592

Le choc de la couleur dans le maquillage Dior, LE livre

 

Serge Lutens, Tyen, Peter Philips… images fortes et propos clés. L’histoire de la couleur du make-up Dior. Correspondances et mises en perspective.

Les éditions Rizzoli publient un livre qui retrace la place de la couleur dans le maquillage Dior, sous l’œil affûté de Marc Ascoli, génial directeur artistique à qui l’on doit les images extraordinaires créées pour Yohji Yamamoto, Jil Sander ou Martine Sitbon avec les photographes Nick Knight, Craig McDean ou David Sims.

À partir de 1967, Serge Lutens, Tyen, puis Peter Philips (en poste depuis 2014) se succèdent en tant que directeurs de l’image et de la création du maquillage Dior. Maquilleurs, mais aussi photographes pour Serge Lutens et Tyen, leurs propositions radicales marquent l’histoire. À travers des jeux de confrontations visuelles entre le travail de ces “peintres de peau” et des œuvres d’art classique ou moderne, et des recueils de propos passionnants effectués par Jerry Stafford, le livre met en évidence la puissance de l’imaginaire développé autour de la couleur par la maison. 

 

De la mise au point jusque sur le foulard, le décor et le maquillage, des points, des points, des points… Les hommages m’ennuient. En général, ils sont un dommage. S’il en fut un, il est à considérer comme celui que la poussière plaçait devant les yeux de Seurat” Serge Lutens.

 

Marc Ascoli à propos de Serge Lutens : “Lorsque nous sommes allés le visiter dans son merveilleux riad à Marrakech, il nous a été évident que nous étions face à un artiste complet. Un personnage fascinant, cultivé, mystique, raffiné à l’extrême… Il a créé des muses, des héroïnes.

Afin d’un regard à perte de vue, je fis réaliser par l’opticien Lissac ces lentilles noires. Une fois cette nuit ajustée sur les yeux, Isabelle, sous le charme, sembla sortir d’un tableau de Modigliani.” Serge Lutens

Il est possible qu’un reste de Chine se soit déposé en moi… Sur un fond de teint encore meuble, j’appliquais les couleurs puis, sur l’immobilité absolue du modèle, je surpoudrais pour obtenir un effet buvard. Une fois absorbé et le teint fixé, je ponçais, c’est-à-dire donnais au visage une uniformité impensable sinon par cette technique. L’effet porcelaine était assuré, mais tout cela était en vue de mes photographies, imposées à la maison Dior par un acte de résistance de ma part. Mon opposition les inquiétait, mais, paradoxalement, leur évitait une opinion. Plus tard, ceux qui ont détesté m’ont dit adorer !” Serge Lutens

Tyen a eu des fulgurances esthétiques remarquables. Son travail a été important, précurseur. D’ailleurs, ses images résonnent aujourd’hui avec force.” Marc Ascoli

Le noir souligne tout, c’est une écriture, c’est la nuit, mais en même temps, c’est transparent […]. Le noir est à la fois classique, intemporel et futuriste. Le noir, c’est tout.” Peter Philips

Je voulais faire quelque chose de vraiment surprenant. Le rose peut être très girly, jeune, ça peut être poudré, c’est la fleur rose, mais pour ce nouveau rose, j’ai fait le contraire pour dévoiler une autre facette de la couleur, une touche psychédélique années 60, mais avec un côté graphique et très brut, presque primitif. J’ai donné dans l’audace, pas dans le glamour.” Peter Philips

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dior – L’art de la couleur, éditions Rizzoli New York,  271 pages, 100 euros. 

 

Par Laurence Hovart

La collab de la semaine, Aesop X Rimowa
592

La collab de la semaine, Aesop X Rimowa

Beauté La marque australienne de soins bio s'associe à la maison de bagages de luxe. Naissance d'un coffret de voyage. La marque australienne de soins bio s'associe à la maison de bagages de luxe. Naissance d'un coffret de voyage.

La collab de la semaine, Nicolas Ouchenir X Nina Ricci
592

La collab de la semaine, Nicolas Ouchenir X Nina Ricci

Beauté Le calligraphe parisien imagine une version collector de L'Air du Temps à l'occasion du 70e anniversaire du parfum.   Le calligraphe parisien imagine une version collector de L'Air du Temps à l'occasion du 70e anniversaire du parfum.  

La collab de la semaine, Cordélia de Castellane X Molinard
592

La collab de la semaine, Cordélia de Castellane X Molinard

Beauté La créatrice parisienne imagine des imprimés pastels inspirés de la tradition de la terre-mélée pour la maison provençale de parfums.  La créatrice parisienne imagine des imprimés pastels inspirés de la tradition de la terre-mélée pour la maison provençale de parfums.