03 Mai

Il y a 50 ans, l’artiste Valie Export déchirait son pantalon

 

Le 22 avril 1969, pubis apparent et mitraillette à la main, l'artiste autrichienne VALIE EXPORT, alors âgée de 29 ans, signait sa performance historique : Aktionhose: Genitalpanik. Retour sur l’histoire de cette œuvre qui fête son cinquantenaire.

Par Yasmine Lahrichi

VALIE EXPORT, “Aktionshose: Genitalpanik” (1969/1994), poster en noir et blanc, installation à la Galerie Thaddaeus Ropac, 2018, © VALIE EXPORT / Adagp, Paris, 2019.

Les cheveux ébouriffés, une femme est assise, seule, sur un banc, les jambes écartées. À l'entrejambe de son jean, un trou béant laisse apparaître son sexe, froidement exhibé, seul détail insolite de la tenue ordinaire qui couvre le reste de son corps. Aux antipodes des injonctions de la féminité, de ses codes appelant à la beauté proprette ou à l’exigence absurde d’une perfection inane, cette femme ouvre les jambes pour inspirer la crainte. Sorcière répugnante, elle provoque délibérément le spectateur, et rien ne semble aussi indécent, obscène ou sale que cette posture, à l’image du sol terreux qu’elle caresse avec ses orteils ou du mur décrépit auquel elle s’adosse. Position scabreuse, mitraillette Thompson à la main, regard irrévérencieux, le modèle mime néanmoins tout ce qu’il y a de plus codifié dans notre société : l’homme fort, viril et brutal.

VALIE EXPORT, “Aktionshose: Genitalpanik”, sérigraphie sur toile, 1969/1982. © VALIE EXPORT, Christie's.

Subversive et révoltée, cette photographie n’est pourtant qu’un avant-goût de l’œuvre qu’elle illustre : l’Aktionhose: Genitalpanik. En effet, le 22 avril 1969, une artiste connue sous le nom de VALIE EXPORT s’introduit armée dans un cinéma indépendant à Munich. Le film projeté ? Un porno. Comble de la provocation : elle porte le fameux pantalon méticuleusement découpé au pubis, défiant le public de la salle. La légende circulant à propos de cette photo, prétend qu'un moment décisif du mouvement de l’actionnisme viennois aurait été immortalisé par ce cliché, pris le 22 avril 1969. Mythe ou réalité ? Les historiens, eux, s’accordent à dire que la photographie n’aurait pas été prise le jour de cette irruption dans un cinéma à Munich. Selon eux, l’action artistique se serait en effet déroulée en quatre temps. C'est en effet en 1968 que VALIE EXPORT a d'abord réalisé le pantalon scandaleux avant de s'adonner, un an plus tard, à deux reprises à la célèbre performance (il y aurait eu un Genitalpanik 1 et un Genitalpanik 2). Cette performance s'inscrivait d'ailleurs dans le projet Expanded Cinema (réalisé en collaboration avec l’artiste Peter Weibel) qui visait à interroger le rôle du spectateur au cinéma. Selon les historiens, c’est en réalité plus tard, la même année, et à Vienne (et non pas à Munich comme la performance Genitalpanik), que les clichés auraient été pris, imprimés et affichés.

VALIE EXPORT, Tapp und Tastkino, 1968-71, performance, © VALIE EXPORT.

VALIE EXPORT n’en était pas à sa première performance tapageuse. Née Walraud Lehner, le 17 mai 1940 en Autriche, l’artiste pluridisciplinaire est une figure de proue de l’actionnisme viennois - un mouvement artistique qui utilise le corps de manière violente et spectaculaire comme objet même de l'œuvre d’art (et non plus comme sujet). Très vite, elle prend ses distances avec celui-ci, refusant de se conformer à l’automutilation et apportant à son travail une dimension profondément féministe. En 1967, elle abandonne son nom de naissance, selon elle, une preuve criante de l’aliénation des femmes à la société patriarcale, et se baptise VALIE EXPORT en référence à une marque de cigarettes. Ses œuvres visent à choquer  pour induire la réflexion : en 1968, elle traîne ainsi en laisse l’artiste Peter Weibel tel un chien, et, lors de la performance Tapp und Tast Kino elle invite les passants d’une rue viennoise à palper ses seins au travers d’un carton : une manière d'utiliser son corps de femme – si souvent réduit, dans la France des années 50, au statut d’objet passif et fétichisé au cinéma et à la télévision – comme une arme. 

NuméroNews