482

ILS ONT FAIT 2015: les bijoux sculpturaux d’Annelise Michelson

 

Les bijoux de la Parisienne Annelise Michelson proposent une séduction affirmée. Rencontre.

482

Numéro : Vous avez étudié à la Chambre syndicale de la haute couture, pourquoi vous être finalement dirigée vers le bijou ?

 

Annelise Michelson : Mon parrain était tailleur pour femmes et hommes. Il admirait Gianni Versace et ses campagnes mythiques signées de Richard Avedon. Auprès de lui, j’ai grandi en rêvant de ces femmes glamour et sculpturales. J’ai donc souhaité travailler dans la haute couture, mais je me suis vite rendu compte que cela serait difficile, voire impossible aujourd’hui. Après l’école, mes expériences dans le prêt-à-porter ne me satisfaisaient pas : ce monde n’a plus rien à voir actuellement avec l’extravagance des années 80-90. Une amie styliste m’a proposé un jour de réaliser les accessoires d’une série de mode. Tout est parti de là : j’ai réalisé que les bijoux fantaisie existants étaient trop girly ou trop mode, leur qualité ne remplissait pas mes exigences. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire dans ce domaine. J’ai eu envie de créer de vrais bijoux intemporels à des prix accessibles.

 

Abstraits, imposants, vos bijoux révèlent une authentique dimension sculpturale : ils s’inspirent du drapé d’un tissu ou déclinent la forme d’un maillon surdimensionné et cassé. Comment les concevez-vous ?

 

J’ai commencé par marier une gourmette masculine avec une dentelle féminine, je me disais alors créatrice d’accessoires. Puis j’ai embrassé franchement le travail du métal, que je ne connaissais pas. J’ai choisi depuis mes débuts de faire réaliser mes pièces en bronze plaqué argent ou or par des artisans parisiens qui sont également les fournisseurs des joaillers de la place Vendôme. Ma ligne « Carnivore » m’a tout d’abord fait connaître. Elle représente un piège, une bouche hérissée de dents qui se referment de différentes façons sur le doigt, en bague ou sur le cou, en collier. J’ai ensuite ajouté à ce thème contemporain, que j’enrichis chaque saison de nouvelles pièces, les lignes « Drapé » et « Démaillé » que vous évoquez. J’ai conçu des bagues articulées, je travaille le placement sur le corps et l’ergonomie, mais j’aime le fait que le bijou soit un objet à part entière, que l’on peut poser sur une table et admirer pour lui-même. Je voudrais d’ailleurs concevoir prochainement une véritable sculpture, de grandes dimensions.

 

Chic et sophistiquées, vos créations habillent la silhouette tout en assumant une esthétique parfois presque punk (dents hérissées, pendant d’oreille unique). Comment ces deux facettes cohabitent-elles ?

 

Ces deux facettes sont une expression de ma personnalité. J’ai toujours été révoltée, en guerre avec tout le monde, à contre-courant. Et ma mère est une chanteuse lyrique sud-africaine, d’où mon côté très extraverti, plus anglo-saxon que français. Petite, je rêvais de chanter un jour sur scène dans des costumes éblouissants. Mais j’ai grandi à Paris, je suis donc très exigeante sur la qualité de tout ce que je porte. Sans parler nécessairement de luxe, je n’aime que les belles choses, ce qui authentique de A à Z. J’ai besoin que les objets que je produis répondent à ces critères. Sinon mon activité de créatrice n’apporterait pas de sens à ma vie. Le prêt-à-porter, actuellement, est un secteur si compétitif qu’il faut nécessairement y être le meilleur. Le bijou est un domaine différent. Je ne prétends pas y être la meilleure, mais je pense apporter quelque chose de personnel et différent.

 

Propos recueillis par Delphine Roche

 

 

Disponible au Bon Marché Rive Gauche et chez Coletteannelisemichelson.com

Statues mayas et écarteurs d'oreilles inspirent la nouvelle collection de joaillerie de Kim Mee Hye
1

Statues mayas et écarteurs d'oreilles inspirent la nouvelle collection de joaillerie de Kim Mee Hye

Joaillerie La créatrice de joaillerie d'origine belge Kimy Gringoire, fondatrice du label Kim Mee Hye, imagine une collection inspirée des statues mayas et des écarteurs d'oreilles, cultivant une allure désinvolte et une réflexion sur le porter.  La créatrice de joaillerie d'origine belge Kimy Gringoire, fondatrice du label Kim Mee Hye, imagine une collection inspirée des statues mayas et des écarteurs d'oreilles, cultivant une allure désinvolte et une réflexion sur le porter. 

L’expo bijoux de l’automne : les 500 bagues d’homme de la collection Yves Gastou
874

L’expo bijoux de l’automne : les 500 bagues d’homme de la collection Yves Gastou

Bijoux Objet souvent occulté, le bijou d’homme révèle dans l’exposition Bagues d’homme à l’École des arts joailliers. Jusqu’au 30 novembre, cette institution soutenue depuis 2012 par la Maison Van Cleef & Arpels pour démocratiser la joaillerie auprès du grand public réunit 500 modèles collectionnés par le galeriste Yves Gastou au fil de sa vie. Objet souvent occulté, le bijou d’homme révèle dans l’exposition Bagues d’homme à l’École des arts joailliers. Jusqu’au 30 novembre, cette institution soutenue depuis 2012 par la Maison Van Cleef & Arpels pour démocratiser la joaillerie auprès du grand public réunit 500 modèles collectionnés par le galeriste Yves Gastou au fil de sa vie.

La créatrice de bijoux Annelise Michelson s'associe à sept femmes artistes
123

La créatrice de bijoux Annelise Michelson s'associe à sept femmes artistes

Bijoux En décembre 2017, Annelise Michelson s'était inspirée de deux artistes allemandes majeures pour sa nouvelle collection “Color Infusion” : Katharina Grosse et Isa Genzken. Aujourd’hui, la créatrice de bijoux invite sept femmes artistes à porter ses créations pour une campagne originale. En décembre 2017, Annelise Michelson s'était inspirée de deux artistes allemandes majeures pour sa nouvelle collection “Color Infusion” : Katharina Grosse et Isa Genzken. Aujourd’hui, la créatrice de bijoux invite sept femmes artistes à porter ses créations pour une campagne originale.

Les bijoux ésotériques de Samuel François
123

Les bijoux ésotériques de Samuel François

Bijoux Samuel François, rédacteur en chef mode de Numéro, lançait le 1er juillet une collection de bijoux à mi-chemin entre les vanités et les talismans ésotériques. Samuel François, rédacteur en chef mode de Numéro, lançait le 1er juillet une collection de bijoux à mi-chemin entre les vanités et les talismans ésotériques.

La première collection de bijoux de Clare Waight Keller pour Givenchy
1

La première collection de bijoux de Clare Waight Keller pour Givenchy

Bijoux Après une première collection de bijoux pour chats, Clare Waight Keller dévoile une ligne de bagues et boucles aux allures de talismans inspirées par les signes du Zodiac.  Après une première collection de bijoux pour chats, Clare Waight Keller dévoile une ligne de bagues et boucles aux allures de talismans inspirées par les signes du Zodiac.