639

La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie

 

Entre céramiques colorées et sculptures miniatures, l’artiste californien touche-à-tout, ancien du groupe Memphis, revient en très grande forme. Rencontre avec la commissaire d’exposition Julie Boukobza, qui a eu la géniale idée de l’inviter.

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

Numéro : Pourquoi avoir choisi d’exposer Peter Shire, un artiste né en 1947, à la New Galerie plutôt tournée vers les jeunes artistes ?

 

Julie Boukobza : Lorsque la New Galerie m’a proposé de réaliser une exposition, j’ai tout de suite eu envie de prendre le contre-pied de leur programmation habituelle. J’avais envie de les surprendre. Et je cherchais depuis longtemps une opportunité de travailler avec Peter Shire. C’est une personnalité libre, fascinante. Il a tout fait : artiste, designer… Il a appartenu au groupe Memphis avec Ettore Sottsass dans les années 80, mais il a également réalisé de nombreuses œuvres publiques à Los Angeles. Il utilise aussi bien la céramique que le métal. Mais il est resté hors marché, à l’écart du circuit des galeries, et, surtout, il n’était pas venu en France depuis trente ans. 

 

Quelles œuvres présentez-vous à l’occasion de cette exposition ?

 

Nous avons essayé d’être fidèles à son côté touche-à-tout et pluridisciplinaire. L’exposition présente aussi bien des céramiques très colorées que des dessins, des œuvres inspirées par Jacques Tati qu’une vidéo, des pièces assez imposantes que des petites tasses… Ces dernières semblent d’ailleurs obséder tout le monde. La liste des réservations est impressionnante. Elles coûtent 45 euros et il les fabrique à la chaîne… À la fois pièces uniques et objets industriels, elles incarnent parfaitement le mélange des genres caractéristique de Peter Shire. Il peut tout aussi bien réaliser une pièce de quelques dizaines d'euros qu’une céramique à 10 000 euros.

 

On rapproche toujours Peter Shire du groupe Memphis dont il a fait partie, notamment en raison de son usage de la couleur…

 

En effet, la couleur a toujours joué un rôle important dans son travail, même s’il s’essaie parfois à des œuvres plus sombres. Peter Shire a toujours vécu dans le quartier d’Echo Park à Los Angeles, à majorité hispanique. Son usage de la couleur en a été très influencé, lui conférant un côté un peu “Memphis mexicain”. 

 

Pourquoi avoir choisi d'installer ses pièces sur cette grande table blanche ?

 

Exposer un artiste californien dans un espace aussi exigu avec une cave voûtée moyenâgeuse est assez amusant, voire exotique. J’ai cherché à accentuer cet esprit décalé en installant les œuvres sur cette table très haute, très grande, à la manière d’Alice au pays des merveilles… Envahissant l’espace, elle oblige le public à se confronter physiquement aux œuvres. 

 

Peter Shire, Love and P's, exposition réalisée par Julie Boukobza, à la New Galerie, 2, rue Borda, Paris IIIe, jusqu’au 27 février. 

courtesy New Galerie

photo : Aurélien Mole

Rencontre avec l’artiste Will Boone, entre jaquettes punk et masques de Frankenstein
842

Rencontre avec l’artiste Will Boone, entre jaquettes punk et masques de Frankenstein

Art De John F. Kennedy au logo de Chevrolet, ce jeune artiste, d’origine texane, puise nombre de ses sources d’inspiration dans les symboles de la culture populaire américaine. Plus récemment, son travail s’est orienté sur le thème des masques, comme pour mieux retrouver le sujet essentiel de l’identité que questionne son œuvre. De John F. Kennedy au logo de Chevrolet, ce jeune artiste, d’origine texane, puise nombre de ses sources d’inspiration dans les symboles de la culture populaire américaine. Plus récemment, son travail s’est orienté sur le thème des masques, comme pour mieux retrouver le sujet essentiel de l’identité que questionne son œuvre.

