639

La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie

 

Entre céramiques colorées et sculptures miniatures, l’artiste californien touche-à-tout, ancien du groupe Memphis, revient en très grande forme. Rencontre avec la commissaire d’exposition Julie Boukobza, qui a eu la géniale idée de l’inviter.

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

Numéro : Pourquoi avoir choisi d’exposer Peter Shire, un artiste né en 1947, à la New Galerie plutôt tournée vers les jeunes artistes ?

 

Julie Boukobza : Lorsque la New Galerie m’a proposé de réaliser une exposition, j’ai tout de suite eu envie de prendre le contre-pied de leur programmation habituelle. J’avais envie de les surprendre. Et je cherchais depuis longtemps une opportunité de travailler avec Peter Shire. C’est une personnalité libre, fascinante. Il a tout fait : artiste, designer… Il a appartenu au groupe Memphis avec Ettore Sottsass dans les années 80, mais il a également réalisé de nombreuses œuvres publiques à Los Angeles. Il utilise aussi bien la céramique que le métal. Mais il est resté hors marché, à l’écart du circuit des galeries, et, surtout, il n’était pas venu en France depuis trente ans. 

 

Quelles œuvres présentez-vous à l’occasion de cette exposition ?

 

Nous avons essayé d’être fidèles à son côté touche-à-tout et pluridisciplinaire. L’exposition présente aussi bien des céramiques très colorées que des dessins, des œuvres inspirées par Jacques Tati qu’une vidéo, des pièces assez imposantes que des petites tasses… Ces dernières semblent d’ailleurs obséder tout le monde. La liste des réservations est impressionnante. Elles coûtent 45 euros et il les fabrique à la chaîne… À la fois pièces uniques et objets industriels, elles incarnent parfaitement le mélange des genres caractéristique de Peter Shire. Il peut tout aussi bien réaliser une pièce de quelques dizaines d'euros qu’une céramique à 10 000 euros.

 

On rapproche toujours Peter Shire du groupe Memphis dont il a fait partie, notamment en raison de son usage de la couleur…

 

En effet, la couleur a toujours joué un rôle important dans son travail, même s’il s’essaie parfois à des œuvres plus sombres. Peter Shire a toujours vécu dans le quartier d’Echo Park à Los Angeles, à majorité hispanique. Son usage de la couleur en a été très influencé, lui conférant un côté un peu “Memphis mexicain”. 

 

Pourquoi avoir choisi d'installer ses pièces sur cette grande table blanche ?

 

Exposer un artiste californien dans un espace aussi exigu avec une cave voûtée moyenâgeuse est assez amusant, voire exotique. J’ai cherché à accentuer cet esprit décalé en installant les œuvres sur cette table très haute, très grande, à la manière d’Alice au pays des merveilles… Envahissant l’espace, elle oblige le public à se confronter physiquement aux œuvres. 

 

Peter Shire, Love and P's, exposition réalisée par Julie Boukobza, à la New Galerie, 2, rue Borda, Paris IIIe, jusqu’au 27 février. 

courtesy New Galerie

photo : Aurélien Mole

Avec Pablo Reinoso, la nature reprend ses droits au Polygone Riviera
666

Avec Pablo Reinoso, la nature reprend ses droits au Polygone Riviera

Art À Nice, au centre commercial Polygone Riviera, l’artiste franco-argentin Pablo Reinoso expose un ensemble de dix œuvres dans le cadre de la quatrième édition du programme artistique estival de cet espace de shopping à ciel ouvert. Titrée “Supernature”, l’exposition de ces œuvres fait référence à un retour à la nature, où les “Spaghetti Benches” de l’artiste deviennent des métaphores de l’histoire de ce centre bâti il y a cinq ans sur une friche où, aujourd’hui, la végétation reprend (en partie) ses droits. À Nice, au centre commercial Polygone Riviera, l’artiste franco-argentin Pablo Reinoso expose un ensemble de dix œuvres dans le cadre de la quatrième édition du programme artistique estival de cet espace de shopping à ciel ouvert. Titrée “Supernature”, l’exposition de ces œuvres fait référence à un retour à la nature, où les “Spaghetti Benches” de l’artiste deviennent des métaphores de l’histoire de ce centre bâti il y a cinq ans sur une friche où, aujourd’hui, la végétation reprend (en partie) ses droits.

