1025

Tino Sehgal enflamme la place Jemaa el-Fna à Marrakech

 

Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur l’art contemporain. Avec Tino Sehgal, ni objet matériel ni trace de son travail (photographique ou vidéo)… mais des expériences à vivre. Invité sur la place Jemaa el-Fna, il y propose une aventure intense.

Par Thibaut Wychowanok

La place Jemaa-el-Fna à Marrakech en pleine journée.

 

 

 

UN ART DE LA RUMEUR

 

Tino Sehgal, on ne le répètera jamais assez, c’est avant tout un art de la rumeur. Interdisant toute captation de son travail (photographique ou vidéo), l’artiste basé à Berlin alimente non seulement le mystère autour de son œuvre mais suscite surtout une rumeur travaillée par les récits oraux ou écrits qui en sont faits. Tino Sehgal prend volontairement à rebours notre époque où les concerts se vivent au travers d’un Smartphone et où l’image partagée instantanément est plus importante que l’expérience du réel. Il réactive aussi une manière de vivre prémoderne où les histoires sont contées avant d’être filmées et où les œuvres ne sont pas des objets physiques échangeables sur un marché de l’art insatiable. Ses œuvres justement, qu’il nomme “situations”, forment des moments chorégraphiés par ses soins où peuvent se mêler chants, danses, déplacements dans l’espace ou simples paroles. Un travail consacré, après avoir été présenté dans les plus grandes institutions du monde, par un Lion d’or à la Biennale de Venise en 2013.

Tino Sehgal photographié place Jemaa-el-Fna en mai 2016.

Crédit Khalil Nemmaoui

 

 

 

UNE “HALQA” AU RYTHME DE LA PLACE

 

Invité sur la place Jemaa el-Fna à Marrakech jusqu’au 5 juin par la curatrice Mouna Mekouar, dont tous s’accordent à reconnaître que ce projet exceptionnel doit tout à son énergie débordante, Tino Sehgal propose une expérience unique au monde, de 11 heures du matin jusqu’à la tombée de la nuit. L’artiste y déploie avec sa troupe sa propre “halqa”, l’un de ces cercles ancestraux (des charmeurs de serpents aux conteurs) qui ont toujours peuplé la place historique de Marrakech et qui lui valent d’être entrée au patrimoine immatériel de l’Unesco. Au sein de cette “halqa” un peu particulière, la seule à être constituée de non-Marocains, Tino Sehgal fait réaliser à sa troupe un medley puissant de ses chorégraphies réadaptées pour l’occasion. On découvre ainsi dès le matin un ou deux danseurs se mouvoir tels les serpents de la place au sein du BAM, bâtiment dédié à l’art jouxtant Jemaa el-Fna. Spectacle hypnotisant et fascinant. 

Lors du dîner offert place Jemaa-el-Fna à la suite de la première journée de présence de Tino Sehgal, chants et danses se sont improvisés à table.

 

 

UN VOYAGE MYSTIQUE DANS LE TEMPS

 

Puis, suivant le rythme de Jemaa el-Fna elle-même, qui s’anime ou ralentit tout au long de la journée, la troupe propose différentes situations plus enthousiasmantes les unes que les autres, avant de finir la journée sous la forme d’un cercle sur la place à la tombée de la nuit. Une apothéose grandiose. Là, la troupe réalise dans ce qui relève d’une séance d’incantation vaudoue ou de l’envolée d’un chœur antique, des danses rythmées par ses propres voix (des onomatopées côtoyant des extraits de paroles de Rihanna) et embrasent littéralement les lieux. Le public marocain afflue autour de la troupe pour participer lui-même à l’expérience. Chacun y danse, chante, réagit en applaudissant ou en y allant de ses propres pas. 

La place Jemma el-Fna peu avant la tombée de la nuit.

 

 

 

RECRÉER DU COLLECTIF, DE L'ÉCHANGE, DU PARTAGE

 

La “halqa” de Tino Sehgal apparaît alors comme un corps organique en mutation constante, intégrée pleinement à son environnement. Une femme entièrement voilée vient face à l’artiste pour échanger une gestuelle mystique, des adolescents s’essaient à des battles de hip-hop, les maîtres des autres “halqas” de la place viennent bénir celle de Tino Sehgal… L’artiste propose une traversée du temps comme on en aura rarement connu, réunissant culture marocaine traditionnelle et modernité occidentale, chorégraphie classique et danse urbaine, grand-père en tenue traditionnelle et jeunes filles en jupe. L’artiste aura réussi à récréer un collectif temporaire, pour une journée, une soirée ou un mois. Une communion des sens, des émotions et des sensations.

 

Place Jemaa el-Fna, Marrakech, du 13 mai au 5 juin, de 11heures à la tombée de la nuit (sauf le lundi). 

