Advertising
1007

“Faire des bijoux est très à la mode, un peu comme décorateur d’intérieur dans les années 90.” Rencontre avec la créatrice Charlotte Chesnais

 

Ex-collaboratrice de Nicolas Ghesquière, Charlotte Chesnais connaît rapidement le succès avec sa ligne de bijoux. Lauréate du prix accessoires de l’ANDAM en 2015, la créatrice parisienne propose aujourd’hui ses premières pièces en or et pierres fines.

Propos recueillis par Delphine Roche

Charlotte Chesnais par Saskia Lawaks.

 

 

Numéro : Comment êtes-vous passée du studio de Balenciaga, où vous avez longtemps travaillé sur le prêt-à-porter aux côtés de Nicolas Ghesquière, au lancement de votre propre label de bijoux en 2015 ?

 

Charlotte Chesnais : Le début de mon parcours s’ancrait uniquement dans le prêt-à-porter, auprès de Vincent Darré lorsqu’il était directeur artistique d’Ungaro, puis chez Balenciaga où je m’attelais également aux projets spéciaux et aux robes à destination des VIP. Alors que je travaillais pour lui depuis trois ou quatre ans, Nicolas Ghesquière cherchait dans ses équipes une personne qui pourrait réaliser des bijoux pour l’un de ses défilés. Il m’a proposé de m’y essayer, cela s’est fait très spontanément. Petit à petit, je me suis passionnée pour le bijou.

 

 

Qu’est-ce qui vous a plu dans le bijou ?

 

J’aime le fait que ce soit un objet doté de sa propre forme, comme une petite sculpture, contrairement au vêtement. J’ai toujours adoré le design et l’architecture, et le bijou est plus proche de ces disciplines qu’il ne l’est de la mode. Je me suis aussi vite rendu compte que j’étais finalement plus douée pour la conception de bijoux que pour celle de vêtements [rires]. Je travaille sans dessin, directement sur des maquettes, de façon très intuitive. Je peux commencer par faire une bague, puis décider de la transformer en boucle d’oreille… Mes collections sont des “works in progress”. 

 

 

Vous innovez beaucoup dans la manière de porter le bijou, notamment avec votre fameux bracelet Bond, qui entoure le poignet et s’étend en cercles jusqu’à la base du pouce. Est-ce essentiel à vos yeux ?

 

C’est important, car faire des bijoux, aujourd’hui, est un métier très à la mode, de la même façon que dans les années 90, tout le monde voulait être décorateur d’intérieur… Le marché est donc saturé de propositions, il faut se démarquer. L’idée d’un nouveau porter, je ne l’ai pas inventée, elle est très présente chez les créateurs de bijoux de ma génération. Mais cela me tient vraiment à cœur. 

 

 

Comment développez-vous vos lignes tout en conservant vos pièces iconiques ?

 

La qualité des pièces est importante, pour les rendre intemporelles : je travaille avec de l’argent et du vermeil [argent recouvert d’une quantité réglementée d’or, certifiée par un poinçon], alors que les pièces fantaisie sont en laiton. J’ai aussi commencé la joaillerie sur ma dernière collection, avec de l’or 18 carats et des pierres fines. J’apporte de nouvelles pièces chaque saison tout en essayant d’installer mes modèles iconiques, tels que le bracelet Bond et les boucles d’oreilles Saturne, comme des éléments pérennes. Il faut garder un équilibre entre la spontanéité de ma marque, encore très jeune, et l’aspect intemporel du bijou, qui me touche profondément. 

 

www.charlottechesnais.fr

 

 

Le Louvre expose les Diamants de la Couronne
998

Le Louvre expose les Diamants de la Couronne

Numéro art Après plusieurs mois de travaux rendus possibles par la maison Cartier, la célèbre galerie d’Apollon rouvre ses portes au public. L’occasion de se replonger dans l’histoire tumultueuse des Diamants et Gemmes de la Couronne. Après plusieurs mois de travaux rendus possibles par la maison Cartier, la célèbre galerie d’Apollon rouvre ses portes au public. L’occasion de se replonger dans l’histoire tumultueuse des Diamants et Gemmes de la Couronne.

Les plus belles étoiles de la joaillerie
900

Les plus belles étoiles de la joaillerie

Joaillerie Découvrez les plus belles pièces de joaillerie du moment dans une série signée Guido Mocafico pour Numéro. Découvrez les plus belles pièces de joaillerie du moment dans une série signée Guido Mocafico pour Numéro.

Advertising
La machine à remonter le temps de Cartier et Hiroshi Sugimoto
673

La machine à remonter le temps de Cartier et Hiroshi Sugimoto

Numéro art Du 2 octobre au 16 décembre derniers, la somptueuse exposition de la maison Cartier Crystallization of Time conçue avec l’artiste Hiroshi Sugimoto retraçait à Tokyo l’épopée de ses chefs d’oeuvre de la joaillerie et de l’horlogerie. Du 2 octobre au 16 décembre derniers, la somptueuse exposition de la maison Cartier Crystallization of Time conçue avec l’artiste Hiroshi Sugimoto retraçait à Tokyo l’épopée de ses chefs d’oeuvre de la joaillerie et de l’horlogerie.

Le sourire de la Marquise de Pompadour inspire une collection de bijoux Piaget
396

Le sourire de la Marquise de Pompadour inspire une collection de bijoux Piaget

Joaillerie Intitulée “Treasures”, la nouvelle collection de bijoux Piaget sublime les plus beaux trésors de notre monde : le diamant, le rubis, l'émeraude et le saphir, qui ensemble forment les quatre pierres précieuses. Intitulée “Treasures”, la nouvelle collection de bijoux Piaget sublime les plus beaux trésors de notre monde : le diamant, le rubis, l'émeraude et le saphir, qui ensemble forment les quatre pierres précieuses.

Comment Alan Crocetti brise les codes du bijou
438

Comment Alan Crocetti brise les codes du bijou

Bijoux De ses sparadraps en argent sur le nez à ses cages de chasteté serties de diamant, en passant par ses boucles multiples qui encerclent le cartilage des oreilles, le créateur brésilien Alan Crocetti a définitivement pris ses marques dans le domaine du bijou. Retour sur ce qui a fait la force et l’identité de son label, en l’espace de seulement cinq ans. De ses sparadraps en argent sur le nez à ses cages de chasteté serties de diamant, en passant par ses boucles multiples qui encerclent le cartilage des oreilles, le créateur brésilien Alan Crocetti a définitivement pris ses marques dans le domaine du bijou. Retour sur ce qui a fait la force et l’identité de son label, en l’espace de seulement cinq ans.

Comment Le Gramme réinvente la boutique de bijoux
578

Comment Le Gramme réinvente la boutique de bijoux

Bijoux Le 26 octobre dernier, le label de bijoux français Le Gramme inaugurait sa toute première boutique permanente. Installée en plein cœur du Marais, celle-ci propose ses créations les plus récentes mais aussi ses modèles phares dans un espace intimiste, savamment mis en scène par son fondateur Erwan Le Louër.  Le 26 octobre dernier, le label de bijoux français Le Gramme inaugurait sa toute première boutique permanente. Installée en plein cœur du Marais, celle-ci propose ses créations les plus récentes mais aussi ses modèles phares dans un espace intimiste, savamment mis en scène par son fondateur Erwan Le Louër.