231


Commandez-le
Numéro
22 L'improbable parcours de Dakota Johnson en 5 rôles : de Cinquante Nuances de Grey à The Lost Daughter

L'improbable parcours de Dakota Johnson en 5 rôles : de Cinquante Nuances de Grey à The Lost Daughter

Cinéma

Alors qu’elle est bientôt à l’affiche de la comédie romantique la plus attendue de l’année, Persuasion, adaptée du roman victorien de Jane Austen et que vient de sortir, sur Apple TV+, Cha Cha Real Smooth, le deuxième film de l'américain Cooper Raiff, Dakota Johnson n’en finit pas d’enchaîner les projets ambitieux. Révélée à vingt ans dans le drame de David Fincher The Social Network (2010), qui retrace le parcours de Mark Zuckerberg, l’actrice s’est illustrée dans de nombreux rôles très différents. De la jeune femme prude qui découvre les plaisirs de la chair dans Cinquante Nuances de Grey (2015) à la danseuse sous emprise dans le remake du film d’horreur culte de Dario Argento Suspiria, retour sur cinq rôles marquants de cette actrice caméléon à la beauté féerique mais au talent bien réel.  

Rares sont les comédiens qui ont à ce point le cinéma dans le sang. Dakota Johnson fait partie de ces actrices qui portent fièrement l'ADN du septième art. Petite-fille de l'actrice américaine et muse d'Alfred Hitchcock Tippi Hedren, la blonde diaphane héroïne des Oiseaux (1963), Dakota Johnson est l'enfant unique des acteurs Mélanie Griffith et Don Johnson, deux stars des années 90. Antonio Banderas est son beau-père pendant dix ans et c'est lui qui lui fait faire ses premiers pas au cinéma en lui offrant son premier (petit) rôle dans l'un de ses films Crazy in Alabama. L'actrice de 32 ans a aujourd'hui prouvé que son talent n'avait rien à envier à celui de ses parents : avec son visage d'ange et son air candide, Dakota Johnson peut tout jouer. Des jeunes ingénues qui découvrent la vie par l'intermédiaire de leur amant (la trilogie Cinquante Nuances de Greyou de leur groupe de copines (Célibataire, mode d'emploi), mais aussi les personnages plus tourmentés dans Suspiria ou encore The Lost Daughter. Elle est même à l'affiche du prochain Marvel, Madame Web,dont la sortie est prévue en juillet 2023.

 

Mais celle qui fut danseuse et mannequin excelle cependant dans les comédies romantiques : son air mutin et son sourire charmant dû à des dents du bonheur (qu'elle a depuis perdues) font d'elle la parfaite héroïne amoureuse et séduisante à qui personne ne résiste. Dans le film d'amour le plus attendu de l'année, Persuasion, une comédie aux airs de Chronique des Bridgerton la star américaine incarne Anne Elliot, une jeune femme moderne et anticonformiste, refusant les injonctions de la société victorienne qui retrouve un amour de jeunesse contrarié. Mais c'est dans la comédie romantique décalée Cha Cha Real Smooth que Dakota Johnson déploie tous ses talents d'actrice. Elle interprète une mère en détresse qui, entre un fiancé absent et une préado autiste, peine à trouver des raisons de sourire. Sa rencontre avec Andrew, un garçon paumé qui devient le baby-sitter de sa fille, va changer la donne. Entre romance et film initiatique, le long-métrage du réalisateur prodige de vingt-cinq ans Cooper Raiff n'entre dans aucune case et laisse ses personnages se frotter à la vie réelle, faite de joie mais surtout de déception. Si les destins d'Anne Elliot et de Domino, l'héroïne de Cha Cha Real Smooth, semblent incertains, celui de Dakota Johnson est assuré. Retour sur cinq rôles marquants de cette actrice au parcours improbable et au talent incontestable.

1. Une danseuse terrifiée dans le film d'horreur Suspiria (2018)

 

À mi-chemin entre l'ambiance terrifiante de Black Swan et la rêverie horrifique de Shining, Suspiria, du réalisateur de Call Me by Your Name Luca Guadagnino, réinterprète le chef-d'œuvre du maître italien de l'horreur, Dario Argento, sorti en 1977 avec une bande-son entièrement composée par Thom Yorke. Entre danse, malédiction et disparition, le remake propose une nouvelle version de l'histoire de sorcière culte qui avait terrorisé les spectateurs il y a plus de 30 ans. Inspiré du livre Suspiria de Profundis (1845) de Thomas de Quincey et de l'univers des contes (Alice aux pays des merveilles, Blanche-Neige et les Sept Nains), Suspiria de Dario Argento s'est hissé au sommet du classement des meilleurs films d'horreur. Au sein d'une compagnie de danseurs, les ténèbres et les forces du mal prennent de plus en plus de place et tourmentent la vie de la directrice artistique de la troupe, d'une jeune danseuse ambitieuse incarnée avec passion et subtilité par Dakota Johnson et d'une psychothérapeute en deuil suite à la mort d'un de ses camarades. Aux côtés de la sublime Mia Goth, révélation de ce film, l'actrice américaine, ancienne danseuse, déploie tout son talent dans ce personnage trouble qu'elle habite avec brio. 

 

Suspiria, (2018) de Luca Guadagnino, disponible sur Amazon Video.

