486

ILS ONT FAIT 2015 : le designer Mathias Kiss

 

Le designer Mathias Kiss a confirmé avec son exposition ”Ornementation Brutaliste” à la galerie NextLevel sa maîtrise virtuose de l’or dans des installations éblouissantes. Rencontre.

Alliant un savoir-faire artisanal – issu de quinze ans passés au sein des compagnons – et une passion pour l’expérimentation contemporaine, le designer français Mathias Kiss propose des installations iconoclastes époustouflantes. Au point que son exposition à la galerie NextLevel, à Paris, s’est imposée comme un événement design de l'année. Rencontre avec un créateur déjà incontournable.

Numéro : Une sculpture en or impressionnante, attachée au plafond comme une stalagmite, accueille le spectateur de votre exposition. De quoi s’agit-il ?

Mathias Kiss : La pièce principale de l’exposition est en réalité une corniche que j’ai souhaité décrocher de son cadre traditionnel. Habituellement, cet élément architectural est en périphérie de la pièce, il suit le mur… J’ai voulu le sortir de ce carcan pour l’installer au milieu de la pièce. La corniche devient sculpture. Plissée, ramassée sur elle-même, elle semble dégouliner du mur. On retrouve dans cette pièce l’essence de mon travail : partir d’un élément classique et lui rendre sa liberté. Ce qui correspond à mon parcours personnel. J’ai commencé chez les compagnons du Devoir, où quinze ans de chantiers sur les monuments historiques m’ont nourri… mais aussi incité aujourd’hui à me libérer de cet académisme. La corniche ne s’efface pas, elle est massive, phallique, assumée. La corniche haussmannienne correspondait à un mode de vie d’il y a plusieurs siècles. Je ne veux pas tirer un trait sur ce passé, mais l’adapter à notre culture contemporaine. Pierre Soulages s’emparait de la peinture à l’huile, la même que celles des peintres de la Renaissance, pour en faire des monochromes. J’ai la même ambition : m’emparer d’un vocabulaire et d’une matière classique pour inventer autre chose.

Vous proposez une version très personnelle du monochrome, en or, comme une porte gigantesque vers le soleil. En quoi l’or est-il un matériau intéressant ?

Ce monochrome de presque deux mètres est un rideau d’or, un bain de lumière dans une pièce. Comme un rayon de soleil. Je l’ai conçu telle une porte. C’est un tableau vivant qui évoluera au gré de la lumière du jour, du matin et du soir. J’y vois aussi un miroir brouillé – une fenêtre aveugle – dans lequel nous ne nous voyons jamais totalement. Nous percevons notre silhouette mais jamais tous les détails. Cette abstraction du reflet est fascinante et invite, je l’espère, à la rêverie, mais aussi à la réflexion. L’or, c’est la lumière, c’est la vie. Ce n’est pas uniquement l’opulence ou le doré un peu kitsch et passéiste. L’or permet aussi d’engager une réflexion sur le pouvoir, celui de la séduction des femmes à l’aide d’accessoires et de bijoux, celui des hommes qui se sont battus depuis toujours pour le posséder.  

Quelles sont les autres pièces présentées ?

Vingt-quatre panneaux au format A4 en or, constitués de 24 ors différents. De l’or rose à l’or champagne en passant par l’or Versailles ou l’or Régence… c’est en les présentant les uns à côté des autres que l’on en perçoit toutes les subtilités. L’or n’est pas une couleur, mais une multitude de variations et de nuances. L’or est loin d’être figé, certaines teintes évolueront avec le temps… Vous trouverez également dans l’exposition l’idée du cadre. Un cadre, normalement, ça cadre, c’est au second plan. Avec moi, il se libère de cet académisme, il passe du second au premier plan pour devenir sujet.

Se libérer des académismes”, est-ce également ainsi que l’on doit comprendre votre titre d’exposition “Ornementation Brutaliste” ?

Ces deux mouvements ont souvent été opposés et caricaturés. D’un côté, l’ornementation qui serait figée au XVIIIe siècle, avec la figure de l’artisan posant sa feuille d’or et le motif de la feuille d’acanthe. De l’autre, le brutalisme issu du modernisme avec ses angles et ses lignes droites, son minimalisme et son rigorisme. J’essaie d’en proposer, dans les deux cas, une approche libérée et contemporaine.

