639

La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie

 

Entre céramiques colorées et sculptures miniatures, l’artiste californien touche-à-tout, ancien du groupe Memphis, revient en très grande forme. Rencontre avec la commissaire d’exposition Julie Boukobza, qui a eu la géniale idée de l’inviter.

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

Numéro : Pourquoi avoir choisi d’exposer Peter Shire, un artiste né en 1947, à la New Galerie plutôt tournée vers les jeunes artistes ?

 

Julie Boukobza : Lorsque la New Galerie m’a proposé de réaliser une exposition, j’ai tout de suite eu envie de prendre le contre-pied de leur programmation habituelle. J’avais envie de les surprendre. Et je cherchais depuis longtemps une opportunité de travailler avec Peter Shire. C’est une personnalité libre, fascinante. Il a tout fait : artiste, designer… Il a appartenu au groupe Memphis avec Ettore Sottsass dans les années 80, mais il a également réalisé de nombreuses œuvres publiques à Los Angeles. Il utilise aussi bien la céramique que le métal. Mais il est resté hors marché, à l’écart du circuit des galeries, et, surtout, il n’était pas venu en France depuis trente ans. 

 

Quelles œuvres présentez-vous à l’occasion de cette exposition ?

 

Nous avons essayé d’être fidèles à son côté touche-à-tout et pluridisciplinaire. L’exposition présente aussi bien des céramiques très colorées que des dessins, des œuvres inspirées par Jacques Tati qu’une vidéo, des pièces assez imposantes que des petites tasses… Ces dernières semblent d’ailleurs obséder tout le monde. La liste des réservations est impressionnante. Elles coûtent 45 euros et il les fabrique à la chaîne… À la fois pièces uniques et objets industriels, elles incarnent parfaitement le mélange des genres caractéristique de Peter Shire. Il peut tout aussi bien réaliser une pièce de quelques dizaines d'euros qu’une céramique à 10 000 euros.

 

On rapproche toujours Peter Shire du groupe Memphis dont il a fait partie, notamment en raison de son usage de la couleur…

 

En effet, la couleur a toujours joué un rôle important dans son travail, même s’il s’essaie parfois à des œuvres plus sombres. Peter Shire a toujours vécu dans le quartier d’Echo Park à Los Angeles, à majorité hispanique. Son usage de la couleur en a été très influencé, lui conférant un côté un peu “Memphis mexicain”. 

 

Pourquoi avoir choisi d'installer ses pièces sur cette grande table blanche ?

 

Exposer un artiste californien dans un espace aussi exigu avec une cave voûtée moyenâgeuse est assez amusant, voire exotique. J’ai cherché à accentuer cet esprit décalé en installant les œuvres sur cette table très haute, très grande, à la manière d’Alice au pays des merveilles… Envahissant l’espace, elle oblige le public à se confronter physiquement aux œuvres. 

 

Peter Shire, Love and P's, exposition réalisée par Julie Boukobza, à la New Galerie, 2, rue Borda, Paris IIIe, jusqu’au 27 février. 

courtesy New Galerie

photo : Aurélien Mole

Le point de vue d’Eric Troncy : les prémonitions artistiques de Jean Baudrillard
875

Le point de vue d’Eric Troncy : les prémonitions artistiques de Jean Baudrillard

Art Cet éminent sociologue exprima aussi en photographie ses intuitions prémonitoires. Ainsi, bien avant Instagram et le règne du selfie, il annonça l’avènement de l’“hyperréalité”, mélange de réel et d’imaginaire destiné à produire un simulacre du monde... l’ère de la réalité factice. Cet éminent sociologue exprima aussi en photographie ses intuitions prémonitoires. Ainsi, bien avant Instagram et le règne du selfie, il annonça l’avènement de l’“hyperréalité”, mélange de réel et d’imaginaire destiné à produire un simulacre du monde... l’ère de la réalité factice.

Albert Oehlen, le peintre de la pop culture exposé au Palazzo Grassi de Venise
249

Albert Oehlen, le peintre de la pop culture exposé au Palazzo Grassi de Venise

Art Telles des partitions de free-jazz, ses toiles associent, dans un tourbillon de références, symboles de la pop culture, éléments figuratifs et abstraits, dans un chaos surmaîtrisé. Le palais de François Pinault, à Venise, célèbre cet artiste allemand influencé par Sigmar Polke. Telles des partitions de free-jazz, ses toiles associent, dans un tourbillon de références, symboles de la pop culture, éléments figuratifs et abstraits, dans un chaos surmaîtrisé. Le palais de François Pinault, à Venise, célèbre cet artiste allemand influencé par Sigmar Polke.

“Je souhaite faire percevoir le charme du sentiment de malaise.” Rencontre avec Lisa Jo, artiste à la croisée des arts
841

“Je souhaite faire percevoir le charme du sentiment de malaise.” Rencontre avec Lisa Jo, artiste à la croisée des arts

Art Récemment exposée à Paris, cette jeune artiste californienne revendique sa double culture coréenne et américaine. Un mélange d’influences perceptible dans ses œuvres qui hybrident peinture, art digital, céramique, cinéma, dans un espace incertain entre abstraction et figuration. Récemment exposée à Paris, cette jeune artiste californienne revendique sa double culture coréenne et américaine. Un mélange d’influences perceptible dans ses œuvres qui hybrident peinture, art digital, céramique, cinéma, dans un espace incertain entre abstraction et figuration.

Lafayette Anticipations expose la fin d'un monde avec “Le Centre ne peut tenir“
872

Lafayette Anticipations expose la fin d'un monde avec “Le Centre ne peut tenir“

Art La fondation des Galeries Lafayette propose jusqu’au 9 septembre une exposition collective de jeunes artistes. Au programme : la déconstruction de l’ancien monde machiste, raciste et colonial et l’avènement de nouveaux enjeux comme la procréation assistée.  La fondation des Galeries Lafayette propose jusqu’au 9 septembre une exposition collective de jeunes artistes. Au programme : la déconstruction de l’ancien monde machiste, raciste et colonial et l’avènement de nouveaux enjeux comme la procréation assistée. 

Gilbert & Georges à Arles : retour sur 50 ans d’impertinence british
882

Gilbert & Georges à Arles : retour sur 50 ans d’impertinence british

Art À Arles, l’ancien atelier de mécanique générale de la SNCF accueille “The Great Exhibition” de Gilbert & George jusqu’au 6 janvier. Une rétrospective qui mise sur la démesure, notion chère au duo le plus turbulent de la Perfide Albion. À Arles, l’ancien atelier de mécanique générale de la SNCF accueille “The Great Exhibition” de Gilbert & George jusqu’au 6 janvier. Une rétrospective qui mise sur la démesure, notion chère au duo le plus turbulent de la Perfide Albion.

Qui est Kohei Nawa, la nouvelle star du Louvre?
867

Qui est Kohei Nawa, la nouvelle star du Louvre?

Art Invité par le musée, le Japonais Kohei Nawa élève un majestueux trône d’or de dix mètres sous la légendaire pyramide. Un symbole des pouvoirs qui gouvernent le monde. Invité par le musée, le Japonais Kohei Nawa élève un majestueux trône d’or de dix mètres sous la légendaire pyramide. Un symbole des pouvoirs qui gouvernent le monde.