244


Commandez-le
Numéro
28 Frank Miller, star du comics et lauréat du festival d’Angoulême

Frank Miller, star du comics et lauréat du festival d’Angoulême

Cinéma

Parrain de l’exposition consacrée aux 80 ans de Batman au Festival International de la BD d’Angoulême, Frank Miller – auteur, dessinateur et scénariste – a reçu mercredi 23 janvier le Fauve d’honneur pour l’ensemble de son œuvre. Retour sur les créations qui ont rendu célèbre le dessinateur américain.

Frank Miller, star du comics et lauréat du festival d’Angoulême Frank Miller, star du comics et lauréat du festival d’Angoulême

Mercredi 23 janvier, Frank Miller, invitée d’honneur au Festival International de la BD d’Angoulême a accepté le Fauve d’honneur de cette 46eme édition. Sous son chapeau de feutre, l’auteur a tenu un discours de remerciements flatteur pour l’industrie française de la BD : "Je suis heureux d’être ici, en France, car il est important pour un créateur d’être là où bouillonne la création". Frank Miller exprime par ces mots un besoin d’inspiration. Normal, puisque le dessinateur travaille actuellement sur la bande dessinée Xerxès, le prequel de 300 (disponible en mars 2019) et The Golden Child, une histoire qui se concentre sur le rejeton de Superman et Wonder Woman. Des projets très attendus par les fans, emballés par le retour de l’auteur. Et pour cause, Frank Miller, dessinateur autodidacte, a fait ses preuves en imposant son univers dans chacun de ses travaux : Batman, Daredevil, et Sin City étant les plus remarquables.  

Batman : The Dark Knight Returns par Frank Miller Batman : The Dark Knight Returns par Frank Miller
Batman : The Dark Knight Returns par Frank Miller

Le père d’un Batman plus sombre

 

Passionné de comics, c’est à l’âge de cinq ans que commence l’histoire d’amour entre Frank Miller et Batman. Trente ans plus tard, il devient l’objet de la plus grande œuvre du dessinateur avec Batman : The Dark Knight Returns. En 1986, Frank Miller a fait du super-héros né sous le crayon de Bob Kane et Bill Finger un personnage sombre et effrayant : le chevalier noir orphelin, un philanthrope dénué de superpouvoir. Et ce n’est pas tout, Miller le vieillit et le plonge dans un futur proche, similaire à celui du New York des années 80, en pleine décadence. Les thèmes de cet ouvrage sont largement influencés par le goût de Frank Miller pour les mangas, notamment pour le mangaka Kojima qu’il admire. Ainsi, il interroge la quête de justice, et le désir de vengeance. En bouleversant le mythe du justicier masqué, Frank Miller rencontre un tel succès qu’il crée une suite : Batman The Dark Knight Strikes Again (DK2).

<p>Daredevil : Born Again par Frank Miller</p>

Daredevil : Born Again par Frank Miller

<p>Daredevil : L'homme sans peur par Frank Miller</p>

Daredevil : L'homme sans peur par Frank Miller

La renaissance de Daredevil

 

L’univers crépusculaire de Frank Miller se retrouve également dans Daredevil, super-héros avocat le jour et justicier masqué la nuit, dont la cecité a développé ses sens. L’époque Miller de Daredevil dura le temps de quarante-deux épisodes qui redéfinissent le personnage Matt Murdock dans les années 80. L’apogée de cet ère Miller est atteint lorsque le cycle Born Again écrit par Miller et dessiné par David Mazzucchelli est publié en 1985. Frank Miller met en scène la descente aux enfers du héros sous l’emprise du Caïd, millionaire dont le corps immense traduit son pouvoir sur la ville de New York City. Il crée de son crayon le personnage Elektra, autre témoin des influences nippones du dessinateur. Avec son costume rouge de ninja, l’héroïne au pouvoir télépathiques apparait pour la première fois dans le comic book Daredevil numéro 168 en janvier 1981. Elle figure également dans la série adaptée de Netflix qui comprend trois saisons ainsi que dans la mini-série The Defenders.

Sin City 2 : J'ai tué pour elle bande-annonce

Le premier dessinateur qui passe du papier à l’écran noir avec succès

 

À l’instar d’Enki Bilal (Bunker Palace Hôtel, 1986), Frank Miller est l’un des rares dessinateurs à avoir su transposer son art sur le grand écran, dans un film en prises de vues réelles, en gardant son univers authentique. Il réalise le très graphique Sin City et grossit les caractéristiques des comics en faisant de la ville le héros de l’histoire. Encore une fois, violence et obscurité sont au rendez-vous. Le film Sin City, sorti en 2005, impressionne. Derrière la caméra Frank Miller joue avec le noir et blanc et les jeux d’ombres pour animer une ville de briques et de bitumes où toutes les perversions sont pratiquées par des criminels sans scrupules. Il donne une suite à Sin City, qu’il réalise avec Quentin Tarantino et Robert Rodriguez à ses côtés. Deux films dans lesquels on retrouve le thème de la vengeance, mêlé à une sombre histoire d’amour.