2. Une mère en détresse dans The Lost Daughter (2021)

 

Premier film de l'actrice américaine Maggie Gyllenhaal, The Lost Daughter est une adaptation de Poupée Volée, un roman de la mystérieuse auteure italienne Elena Ferrante dont le succès a été moins retentissant que celui d'Une amie prodigieuse. The Lost Daughter, présenté à la Mostra de Venise est l'un de ces films sensibles, discrets, loin des superproductions hollywoodiennes aux schémas simplistes et à l'esthétique léchée d'où rien ne dépasse. Ce film est tout l'inverse : le tabou de la maternité vole en éclats et les difficultés que ressent chaque femme qui a donné la vie sont mises au jour, sans fioritures ni travestissement de la réalité. Il nous plonge dans l’intimité de Leda (Olivia Coleman), une universitaire britannique en vacances en Grèce. Chaque jour, elle s’installe sur la plage et observe les vacanciers. Une famille américaine bruyante et envahissante va troubler son train-train quotidien. À force d'observer cette famille, Leda en découvre les failles et assiste à un drame. Lorsque la petite fille de Nina (Dakota Johnson) disparaît après une seconde d’inattention, les souvenirs de Leda refont surface… Dakota Johnson incarne ici une mère qui peine à concilier tous les aspects de sa vie et se laisse parfois déborder au détriment de sa propre existence. Un film engagé qui permet à l'actrice américaine de donner à voir des nuances plus subtiles de son jeu.

 

The Lost Daughter (2021) de Maggie Gyllenhaal, disponible sur Netflix.

3. Une ingénue qui découvre les plaisirs de la chair dans la trilogie Cinquante Nuances de Grey

 

Il est impossible de ne pas citer cette trilogie de films lorsqu'on pense à la carrière de Dakota Johnson. Le succès de cette adaptation du roman érotique de la romancière britannique E. L. James a été retentissant et a propulsé Dakota Johnson au rang de star internationale. Dans ce film, elle interprète la jeune Ana qui découvre les plaisirs BDSM dans une relation en tous points ridicule avec l’homme d’affaires Christian Grey, incarné par l'acteur et mannequin Jamie Dornan. Ces films qui sont un coup dur pour le féminisme, ainsi que pour la notion de consentement, n'ont pas été une partie de plaisir à tourner pour l'actrice. D'abord, la célébrité que lui apporté cette saga a été dure à vivre pour Dakota Johnson : avant même la sortie du premier film en février 2015, elle est traquée par les paparazzis qui veulent tout connaître de cette jeune actrice encore discrète. La comédienne a aussi révélé, comme son partenaire à l'écran, que les scènes de sexe et toute l'hystérie entourant Cinquante Nuances de Grey l'ont toujours mise mal à l'aise. Un rôle qui fort heureusement n'a pas collé à la peau de Dakota Johnson qui a su se détacher de son personnage d'Ana.

 

Cinquante Nuances de Grey, (2015) de Sam Taylor-Johnson, Cinquante Nuances plus sombres, (2017) de James Foley, Cinquante Nuances plus claires, (2018) de James Foley.

4. Une célibataire fière de l'être dans Célibataire, mode d'emploi 

 

Voilà un de ces films jouissifs et libérateurs, qui fait office de cri du coeur et de thérapie en même temps. À New York, le nombre de célibataires à la recherche de l'âme soeur ne cesse d'augmenter. Chacun a développé ses techniques afin de rencontrer celui ou celle qui partagera sa nuit ou peut-être sa vie. Pourtant les déceptions sont nombreuses entre applications de rencontre et soirées arrosées dans les bars. Aux côtés d'une Rebel Wilson extravagante qui n'a pas peur d'être elle-même, Dakota Johnson incarne Alice, une fraîche célibataire, qui peine à accepter son nouveau statut. Dans ce film dynamique loin des clichés sur les comédies romantiques, Dakota Johnson explore les bienfaits d'une vie solitaire et dédramatise le célibat. Elle se recentre sur elle-même et retrouve sa vraie personnalité, qu'elle avait oubliée alors qu'elle était en couple. Ce film drôle et original n'est pas une quête du grand amour mais un enchaînement de péripéties : rendez-vous ratés, échanges de SMS sexy, coups d'un soir et fous rires entre amies. On rit beaucoup, on s'identifie aussi et on ne peut que saluer la performance comique de Dakota Johnson.

 

Célibataire, mode d'emploi (2016), de Christian Ditter

 

 

5. Une étudiante de Stanford sous le charme de Sean Parker dans The Social Network

 

Dans ce film fascinant qui retrace l'ascension de Facebook, réseau social tentaculaire, allégorie de notre société de l'immédiateté, David Fincher donne une de ses premières chances à Dakota Johnson. Elle n'a que vingt ans lorsqu'elle décroche un petit rôle dans ce chef-d'œuvre des années 2010. Elle prête ses traits à Amélia Ritter, une étudiante qui passe une soirée avec Sean Parker, un des cofondateurs de Facebook. Si son rôle n'est pas resté mémorable aux côtés de ceux de Jesse Eisenberg et d'Andrew Garfield, Dakota Johnson garde un souvenir impérissable de ce tournage qui a lancé sa carrière. Elle confiait à Vanity Fair en 2021 avoir eu du mal à être considérée par Jesse Eisenberg, la star du film. Les deux acteurs ne sont sont pas énormément côtoyés sur le tournage puisque Dakota Johnson n'a que très peu de scènes. Pourtant l'actrice raconte, dans l'entretien donné à Vanity Fair, qu'elle était présente sur le plateau plusieurs jours en tant qu'observatrice et avait même partagé un repas avec Jesse Eisenberg. Un déjeuner où ce dernier l'a tout simplement ignorée… Une expérience qui ne semble pourtant pas avoir traumatisé l'actrice, qui a aujourd'hui la belle carrière qu'on lui connaît.
 

The Social Network, (2010), de David Fincher.