Dans la veine de Come As You Are, où l'actrice Chloë Grace Moretz est envoyée dans un camp thérapeutique pour adolescents après s'être laissée griser par ses sentiments naissants pour une autre fille, Boy Erased s'immisce dans l'univers abject des thérapies de conversion. Contrairement au petit bijou de Desiree Akhavan (primé au festival Sundance et tout juste sorti en salles), qui décortique le sujet avec une approche candide et intimiste, l'œuvre du réalisateur australien Joel Edgerton opte pour un angle nettement plus tragique. Jared, 19 ans, fils d'un pasteur baptiste dans une petite ville américaine, est confronté à un ultimatum suite à l'annonce de son homosexualité : prendre part à une thérapie de conversion, ou être définitivement abandonné par sa famille, ses amis et sa foi.

 

Inspiré des mémoires de Garrard Conley retranscrites dans son ouvrage autobiographique Boy Erased : A Memoir of Identity, Faith, and Family, le long-métrage de Joel Edgerton narre l'histoire vraie de la lutte d'un jeune homme contraint de remettre en question tous les aspects de son identité. Assigné aux routines cruelles du programme de réorientation sexuelle, le protagoniste est ainsi soumis à des séances d'entraînement à la masculinité et des passages à tabac (en cas d'anticonformisme opiniâtre). L'endurance de la peine, l'affliction du regret, l'espoir d'un bien-être… le film toise les causes et les conséquences psychologiques de ces types de thérapie.

 

Trois ans après The Gift, Joel Edgerton revient derrière la caméra après être passé sous les feux des projecteurs aux côtés de Jennifer Lawrence dans Red Sparrow. Et pour célébrer son retour à la réalisation, il rassemble un casting cinq étoiles, polissant d'ores et déjà les statuettes en or des prochaines hautes cérémonies de récompenses. Outre les prolifiques Nicole Kidman et Russell Crowe, Boy Erased met en lumière les prouesses du jeune Lucas Hedges, déjà aperçu dans Manchester By The Sea ou encore Lady Bird. À leurs côtés, le Canadien acteur-réalisateur Xavier Dolan et Flea, le bassiste des Red Hot Chili Peppers. La pop star australienne Troye Sivan sera également de la partie, en plus d'une chanson inédite produite pour le film, en collaboration avec Jónsi.

 

Attendu pour le 21 novembre, Boy Erased fera concurrence au film de Felix Van Groeningen avec Timothée Chalamet, Beautiful Boy, également adapté d'un récit autobiographique (Beautiful Boy: A Father's Journey Through His Son's Addiction, de David Sheff) et centré, quant à lui, sur les cures de désintoxication.