231


Commandez-le
Numéro
13 Prix Marcel Duchamp : qui sont les 4 artistes finalistes de la 22e édition ?

Prix Marcel Duchamp : qui sont les 4 artistes finalistes de la 22e édition ?

Art

Ils s'appellent Giulia Andreani, Ivan Argote, Mimosa Echard et Philippe Decrauzat. Hier soir, ces quatre artistes ont été annoncés comme les nouveaux finalistes du prix Marcel Duchamp par l'ADIAF, qui depuis 2000 récompense un artiste français ou résidant en France dont la pratique s'ancre dans les enjeux de notre époque. Comme chaque année, leurs derniers projets seront exposé au Centre Pompidou à l'automne avant l'annonce du lauréat le 17 octobre prochain.

La liste est tombée hier sur le compte Instagram de l’ADIAF : Mimosa Echard, Ivan Argote, Giulia Andreani et Philippe Decrauzat sont les quatre artistes finalistes du 22e Prix Marcel Duchamp. Créé en 2000 par l’Association pour la Diffusion Internationale de l’Art Français, celui-ci récompense un artiste français ou résidant en France dont la pratique plastique et visuelle – à travers en particulier un projet récent — s’ancre dans les enjeux de son époque. En maintenant 22 ans, des noms tels que Dominique Gonzalez-Foerster, Kader Attia, Tatianna Trouvé, Eric Baudelaire ou Kapwani Kiwanga sont venus allonger la liste émérite des récompensés par le prix. Le lundi 18 octobre dernier, à l’orée de la très dense semaine de la FIAC, l’association dévoilait le nom de sa vingt-et-unième lauréate : Lili Reynaud Dewar, connue pour ses films et installations théâtrales composées appelant l’intervention de son propre corps et de celui de performeurs pour les activer. L’artiste était alors célébrée pour son dernier projet Rome, 1er et 2 Novembre 1975, un film choral inspiré par la fin de vie de Pier Paolo Pasolini.

 

Comme chaque édition du Prix Marcel Duchamp, les nommés du cru 2022 sont au nombre de quatre, deux hommes et deux femmes, et entretiennent une relation particulière avec la France, qu’ils y soient nés où y résident. On y retrouve donc Giulia Andreani, peintre explorant l’histoire, particulièrement celle du 20e siècle et de l’Europe et de l’Italie, à travers ses toiles inspirées de photographies d’archives. Les portraits, scènes de guerre mais aussi récits familiaux ou sociaux dépeints par cette trentenaire italienne permettent de mettre l’accent sur des personnages illustres parfois oubliés et des événements du passé, auquel l’artiste redonne une place centrale en y ajoutant fiction et poésie. Tout comme elle, le deuxième nommé du prix Ivan Argote a été pensionnaire de la Villa Médicis et s’est distingué par sa vision originale de l’histoire de son pays d’origine, la Colombie. Dans ses sculptures, installations ou encore vidéos, le plasticien basé à Paris porte sur les formes du pouvoir et ses récits un regard décalé souvent empli d’humour, interrogeant les comportements de groupe et l’action collective. Ses performances in situ l’ont notamment amené à réaliser des interventions avec les passagers du métro et du bus parisiens, à installer un obélisque ramolli en béton dans le quartier de la Défense, ou encore à monter un film à partir de témoignages de jeunes Colombiens, écho des questionnements de la nouvelle génération du pays.

Autre finaliste du prix, l’artiste Mimosa Echard, dont on pouvait récemment voir les œuvres à la galerie Chantal Crousel et à la Collection Lambert, et bientôt au Palais de Tokyo. Entre sculptures textiles boudinées, collages de photos et de perles sur toiles monumentales, mosaïque en céramique et autres écosystèmes sous plexiglas, la plasticienne – entre guérisseuse et magicienne – née dans une communauté néo-hippie des Cévennes investit tous les supports, tant que ses créations lui permettent de matérialiser son amour pour le corps et la nature, mais aussi les images et vestiges de notre société consumériste. Quant au Suisse Philippe Decrauzat, dernier nommé de cette nouvelle édition, c’est un vocabulaire bien davantage optique qu’organique qu’il déploie dans ses peintures, sculptures et installations. Portées par son attention toute particulière à la géométrie et au cinétisme, ses œuvres s’inscrivent dans la lignée d’un Victor Vasarely ou d’un Carlos Cruz-Diez, chamboulant le rapport du spectateur à l’espace en jouant sur sa perception. Avant que l’ADIAF ne dévoile le 17 octobre prochain celle ou celui qui remportera le 22e prix Marcel Duchamp et ses 35 000 euros, des projets inédits de ces quatre artistes seront exposés à partir du 4 octobre au Centre Pompidou.

 

 

Les œuvres des quatre finalistes du 22e Prix Marcel Duchamp seront présentées dans une exposition collective dès le 4 octobre prochain au Centre Pompidou, Paris 4e. Un jury international proclamera le lauréat le 17 octobre 2022.