244


Commandez-le
Numéro
12 60 millions de dollars : un tableau de Magritte pourrait battre son record de vente

60 millions de dollars : un tableau de Magritte pourrait battre son record de vente

Art

Elle est l'œuvre la plus répétée de René Magritte, et sans doute l'une de ses plus importantes de sa carrière : l'une des dix-sept versions de L'Empire des lumières passera sous le marteau le 2 mars, lors de la prochaine vente d'art moderne et contemporain de Sotheby's à Londres. Cette peinture énigmatique de l'artiste surréaliste belge, qui a notamment inspiré le réalisateur du film L'Exorciste, est déjà estimée à 60 millions de dollars.

René Magritte, “L'Empire des lumières” (1961). René Magritte, “L'Empire des lumières” (1961).
René Magritte, “L'Empire des lumières” (1961).

L’image provient de l’un des plus grands films d’horreur de l’histoire. Dans une rue plongée dans la pénombre, un homme se tient, valise à la main, face à l’entrée d’une maison dont émane un faisceau de lumière qui complète celui émis par le réverbère à sa gauche. En 1973, les mots “The Exorcist” apparaîtront en violet au-dessus de ce cliché en noir et blanc, choisi comme affiche du film éponyme sorti cette année-là. Si des millions de spectateurs se précipiteront pour découvrir ce long-métrage effrayant, peu sauront à l'époque que le plan culte où l’exorciste se présente devant le domicile de la fillette possédée par le diable s’inspire du tableau d’un peintre, parmi les plus célèbres du 20e siècle : René Magritte. Une des dernières versions de son œuvre intitulée L’Empire des lumières est aujourd’hui le lot phare d’une vente aux enchères de la maison Sotheby’s, prévue pour le 2 mars à Londres. Datée de 1961, la toile pourrait déjà battre un nouveau record pour l’artiste surréaliste belge puisqu’elle est actuellement estimée à 60 millions de dollars, soit presque trois fois plus que l’œuvre la plus chère de Magritte à ce jour, Le Principe du plaisir (1937), adjugée en 2018 pour 26,8 millions de dollars.

 

 

Si L’Empire des lumières de 1961 a acquis une telle valeur, c’est d’abord par son sujet. Une rue résidentielle y apparaît frontalement entre chien et loup : là où le ciel bleu clair et nuageux au-dessus évoque une scène capturée en plein jour, la pénombre de la rue et des arbres, dont on distingue seulement les contours des feuillages, évoquent plutôt le crépuscule d’un paysage derrière lequel le soleil se serait déjà couché. Bien qu'aucun être vivant ne soit visible sur cette toile, la lumière orangée éclairant les fenêtres de la maison centrale évoque la présence de ses habitants, tandis que le réverbère allumé installe une ambiance étonnante – si ce n’est angoissante. Ici, l’inquiétante étrangeté auquel le grand représentant du surréalisme pictural nous a habitués réside dans cette ambiguïté temporelle et narrative, qui crée un grand mystère. Considérée aujourd'hui comme l’une des toiles les plus importantes du peintre, l’œuvre est aussi le tableau le plus répété chez l'artiste, comme le confirmait le président de la Fondation Magritte Charly Herscovici aux Echos en 2017. À l'instar de Claude Monet avant lui ou d'Andy Warhol après lui, l'artiste a fait de L'Empire des lumières une série d'huiles sur toile dont dix-sept versions existent : la première date de 1948 et la dernière, inachevée, de 1967, année de la mort de l’artiste.

60 millions de dollars : un tableau de Magritte pourrait battre son record de vente 60 millions de dollars : un tableau de Magritte pourrait battre son record de vente

Profondément cinématographique, la version de 1961 mise aux enchères par Sotheby's dans le cadre de sa prochaine vente d'art moderne et contemporain immerge, par son mètre de haut et son mètre et demi de large, dans une scène d’une grande narrativité. L’artiste la réalise à l’époque pour la baronne Anne-Marie Gillion Crowet, fille de son grand ami Pierre Crowet, qui fut sa muse à la fin de sa vie et même le sujet de plusieurs tableaux alors qu'elle était encore adolescente. Restée dans la famille de cette femme, aujourd’hui âgée de 83 ans, L’Empire des lumières a été prêtée à plusieurs reprises à des institutions pour des expositions de son auteur. À l’occasion de cette vente, Sotheby’s la présentera dans ses locaux de Los Angeles dès le 11 janvier, puis à New York, Hong Kong et enfin Londres le 22 février pendant huit jours, jusqu'à son passage sous le marteau.

 

 

L'Empire des lumières (1961) de René Magritte est l'un des lots de la vente d'art moderne et contemporain de la maison Sotheby's, organisée le 2 mars à Londres.