En 1989, quatre artistes dénoncent déjà l’urgence climatique
750

En 1989, quatre artistes dénoncent déjà l’urgence climatique

Art Il y a trente ans, au sein de l’exposition Ozone, quatre jeunes artistes français, promis à une grande notoriété, firent œuvre de précurseurs en s’emparant des questions écologiques. Un sujet brûlant qui, depuis, n’a cessé de faire des émules. Il y a trente ans, au sein de l’exposition Ozone, quatre jeunes artistes français, promis à une grande notoriété, firent œuvre de précurseurs en s’emparant des questions écologiques. Un sujet brûlant qui, depuis, n’a cessé de faire des émules.

Erwin Wurm, le maître de l’absurde exposé à Marseille
846

Erwin Wurm, le maître de l’absurde exposé à Marseille

Art À Marseille, l’artiste contemporain est l'objet d'une grande rétrospective déployée dans trois lieux différents : le musée Cantini, le musée des Beaux-Arts et la chapelle de la Vieille Charité. Une occasion de redécouvrir l'humour et tout le travail autour de l'absurde de cet Autrichien qui s'est illustré aussi bien dans la sculpture que dans la vidéo ou la performance. À voir jusqu'au 15 septembre.  À Marseille, l’artiste contemporain est l'objet d'une grande rétrospective déployée dans trois lieux différents : le musée Cantini, le musée des Beaux-Arts et la chapelle de la Vieille Charité. Une occasion de redécouvrir l'humour et tout le travail autour de l'absurde de cet Autrichien qui s'est illustré aussi bien dans la sculpture que dans la vidéo ou la performance. À voir jusqu'au 15 septembre. 

Art Basel Bâle : Audemars Piguet nous plonge au cœur du Jura avec sa nouvelle installation immersive
879

Art Basel Bâle : Audemars Piguet nous plonge au cœur du Jura avec sa nouvelle installation immersive

Art & Design La semaine passée, Audemars Piguet présentait une nouvelle installation à la foire Art Basel de Bâle. Afin de revenir sur ses racines dans la vallée du Joux, la maison d'horlogerie suisse a invité l'artiste Jana Winderen à concevoir une œuvre sonore prolongée par les objets de Fernando Mastrangelo. Découvrez ce projet immersif et multisensoriel. La semaine passée, Audemars Piguet présentait une nouvelle installation à la foire Art Basel de Bâle. Afin de revenir sur ses racines dans la vallée du Joux, la maison d'horlogerie suisse a invité l'artiste Jana Winderen à concevoir une œuvre sonore prolongée par les objets de Fernando Mastrangelo. Découvrez ce projet immersif et multisensoriel.

Dans le désert : un best of de l'art contemporain monumental
887

Dans le désert : un best of de l'art contemporain monumental

Art Tous les deux ans, le projet Desert X investit une vallée californienne avec des installations monumentales de stars de l’art contemporain. Des œuvres de Sterling Ruby ou de Superflex qui embrassent la nature pour mieux la célébrer. Tous les deux ans, le projet Desert X investit une vallée californienne avec des installations monumentales de stars de l’art contemporain. Des œuvres de Sterling Ruby ou de Superflex qui embrassent la nature pour mieux la célébrer.

Sex dolls ou bébés poupées... quand l'homme s'enflamme pour des objets
762

Sex dolls ou bébés poupées... quand l'homme s'enflamme pour des objets

Art Deux photographes américaines, Jamie Diamond et Elena Dorfman, investissent la Fondation Prada à Milan et nous parlent du lien d’amour que l’homme peut porter à un objet inanimé. En l’occurrence ici deux poupées, la reborn doll et la sex doll. L’exposition “Surrogati. Un amore ideale” est à découvrir perchée en haut de la galerie Victor-Emmanuel-II à Milan, l’Osservatorio de la Fondation Prada. Deux photographes américaines, Jamie Diamond et Elena Dorfman, investissent la Fondation Prada à Milan et nous parlent du lien d’amour que l’homme peut porter à un objet inanimé. En l’occurrence ici deux poupées, la reborn doll et la sex doll. L’exposition “Surrogati. Un amore ideale” est à découvrir perchée en haut de la galerie Victor-Emmanuel-II à Milan, l’Osservatorio de la Fondation Prada.