Advertising
50

L’œil de Jean de Loisy

 

Le président du Palais de Tokyo confie son admiration pour une œuvre de Julien Prévieux, lauréat du prix Marcel Duchamp 2014 et l’un des invités du festival Do Disturb, jusqu’au 12 avril au sein de l’institution

Avec son projet Shall We Do Next?, à la fois film court et performance, Julien Prévieux demandait à ses acteurs de reproduire des gestes liés aux usages des outils de notre monde contemporain. Jean de Loisy, président du Palais de Tokyo, nous explique en quoi son travail est important alors que l’artiste est invité par l’institution dans le cadre du festival Do Disturb, jusqu’au 12 avril.

Julien Prévieux

What Shall We Do Next? (Séquence #2) [2014]

Vidéo HD (photogramme), 16 min 47 s.

Courtesy galerie Jousse Entreprise

Tout m’intéresse dans le travail de Julien Prévieux. D’abord cette idée qu’un certain nombre de gestes nous sont imposés par les nouvelles technologies et qu’ils entrent ainsi en compétition avec des gestes naturels. Shall We Do Next? nous invite, d’une certaine manière, à se les réapproprier. Or, ce qu’explique très bien Julien Prévieux, c’est que ces gestes mêmes – comme le ‘‘glisser pour déverrouiller’’ sur un Smartphone, ou le geste synchronisé de deux doigts pour agrandir une image - font l’objet de grandes batailles juridiques aux États-Unis afin d’être brevetés et d’appartenir à une entreprise ! Cet effort des entreprises pour breveter des gestes humains me rappelle le pillage des savoirs des Indiens d'Amazonie par les firmes pharmaceutiques. Il y a bien sûr une stratégie très compréhensible des industriels d'être les premiers à déposer juridiquement un certain nombre de gestes, mais en même temps, cela entraîne une dépossession de l'humain par lui-même qui est extraordinaire.

 

Une autre caractéristique de l’œuvre de Julien Prévieux est qu’elle entre dans un système de résistance à la matérialité de la création artistique. Sa performance, par essence, échappe totalement au mercantilisme, au marché de l'art, au monde matériel, à l'objet. Ce n’est pas seulement une exploration de soi et de son corps - ce à quoi on réduit trop souvent la performance - c'est aussi un acte de résistance. Le rôle d'un espace expérimental comme le Palais de Tokyo est d'aller le plus loin possible dans ce genre de situations et d’expériences qui sont autant de traversées des périls. Et qui nous laissent parfois désarmés. J’espère que c’est ce à quoi nous arriverons avec le festival Do Disturb, qui vise à créer la surprise avec des concerts, des performances, des projections… Nous sommes tous des petites poupées agitées, et c'est agréable quand nous le sommes grâce aux artistes.

 

Do Disturb, Palais de Tokyo, Paris, jusqu'au 12 avril. 

Un tableau de Matisse ressuscité par une collection de design
798

Un tableau de Matisse ressuscité par une collection de design

Design En parallèle des salons Maison & Objet et de Paris Déco Home et en hommage au tableau La musique d'Henri Matisse, la maison française de design Maison Matisse dévoile cette semaine sa nouvelle collection de pièces en céramique du même nom, créée avec la jeune designer franco-polonaise Marta Bakowski. En parallèle des salons Maison & Objet et de Paris Déco Home et en hommage au tableau La musique d'Henri Matisse, la maison française de design Maison Matisse dévoile cette semaine sa nouvelle collection de pièces en céramique du même nom, créée avec la jeune designer franco-polonaise Marta Bakowski.

Le design s'invite sur les rochers d’Étretat avec Franck Genser
899

Le design s'invite sur les rochers d’Étretat avec Franck Genser

Design Le designer français dévoile ses créations à travers une série de clichés du photographe Rid Burman capturés au milieu des paysages oniriques de Normandie. Le designer français dévoile ses créations à travers une série de clichés du photographe Rid Burman capturés au milieu des paysages oniriques de Normandie.

Advertising
Plongée dans le théâtre fantastique de Tim Walker
379

Plongée dans le théâtre fantastique de Tim Walker

Numéro art Pour sa plus grande rétrospective à ce jour –présentée jusqu’au 8 mars au Victoria and Albert Museum, à Londres – l’illustre photographe de mode britannique Tim Walker a lui-même orchestré la présentation de son travail, appuyé par une scénographie épatante. Retour sur un fantastique voyage au cœur de l'œuvre de ce maître de l'image, rythmé par ses célèbres mises en scène oniriques, gourmandes voire érotiques, mais également dix séries inédites inspirées par des artefacts issus de la vaste collection du musée. Pour sa plus grande rétrospective à ce jour –présentée jusqu’au 8 mars au Victoria and Albert Museum, à Londres – l’illustre photographe de mode britannique Tim Walker a lui-même orchestré la présentation de son travail, appuyé par une scénographie épatante. Retour sur un fantastique voyage au cœur de l'œuvre de ce maître de l'image, rythmé par ses célèbres mises en scène oniriques, gourmandes voire érotiques, mais également dix séries inédites inspirées par des artefacts issus de la vaste collection du musée.

Paul Pouvreau, le photographe qui transforme les sacs plastique en fleurs
756

Paul Pouvreau, le photographe qui transforme les sacs plastique en fleurs

Art Jusqu’au 18 janvier, la galerie les Douches présente une sélection d'œuvres du photographe français Paul Pouvreau. Parmi elles, sa dernière série “Les invasives” fait écho aux enjeux écologiques contemporains avec des natures mortes surprenantes.  Jusqu’au 18 janvier, la galerie les Douches présente une sélection d'œuvres du photographe français Paul Pouvreau. Parmi elles, sa dernière série “Les invasives” fait écho aux enjeux écologiques contemporains avec des natures mortes surprenantes. 

Qui est Tom Rubnitz, le vidéaste queer le plus kitsch des années 80 ?
436

Qui est Tom Rubnitz, le vidéaste queer le plus kitsch des années 80 ?

Numéro art Immergé dans la scène queer et underground new-yorkaise des années 80, l'artiste Tom Rubnitz a capturé la frénésie, l'humour et l'esthétique décalée de l'époque dans ses vidéos aussi drôles que saugrenues. Ce samedi 11 janvier, une sélection de ses films seront projetés dans l'artist run-space Goswell Road, à Paris, durant tout l'après-midi.  Immergé dans la scène queer et underground new-yorkaise des années 80, l'artiste Tom Rubnitz a capturé la frénésie, l'humour et l'esthétique décalée de l'époque dans ses vidéos aussi drôles que saugrenues. Ce samedi 11 janvier, une sélection de ses films seront projetés dans l'artist run-space Goswell Road, à Paris, durant tout l'après-midi. 

100 000 œuvres d'art désormais en libre accès sur Internet
739

100 000 œuvres d'art désormais en libre accès sur Internet

Numéro art Ce mercredi, 14 musées de la ville de Paris ont fait une grande annonce : sur le site de Paris Musées, il est désormais possible de télécharger en libre accès plus de 100 000 reproductions numériques d’œuvres d’arts issues de leur collection. Ce mercredi, 14 musées de la ville de Paris ont fait une grande annonce : sur le site de Paris Musées, il est désormais possible de télécharger en libre accès plus de 100 000 reproductions numériques d’œuvres d’arts issues de leur collection.



Advertising