 

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

 

“Ornementation Brutaliste” à la galerie NextLevel de Paris, jusqu’au 18 juillet, 8, rue Charlot, Paris IIIe. www.mathiaskiss.com

6 bâtiments emblématiques signés Le Corbusier
734

6 bâtiments emblématiques signés Le Corbusier

Architecture Ce mois-ci, le Pavillon Le Corbusier ouvre de nouveau ses portes à Zurich. L'occasion de passer en revue la carrière de ce titan de l’architecture à travers un panorama de 6 projets parmi les plus emblématiques, tous inscrits depuis 2016 sur la fameuse liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce mois-ci, le Pavillon Le Corbusier ouvre de nouveau ses portes à Zurich. L'occasion de passer en revue la carrière de ce titan de l’architecture à travers un panorama de 6 projets parmi les plus emblématiques, tous inscrits depuis 2016 sur la fameuse liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Rencontres d’Arles : 5 expos hors les murs à voir absolument
631

Rencontres d’Arles : 5 expos hors les murs à voir absolument

Photographie En parallèle des Rencontres d’Arles, Guy Bourdin, Harry Gruyaert, Vik Muniz, Ludovic Carême et une expo sur le tatouage sont 5 des événements qui marquent la programmation hors les murs du festival. Disséminées de Nîmes à Toulon, en passant par Avignon, L’Isle-sur-la-Sorgue et Marseille, ces photographes de talent brisent les frontières et prennent le contrôle du sud de la France. En parallèle des Rencontres d’Arles, Guy Bourdin, Harry Gruyaert, Vik Muniz, Ludovic Carême et une expo sur le tatouage sont 5 des événements qui marquent la programmation hors les murs du festival. Disséminées de Nîmes à Toulon, en passant par Avignon, L’Isle-sur-la-Sorgue et Marseille, ces photographes de talent brisent les frontières et prennent le contrôle du sud de la France.

Le jour où Robert Smithson réalisa la plus grande œuvre de land art
876

Le jour où Robert Smithson réalisa la plus grande œuvre de land art

Art Le 9 avril 1970, l’artiste américain Robert Smithson, alors âgé de 32 ans, reçut du Département des ressources naturelles de l’Utah le special use lease agreement qu’il avait sollicité afin de pouvoir utiliser 10 hectares de terrain sur les rives du Great Salt Lake [Grand Lac salé] de Rozel Point, pour y réaliser une construction... Le 9 avril 1970, l’artiste américain Robert Smithson, alors âgé de 32 ans, reçut du Département des ressources naturelles de l’Utah le special use lease agreement qu’il avait sollicité afin de pouvoir utiliser 10 hectares de terrain sur les rives du Great Salt Lake [Grand Lac salé] de Rozel Point, pour y réaliser une construction...

Pourquoi Lee Ufan est-il une star de l’art contemporain ?
910

Pourquoi Lee Ufan est-il une star de l’art contemporain ?

Art Ses installations, sculptures et toiles minimales et épurées, régies par les forces silencieuses de la nature et la précision du geste, ont fait sa notoriété. Lee Ufan, 83 ans, est l’un des artistes coréens les plus célèbres et appréciés en Occident. Jusqu’au 30 septembre, le Centre Pompidou-Metz lui consacre une exposition intitulée “Habiter le temps” : l’occasion de passer en revue les forces qui font de cet artiste un véritable phénomène de l’art contemporain.  Ses installations, sculptures et toiles minimales et épurées, régies par les forces silencieuses de la nature et la précision du geste, ont fait sa notoriété. Lee Ufan, 83 ans, est l’un des artistes coréens les plus célèbres et appréciés en Occident. Jusqu’au 30 septembre, le Centre Pompidou-Metz lui consacre une exposition intitulée “Habiter le temps” : l’occasion de passer en revue les forces qui font de cet artiste un véritable phénomène de l’art contemporain. 

Le “When I Get Home” de Solange s’exporte au musée
863

Le “When I Get Home” de Solange s’exporte au musée

Musique Alors qu’hier elle enflammait la scène du festival Afropunk, un nouvel événement signé Solange Knowles se prépare pour ce mercredi 17 juillet. Le Museum of Fine Arts de Houston au Texas – la ville d’où Solange est originaire – accueillera un montage exclusif du film “When I Get Home”, suivant son album éponyme sorti plus tôt cette année. Alors qu’hier elle enflammait la scène du festival Afropunk, un nouvel événement signé Solange Knowles se prépare pour ce mercredi 17 juillet. Le Museum of Fine Arts de Houston au Texas – la ville d’où Solange est originaire – accueillera un montage exclusif du film “When I Get Home”, suivant son album éponyme sorti plus tôt cette année.

Les spectres lumineux de l’artiste Olafur Eliasson à la Tate Modern
693

Les spectres lumineux de l’artiste Olafur Eliasson à la Tate Modern

Art La nouvelle rétrospective d’Olafur Eliasson à la Tate Modern célèbre cet artiste danois d’origine islandaise dont les œuvres sculptent la lumière. Avec plus d’une quarantaine de productions, historiques et récentes, Olafur Eliasson dévoile à Londres comment l’art et les science cognitives s’unissent pour faire émerger le sublime. À voir jusqu’au 5 janvier 2020. La nouvelle rétrospective d’Olafur Eliasson à la Tate Modern célèbre cet artiste danois d’origine islandaise dont les œuvres sculptent la lumière. Avec plus d’une quarantaine de productions, historiques et récentes, Olafur Eliasson dévoile à Londres comment l’art et les science cognitives s’unissent pour faire émerger le sublime. À voir jusqu’au 5 janvier 2020.