Advertising
50

L’œil de Jean de Loisy

 

Le président du Palais de Tokyo confie son admiration pour une œuvre de Julien Prévieux, lauréat du prix Marcel Duchamp 2014 et l’un des invités du festival Do Disturb, jusqu’au 12 avril au sein de l’institution

Avec son projet Shall We Do Next?, à la fois film court et performance, Julien Prévieux demandait à ses acteurs de reproduire des gestes liés aux usages des outils de notre monde contemporain. Jean de Loisy, président du Palais de Tokyo, nous explique en quoi son travail est important alors que l’artiste est invité par l’institution dans le cadre du festival Do Disturb, jusqu’au 12 avril.

Julien Prévieux

What Shall We Do Next? (Séquence #2) [2014]

Vidéo HD (photogramme), 16 min 47 s.

Courtesy galerie Jousse Entreprise

Tout m’intéresse dans le travail de Julien Prévieux. D’abord cette idée qu’un certain nombre de gestes nous sont imposés par les nouvelles technologies et qu’ils entrent ainsi en compétition avec des gestes naturels. Shall We Do Next? nous invite, d’une certaine manière, à se les réapproprier. Or, ce qu’explique très bien Julien Prévieux, c’est que ces gestes mêmes – comme le ‘‘glisser pour déverrouiller’’ sur un Smartphone, ou le geste synchronisé de deux doigts pour agrandir une image - font l’objet de grandes batailles juridiques aux États-Unis afin d’être brevetés et d’appartenir à une entreprise ! Cet effort des entreprises pour breveter des gestes humains me rappelle le pillage des savoirs des Indiens d'Amazonie par les firmes pharmaceutiques. Il y a bien sûr une stratégie très compréhensible des industriels d'être les premiers à déposer juridiquement un certain nombre de gestes, mais en même temps, cela entraîne une dépossession de l'humain par lui-même qui est extraordinaire.

 

Une autre caractéristique de l’œuvre de Julien Prévieux est qu’elle entre dans un système de résistance à la matérialité de la création artistique. Sa performance, par essence, échappe totalement au mercantilisme, au marché de l'art, au monde matériel, à l'objet. Ce n’est pas seulement une exploration de soi et de son corps - ce à quoi on réduit trop souvent la performance - c'est aussi un acte de résistance. Le rôle d'un espace expérimental comme le Palais de Tokyo est d'aller le plus loin possible dans ce genre de situations et d’expériences qui sont autant de traversées des périls. Et qui nous laissent parfois désarmés. J’espère que c’est ce à quoi nous arriverons avec le festival Do Disturb, qui vise à créer la surprise avec des concerts, des performances, des projections… Nous sommes tous des petites poupées agitées, et c'est agréable quand nous le sommes grâce aux artistes.

 

Do Disturb, Palais de Tokyo, Paris, jusqu'au 12 avril. 

Qui sont les 4 lauréats de la Bourse du talent 2019 ?
657

Qui sont les 4 lauréats de la Bourse du talent 2019 ?

Photographie Des enfants abandonnés en Chine et des paysages arctiques en plein bouleversement, les lauréats de la Bourse du talent présentent leurs clichés jusqu’au 29 mars 2020 à la Bibliothèque François-Mitterrand. Des enfants abandonnés en Chine et des paysages arctiques en plein bouleversement, les lauréats de la Bourse du talent présentent leurs clichés jusqu’au 29 mars 2020 à la Bibliothèque François-Mitterrand.

L'artiste Sara Sadik s'inspire de Jul et Dragon Ball Z pour Numéro art
673

L'artiste Sara Sadik s'inspire de Jul et Dragon Ball Z pour Numéro art

Numéro art La jeune Française, qui joue avec les symboles de la culture des banlieues, signe pour Numéro art une série de photos, intitulée d’après l’expression du rappeur Jul signifiant “merci”. Ce projet donnera lieu à une performance en janvier. La jeune Française, qui joue avec les symboles de la culture des banlieues, signe pour Numéro art une série de photos, intitulée d’après l’expression du rappeur Jul signifiant “merci”. Ce projet donnera lieu à une performance en janvier.

Advertising
Quand l’art contemporain s’affole pour une banane
396

Quand l’art contemporain s’affole pour une banane

Numéro art Depuis que la galerie Perrotin a dévoilé, à la foire d’Art Basel Miami, une banane scotchée au mur de son stand, le monde de l’art est en ébullition. Signée par l'artiste italien Maurizio Cattelan, cette œuvre baptisée Comedian a déjà été vendue en deux exemplaires à un prix astronomique, dévorée frauduleusement par un artiste, et possède son propre compte Instagram. Décryptage d'un phénomène qui fait couler beaucoup d'encre. Depuis que la galerie Perrotin a dévoilé, à la foire d’Art Basel Miami, une banane scotchée au mur de son stand, le monde de l’art est en ébullition. Signée par l'artiste italien Maurizio Cattelan, cette œuvre baptisée Comedian a déjà été vendue en deux exemplaires à un prix astronomique, dévorée frauduleusement par un artiste, et possède son propre compte Instagram. Décryptage d'un phénomène qui fait couler beaucoup d'encre.

Les 5 expositions à voir en décembre
649

Les 5 expositions à voir en décembre

Numéro art Dan Flavin à la galerie David Zwirner, Harley Weir et Ursula Schulz-Dornburg à la MEP ou encore Thu-Van Tran à la galerie Almine Rech : découvrez les cinq expositions à ne pas manquer au mois de décembre. Dan Flavin à la galerie David Zwirner, Harley Weir et Ursula Schulz-Dornburg à la MEP ou encore Thu-Van Tran à la galerie Almine Rech : découvrez les cinq expositions à ne pas manquer au mois de décembre.

Design Miami : Louis Vuitton présente de nombreuses pièces inédites
649

Design Miami : Louis Vuitton présente de nombreuses pièces inédites

Design À l'occasion de la foire internationale Design Miami, qui fermait ses portes hier, la maison française Louis Vuitton a dévoilé une nouvelle sélection d'Objets Nomades, et occupait en parallèle un espace événementiel hors de la foire où elle révélait deux nouvelles créations inédites : la Malle et la Boîte Sneakers, spécialement dédiées aux sneakers. À l'occasion de la foire internationale Design Miami, qui fermait ses portes hier, la maison française Louis Vuitton a dévoilé une nouvelle sélection d'Objets Nomades, et occupait en parallèle un espace événementiel hors de la foire où elle révélait deux nouvelles créations inédites : la Malle et la Boîte Sneakers, spécialement dédiées aux sneakers.

Design Miami : Fendi transporte dans une Rome onirique
798

Design Miami : Fendi transporte dans une Rome onirique

Design Après avoir dévoilé cette semaine une collaboration inédite avec le parfumeur Francis Kurkdjian et un nouveau modèle de son célèbre sac Baguette, la maison italienne Fendi révèle une nouvelle surprise à l’occasion de la foire Design Miami : un stand exceptionnel réalisé avec les designers suisses Kueng Caputo.    Après avoir dévoilé cette semaine une collaboration inédite avec le parfumeur Francis Kurkdjian et un nouveau modèle de son célèbre sac Baguette, la maison italienne Fendi révèle une nouvelle surprise à l’occasion de la foire Design Miami : un stand exceptionnel réalisé avec les designers suisses Kueng Caputo.   



Advertising