Tino Sehgal est représenté par la Galerie Marian Goodman.

Les araignées de Tomás Saraceno envahissent le Palais de Tokyo
843

Les araignées de Tomás Saraceno envahissent le Palais de Tokyo

Art Célèbre pour les toiles d’araignée qu’il expose dans des cubes métalliques ouverts, l'artiste argentin Tomás Saraceno en expose une partie issue de sa collection, l'une des plus grosses au monde, au Palais de Tokyo à Paris, où il a carte blanche. Célèbre pour les toiles d’araignée qu’il expose dans des cubes métalliques ouverts, l'artiste argentin Tomás Saraceno en expose une partie issue de sa collection, l'une des plus grosses au monde, au Palais de Tokyo à Paris, où il a carte blanche.

David Hockney bat Jeff Koons aux enchères
978

David Hockney bat Jeff Koons aux enchères

Art La toile du peintre David Hockney “Portrait of an Artist (Pool with Two Figures)” a été adjugée près de 80 millions d’euros lors d’une vente aux enchères chez Christie’s New York. Un nouveau record de vente pour un artiste vivant, le Britannique détrône Jeff Koons et son “Balloon Dog (Orange)”. La toile du peintre David Hockney “Portrait of an Artist (Pool with Two Figures)” a été adjugée près de 80 millions d’euros lors d’une vente aux enchères chez Christie’s New York. Un nouveau record de vente pour un artiste vivant, le Britannique détrône Jeff Koons et son “Balloon Dog (Orange)”.

Cooper Jacoby : couleurs candides pour œuvres malades à la galerie High Art
978

Cooper Jacoby : couleurs candides pour œuvres malades à la galerie High Art

Art L’artiste Cooper Jacoby expose à la galerie High Art (Paris IX) jusqu’au 24 novembre prochain. L'Américain explore le concept d’usure et se penche sur la fragilité des corps, nécrosés par des germes imperceptibles. L’artiste Cooper Jacoby expose à la galerie High Art (Paris IX) jusqu’au 24 novembre prochain. L'Américain explore le concept d’usure et se penche sur la fragilité des corps, nécrosés par des germes imperceptibles.

La jeune scène artistique envahit le Montana pour une soirée le 17 novembre
897

La jeune scène artistique envahit le Montana pour une soirée le 17 novembre

Art Artistes et Dj investissent le Montana samedi 17 novembre pour une nuit unique et sauvage, où art, mode et musique se mêleront dans une ambiance 100% berlinoise. Une programmation exceptionnelle orchestrée par le label Span Records et le collectif Undrglobe, qui s’associent pour une exposition d’art inédite.  Artistes et Dj investissent le Montana samedi 17 novembre pour une nuit unique et sauvage, où art, mode et musique se mêleront dans une ambiance 100% berlinoise. Une programmation exceptionnelle orchestrée par le label Span Records et le collectif Undrglobe, qui s’associent pour une exposition d’art inédite. 

Que pouvait-on découvrir sur l'art contemporain africain à la foire AKAA ?
847

Que pouvait-on découvrir sur l'art contemporain africain à la foire AKAA ?

Art Plus grande foire en France dédiée à l’art contemporain africain, AKAA a réuni pendant trois jours plus 130 artistes, dont les œuvres ont été exposées par une cinquantaine de galeries, au Carreau du Temple, à Paris. Une troisième édition conclue avec succès, marquée par de nombreux talents émergents et de nouvelles galeries. Plus grande foire en France dédiée à l’art contemporain africain, AKAA a réuni pendant trois jours plus 130 artistes, dont les œuvres ont été exposées par une cinquantaine de galeries, au Carreau du Temple, à Paris. Une troisième édition conclue avec succès, marquée par de nombreux talents émergents et de nouvelles galeries.

Maurizio Cattelan s’attaque à la copie (dans l’art) à l’invitation de Gucci
978

Maurizio Cattelan s’attaque à la copie (dans l’art) à l’invitation de Gucci

Art Toujours plus engagé dans son soutien à l’art contemporain, Gucci et son directeur de la création Alessandro Michele ont invité Maurizio Cattelan à imaginer une exposition explosive à Shanghai. L’artiste provocateur et irrévérencieux y propose une réflexion sur la notion de copie et offre une œuvre inédite : une reproduction de la chapelle Sixtine. Toujours plus engagé dans son soutien à l’art contemporain, Gucci et son directeur de la création Alessandro Michele ont invité Maurizio Cattelan à imaginer une exposition explosive à Shanghai. L’artiste provocateur et irrévérencieux y propose une réflexion sur la notion de copie et offre une œuvre inédite : une reproduction de la chapelle Sixtine.