En 2020, l’intelligence artificielle s’empare d’Hollywood. Si les travaux de réalisateurs ou de scénaristes sont toujours ceux d'humains faits de chair et de sang, les I.A. commencent néanmoins à faire leur entrée dans le monde du cinéma. En janvier, Warner Bros annonçait collaborer avec Cinelytic : cette agence de conseil a mis au point une intelligence artificielle capable de détecter les chances de succès d’un blockbuster. En juin, plus que de simples machines algorithmiques, les robots s’affirment également comme de potentiels acteurs. La société de production, Bondit Capital Media, à l’origine du film animé La Passion Van Gogh (2017) ainsi que le film To the Bone (2017), ont annoncé la production d’un film au budget conséquent de 70 millions de dollars, qui, pour la première fois, devrait confier le rôle principal à une intelligence artificielle.

 

Erica est jeune femme au teint lisse et aux traits figés, coiffée d’une perruque si satinée qu’elle semble être la version 2020 de la martienne de Mars Attacks! (1996). Plus qu’une simple poupée de cire, Erica bouge, parle et se déplace (presque) comme un être humain ordinaire. Ses créateurs japonais Hiroshi Ishiguro et Kohei Ogawa, l’ont non seulement dôtée d'une apparence humaine, mais lui ont aussi appris à jouer, intégrant la comédie à ses capacités d'intelligence articielle. Côté scénario, le film baptisé simplement b suit un scientifique, effrayé des dangers d’un programme qu'il a lui-même créé, destiné à renforcer l’ADN humain. Poussé par une morale toute chevaleresque, il décide alors d’aider un robot à fuir le programme.

 

Alors qu’Erica était pressentie pour décrocher son premier rôle dans un film réalisé par Tony Kaye (American History X), b sera finalement l’expérience initiatique du jeune robot au cinéma. Le réalisateur ainsi que le second acteur n’ont pas encore été nommés, mais l’intelligence artificielle aurait d’ores et déjà tourné quelques scènes en 2019. Le reste du tournage devrait avoir lieu en Europe en 2021.

 

Alors qu’en 2014, le réalisateur d’Ex Machina, Alex Garland, avait confié le rôle principal du robot à l’actrice suédoise Alicia Vikander, les intelligences artificielles seraient, six ans plus tard, capables de rivaliser avec les performances sensibles d’actrices humaines. Dotés d’une capacité de déduction presque infinie, surpassant les plus grands génies aux échecs, ou au jeu du go, les intelligences artificielles continuent de brouiller la frontière de l'humanité grâce à leurs apparences anthropomorphes. Un avenir encore flou mais qui semble de plus en plus proche.