FIAC 2018 : Katharina Grosse installe un bûcher incandescent au Grand Palais
978

FIAC 2018 : Katharina Grosse installe un bûcher incandescent au Grand Palais

Art À coups de pistolet à peinture, Katharina Grosse a métamorphosé la nef du Grand Palais en paysage éclatant avec une installation monumentale déployée sur le stand de la galerie Gagosian. En son centre, un bûcher flamboyant vibrant de couleurs formé par des troncs d'arbres. L'artiste avait présenté début 2018 une œuvre jumelle à la Villa Médicis à Rome. Numéro art l'avait rencontrée à cette occasion et réalisé un portfolio exclusif de clichés plongeant au plus proche de la peinture. À coups de pistolet à peinture, Katharina Grosse a métamorphosé la nef du Grand Palais en paysage éclatant avec une installation monumentale déployée sur le stand de la galerie Gagosian. En son centre, un bûcher flamboyant vibrant de couleurs formé par des troncs d'arbres. L'artiste avait présenté début 2018 une œuvre jumelle à la Villa Médicis à Rome. Numéro art l'avait rencontrée à cette occasion et réalisé un portfolio exclusif de clichés plongeant au plus proche de la peinture.

Ce qu’il faut savoir de Laure Prouvost, artiste invitée du Studio des Acacias et de la Biennale de Venise
861

Ce qu’il faut savoir de Laure Prouvost, artiste invitée du Studio des Acacias et de la Biennale de Venise

Art Alors que l’artiste française inaugure une nouvelle exposition à Paris au Studio des Acacias, Numéro publie un texte de Martha Kirszenbaum, la curatrice qui l’accompagne sur cet événement et sur le projet de pavillon français à la Biennale de Venise. Elle revient sur le rapport spécifique de Laure Prouvost à Los Angeles, ville où elles ont initié leur première collaboration, et donne quelques clés de compréhension d’une œuvre passionnante. Alors que l’artiste française inaugure une nouvelle exposition à Paris au Studio des Acacias, Numéro publie un texte de Martha Kirszenbaum, la curatrice qui l’accompagne sur cet événement et sur le projet de pavillon français à la Biennale de Venise. Elle revient sur le rapport spécifique de Laure Prouvost à Los Angeles, ville où elles ont initié leur première collaboration, et donne quelques clés de compréhension d’une œuvre passionnante.

Sortie d’école : qui sont les jeunes artistes les plus prometteurs ?
786

Sortie d’école : qui sont les jeunes artistes les plus prometteurs ?

Art Les Magasins Généraux accueillent à Pantin Artagon.IV Heading East !, une exposition bouillonnante réunissant des jeunes artistes issus de toute l’Europe, tout juste diplômés ou encore en école d’art. Les Magasins Généraux accueillent à Pantin Artagon.IV Heading East !, une exposition bouillonnante réunissant des jeunes artistes issus de toute l’Europe, tout juste diplômés ou encore en école d’art.

Portrait de Clément Cogitore, prix Marcel Duchamp 2018
874

Portrait de Clément Cogitore, prix Marcel Duchamp 2018

Art 2018 est définitivement son année. Lauréat du prix Marcel Duchamp 2018, Clément Cogitore s’est vu confier la mise en scène des Indes Galantes à l’Opéra Bastille, et a revêtu le rôle de dramaturge de l’exposition estivale du Palais de Tokyo consacrée à l’enfance. Un sujet sensible qui lui a inspiré une nouvelle série pour Numéro art : Kids.   2018 est définitivement son année. Lauréat du prix Marcel Duchamp 2018, Clément Cogitore s’est vu confier la mise en scène des Indes Galantes à l’Opéra Bastille, et a revêtu le rôle de dramaturge de l’exposition estivale du Palais de Tokyo consacrée à l’enfance. Un sujet sensible qui lui a inspiré une nouvelle série pour Numéro art : Kids.  

L’expo bijoux de l’automne : les 500 bagues d’homme de la collection Yves Gastou
874

L’expo bijoux de l’automne : les 500 bagues d’homme de la collection Yves Gastou

Bijoux Objet souvent occulté, le bijou d’homme révèle dans l’exposition Bagues d’homme à l’École des arts joailliers. Jusqu’au 30 novembre, cette institution soutenue depuis 2012 par la Maison Van Cleef & Arpels pour démocratiser la joaillerie auprès du grand public réunit 500 modèles collectionnés par le galeriste Yves Gastou au fil de sa vie. Objet souvent occulté, le bijou d’homme révèle dans l’exposition Bagues d’homme à l’École des arts joailliers. Jusqu’au 30 novembre, cette institution soutenue depuis 2012 par la Maison Van Cleef & Arpels pour démocratiser la joaillerie auprès du grand public réunit 500 modèles collectionnés par le galeriste Yves Gastou au fil de sa vie.