'accéder librement à des lieux d'exposition, le peintre français a eu une idée : faire venir l'art directement au public, en proposant à artistes et galeries de prêter gratuitement leurs œuvres à des particuliers pendant deux mois maximum. Baptisé “Une œuvre à la maison” et organisé sur Instagram depuis le 1er avril, le projet détermine ses bénéficiaires avec pour seuls critères leur résidence à moins de 10 kilomètres de l'œuvre et leur motivation à la recevoir chez eux.

  • Marion Charlet, “A Wedding Banquet” (2020). Acrylique sur toile 146 x 114 cm. Crédit © ADAGP, Paris, 2020-2021

  • Anita Molinero, “Phare de voiture” (2010). Techniques mixtes 21 x 23 x 11 cm. Crédit © Rebecca Fanuele. Courtesy of the artist, gallery Thomas Bernard and ADAGP

  • Olivier Masmonteil, “Paysage” (2019). Huile sur toile 38 x 46 cm

  • Hélène Marcoz, “Still Alive, Lys Roses” (2010). Photographie argentique couleur Tirage Lambda contrecollé sur aluminium 80 x 54 cm. Crédit © ADAGP, Hélène Marcoz

  • Thomas Lévy-Lasne, “La villa médicis à l'aube” (2020). Huile sur toile 50 x 40 cm

  • Karine Hoffman, “Chief mountain” (2021). Huile sur toile 40 x 33 cm. Crédit © Courtesy Galerie Dix9 Hélène Lacharmoise

  • Gaël Davrinche, “Nocturne 40” (2020). Huile sur toile 162 x 130 cm

  • Laurence Bonnel, “Foule 11 silhouettes” (2018). Bronze 31 x 27 x 45 cm. Œuvre réalisée par la fonderie Fusions

.

1/9

Depuis plus d'un an, les constantes fermetures et programmations instables des lieux d’exposition ont donné au monde de l’art du fil à retordre et de quoi se creuser la tête. Après de nombreuses intiatives en ligne, entre expositions virtuelles et contenus exclusifs, certaines applications ont également développé avec des artistes la création d'œuvres en réalité augmentée : ainsi, les utilisateurs de la plateforme Acute Art ont pu faire apparaître à travers l'écran leur smartphone des soleils, nuages pluvieux et macareux d’Olafur Eliasson dans leur salon, ou un personnage de Kaws dans leur ville, tandis que les aficionados de la fondation Cartier ont pu fragmenter leur environnement grâce à une application spécialement conçue par l’artiste américaine Sarah Sze, qui transposait l’esthétique de ses sculptures hybrides au format numérique. Mais malgré ces innovations numériques, il reste malheureusement difficile de provoquer virtuellement la même émotion qu’une œuvre physique, du moins, lorsque celle-ci a été conçue ainsi. C’est face à ce constat-là que le peintre français Olivier Masmonteil a souhaité réagir, en poussant d’un cran plus loin – et plus littéralement – l’expression “faire venir l’art chez soi”.

 

Son initiative remonte à seulement quelques semaines. Le 18 mars dernier, lorsque le gouvernement annonce les nouvelles mesures concernant 16 départements français, les galeries d’art, jusqu’alors seules à pouvoir encore présenter de l’art au public en France, apprennent qu’elles devront à leur tour fermer leurs portes. Pour l’artiste de 47 ans, déjà très engagé depuis la crise sanitaire par le don d’œuvres aux Hôpitaux de Paris et de France, c’en est trop : si le public ne peut plus venir à l’art, c’est à l’art de venir au public, et physiquement cette fois-ci. Ainsi naît le projet “Une œuvre à la maison”, le 1er avril dernier. Ses modalités sont simples : sur un compte Instagram dédié, les artistes et galeries participant au projet proposeront des œuvres qui pourront être prêtées gratuitement à un particulier pendant deux mois maximum, à condition que celui ou celle-ci réside dans un rayon de dix kilomètres du lieu de stockage de l’œuvre (conformément aux restrictions gouvernementales). Afin d’accéder à cette offre, les intéressés n’auront qu’à consulter les œuvres disponibles et justifier par écrit leur motivation pour celle(s) de leur choix à la galerie ou l'artiste concerné, qui choisira ensuite l’heureux élu, organisera la livraison de la pièce à domicile tandis qu'APPIA Art & Assurance l'assurera pendant la durée du prêt.


Si l’on trouve parmi la sélection de nombreuses peintures, comme des toiles de Marion Charlet, Thomas Lévy-Lasne ou encore Olivier Masmonteil lui-même, la sélection d’“Une œuvre à la maison” propose aussi des sculptures comme un phare signé Anita Molinero ou des silhouettes en bronze de Laurence Bonnel, ainsi que des photographies telles qu’une nature morte réalisée par Hélène Marcoz. Outre les artistes proposant leur œuvre directement, on retrouve parmi les galeries participantes la célèbre galerie Perrotin avec une toile de Jean-Philippe Delhomme et, entre autres, les parisiennes galerie Sator et Les Filles du Calvaire. Souvent lésées par ce genre d'initiatives, les autres régions de France sont cette fois-ci loin d'être délaissées : ainsi, des œuvres pourront être empruntées depuis Nice, Strasbourg, Reims, Nantes, Lille ou encore La Seyne-sur-Mer. De quoi mobiliser les amateurs d’art aux quatre coins de l’Hexagone, chez qui le manque d’art se fait de plus en en plus sentir.



Découvrez les œuvres du projet “Une œuvre à la maison” et ses modalités sur son profil Instagram.