515

Portfolio : les surprises de l’exposition “Lost” d’Erwin Wurm à la Galerie Thaddaeus Ropac

 

À la Galerie Thaddaeus Ropac à Paris, l’artiste autrichien présente un corpus surprenant d’œuvres représentant des objets du quotidien (mobilier vintage, frigo, canapé, lit, toilettes, etc.) profanés, piétinés ou défigurés.

D’Erwin Wurm, le grand public se souvient le plus souvent de ses œuvres les plus iconiques, des sculptures disproportionnées représentant une voiture obèse ou des corps déformés tels des toons de dessins animés. À la Galerie Thaddaeus Ropac à Paris, l’artiste autrichien de 61 ans présente cette fois-ci un corpus surprenant d’œuvres représentant des objets du quotidien (mobilier vintage, frigo, canapé, lit, toilettes, etc.) finissant par transformer l’espace de la galerie en appartement privé. Comme à son habitude, Erwin Wurm s’amuse à profaner ses objets qui se voient écrasés ou piétinés dans un corps-à-corps entre l’œuvre et son créateur. Les objets – une fois déformés, figés en bronze ou en polyester – perdent ainsi leur utilité. Entre familiarité et étrangeté, l’exposition Lost finit par susciter chez le spectateur un intéressant sentiment de malaise. Une expérience troublante à vivre jusqu’au 5 mars.

 

Retrouvez notre sélection des autres sorties du week-end

 

Lost d’Erwin Wurm à la Galerie Thaddaeus Ropac – Paris Marais, 7, rue Debelleyme,
Paris IIIe. http://ropac.net/

1/10
2/10
3/10
4/10
5/10
6/10
7/10
8/10
9/10
10/10
Vue de l’exposition “Lost” d’Erwin Wurm à la Galerie Thaddaeus Ropac. Photo : Charles Duprat
Vue de l’exposition “Lost” d’Erwin Wurm à la Galerie Thaddaeus Ropac. Photo : Charles Duprat
Vue de l’exposition “Lost” d’Erwin Wurm à la Galerie Thaddaeus Ropac. Photo : Charles Duprat
“Erwin Wurm Stand (Fauteuil beige)”, 2015, polyester, bois et peinture acrylique, 15 kilos, 72 x 70 x 85 cm.
“Butter (Fridge)”, 2015, polyester et peinture acrylique, 25 kilos, 155 x 84 x 82 cm.
“Erwin Wurm Horse (Sideboard)”, 2015,  bronze, patine noire et fer, 300 kilos, 65 x 203 x 63 cm.
“Erwin Wurm Triple Seat (Fauteuil White)”, 2015, polyester, bois, peinture acrylique, 15 kilos, 60 x 87 x 96 cm.
“Erwin Wurm Afterglow (Lamp)”, 2015, fer, plastique, polystyrène, spatule, ampoule et câble, 10 kilos, 189 x 128 x 60 cm.
“Erwin Wurm Snow (Chaise longue)”, 2015, polyester, fer et peinture acrylique, 20 kilos, 41 x 180 x 77 cm.
“Erwin Wurm Body (Body Lotion Dispenser)”, 2015, polyester, bois et peinture acrylique, 20 kilos, 129 x 78 x 100 cm.
 Qui est Arata Isozaki, le meilleur architecte de l’année ?
786

Qui est Arata Isozaki, le meilleur architecte de l’année ?

Architecture Lauréat du prix Pritzker 2019, le Japonais Arata Isozaki a essaimé ses réalisations dans le monde entier. Habité par un constant désir de renouvellement, il a notamment calqué ses architectures sur le modèle des organismes vivants. Lauréat du prix Pritzker 2019, le Japonais Arata Isozaki a essaimé ses réalisations dans le monde entier. Habité par un constant désir de renouvellement, il a notamment calqué ses architectures sur le modèle des organismes vivants.

Bruno Gironcoli, l’artiste perdu au fond d’un zoo
723

Bruno Gironcoli, l’artiste perdu au fond d’un zoo

Art Ce grand sculpteur autrichien représenta son pays à la Biennale de Venise et enseigna sa discipline à de nombreux artistes. Gigantesques, ses œuvres composées d’une accumulation d’éléments insolites semblent sorties de films de science-fiction et suscitent des réactions tranchées : la répulsion autant que la fascination. Ce grand sculpteur autrichien représenta son pays à la Biennale de Venise et enseigna sa discipline à de nombreux artistes. Gigantesques, ses œuvres composées d’une accumulation d’éléments insolites semblent sorties de films de science-fiction et suscitent des réactions tranchées : la répulsion autant que la fascination.

Alex Israel appelle Batman en plein Marseille
887

Alex Israel appelle Batman en plein Marseille

Art Sur le toit de la Cité radieuse, au MAMO, l’artiste Alex Israel nous plonge au cœur du mythe hollywoodien de Batman. Le légendaire bolide du super-héros, la fameuse Batmobile, y attend, vrombissante, les spectateurs, comme pour réaliser leurs rêves les plus fous. Sur le toit de la Cité radieuse, au MAMO, l’artiste Alex Israel nous plonge au cœur du mythe hollywoodien de Batman. Le légendaire bolide du super-héros, la fameuse Batmobile, y attend, vrombissante, les spectateurs, comme pour réaliser leurs rêves les plus fous.

Rencontre avec l'artiste Seth Price : “Les êtres humains sont des tubes”
678

Rencontre avec l'artiste Seth Price : “Les êtres humains sont des tubes”

Art Combinant clichés volés par téléphone ou macrophotographie de peau, l'artiste new-yorkais Seth Price recycle et redistribue le flux d’images de notre époque et brouille les repères traditionnels de l’art, du goût et de la culture, à travers des œuvres marquées par les nouvelles technologies.  Combinant clichés volés par téléphone ou macrophotographie de peau, l'artiste new-yorkais Seth Price recycle et redistribue le flux d’images de notre époque et brouille les repères traditionnels de l’art, du goût et de la culture, à travers des œuvres marquées par les nouvelles technologies. 

L'obsession de David Hockney pour… la cigarette
564

L'obsession de David Hockney pour… la cigarette

Art Artistes ou créateurs, Numéro plonge dans ses archives à la recherche des obsessions les plus étranges. Artistes ou créateurs, Numéro plonge dans ses archives à la recherche des obsessions les plus étranges.

Jon Rafman, le geek-artist adulé des biennales
655

Jon Rafman, le geek-artist adulé des biennales

Art Son domaine : le digital. Monde virtuel de Second Life ou images issues de Google Street View forment, avec son imagination débordante, le terreau de ses œuvres qui questionnent les passions de notre société. Invité à la 14e Biennale de Sharjah, dans les Émirats arabes unis, Jon Rafman (né en 1981) déploie cette fois-ci en dessins sa vision d’une société dystopique, avant un retour au numérique à la Biennale de Venise. Son domaine : le digital. Monde virtuel de Second Life ou images issues de Google Street View forment, avec son imagination débordante, le terreau de ses œuvres qui questionnent les passions de notre société. Invité à la 14e Biennale de Sharjah, dans les Émirats arabes unis, Jon Rafman (né en 1981) déploie cette fois-ci en dessins sa vision d’une société dystopique, avant un retour au numérique à la Biennale de Venise.