222


Commandez-le
Numéro
30

Nan Goldin, Pierre et Gilles : le Centre Pompidou célèbre l'amour avec son podcast

Art

D'avril à juillet prochains, la série “Un podcast, une oeuvre” du Centre Pompidou s’intéresse à l’amour sous toutes ses formes à travers une nouvelle saison en quatre épisodes, intitulée “Art et amours”. En réunissant les œuvres de Suzanne Valadon, Nan Goldin, Jananne Al-Ani et Pierre et Gilles, le podcast donne corps à des créations à fleur de peau. 

“Autoportrait 78” (2014), Pierre et Gilles © Philippe Migeat - Centre Pompidou

C’est la saison des amours au Centre Pompidou. En ce printemps 2021, le podcast du centre culturel parisien Un podcast, une œuvre fait son retour le coeur sur la main pour nous mettre l’eau à la bouche avec sa huitième saison. D’avril à juillet, un nouvel épisode de 30 minutes sera publié tous les derniers jeudis de chaque mois sur le site du musée et les plateformes de podcast. Dans cette nouvelle formule souhaitée plus inclusive par rapport aux saisons précédentes, s'attardant ici sur trois femmes sur quatre artistes, conférenciers du musée et historiens de l’art se relaieront au micro pour raconter l’histoire de quatre œuvres à part, comme autant de déclarations d’amour à l’art. Dans les précédentes saisons du podcast, le musée avait déjà exploré les liens entre art et écologie, art et utopie ou encore art et consommation. Pour chaque série, il s'agissait d'analyser les œuvres de la très riche collection du Centre Pompidou comme des fenêtres sur le monde, à même d'ouvrir la voie à de nouvelles perspectives sur notre société et notre environnement. 

“Heartbeat”(2000-2001), Nan Goldin © Centre Pompidou

Dans le premier épisode déjà disponible de cette nouvelle saison, Un podcast, une œuvre revient à la genèse du lien amoureux avec l’Adam et Eve (1909) de Suzanne Valadon, toile subversive d’inspiration biblique qui aura fait couler beaucoup d’encre. Libre, affranchie des diktats et des normes sociales alors imposées aux femmes, la peintre française abordait l’intime sans complexe sur ses toiles comme dans sa propre vie. Alors qu’on s’offusquait encore qu’une femme puisse peindre un corps d’homme nu, son oeuvre crée la polémique en même tant qu’elle opère un tournant dans l’histoire de l’art. Intrigante et fascinante, Suzanne Valadon est devenue une véritable icône féministe, précurseuse de ce que l’on appelle aujourd’hui le female gaze, construit en opposition au male gaze, ce regard très explicitement masculin qui a longtemps façonné la création artistique. 

 

Les trois épisodes qui suivront s’intéresseront aux œuvres d’artistes contemporains du monde entier, en continuant d’accorder une place de choix aux femmes. En mai, la série de photographies Heartbeat (2001), de l’Américaine Nan Goldin offrira l’occasion de s’interroger sur les frontières entre amour et amitié, désir et tendresse. Le Centre Pompidou reviendra ensuite sur le film A loving man (1996-1999) de l’artiste visuelle irlando-irakienne Jananne Al-Ani, qui explore pendant plus de quatre heures les relations de cinq femmes avec le père de la vidéaste. Enfin, c’est le duo de photographes culte Pierre et Gilles qui permettra de poser la question de l’idéalisation du couple dans l’art à travers l’Autoportrait 78, mettant en scène deux jeunes hommes amoureux aux allures de marins d’eau douce. 

 

 

Art et amours, Un podcast, une oeuvre, disponible à l’écoute sur centrepompidou.fr et les plateformes de podcasts.