Advertising
699

“Il ne faut pas avoir fait dix ans de psychanalyse pour se rendre compte que Trump est un malade mental.” Isabelle Adjani, l’interview vérité

 

Icône absolue, Isabelle Adjani évoque sans langue de bois, dans une interview exclusive pour Numéro, les sujets les plus brûlants.

Propos recueillis par Philip Utz, Photographe : Ralph Wenig

Elle fait partie des icônes absolues qui ont marqué l’histoire du cinéma français. Isabelle Adjani incarne dans le film Carole Matthieu, qui est sorti début décembre sur les écrans, un médecin du travail en lutte contre le harcèlement. Un rôle sur mesure pour cette immense actrice aux opinions bien tranchées, qui évoque sans langue de bois, dans une interview exclusive, les sujets les plus brûlants. Retrouvez quelques extraits fracassants de cet entretien à retrouver en kiosque dans le Numéro de décembre 2016.

 

 

 

“ De temps en temps, l'anonymat me paraît être un nirvana. Je me dis : “Il n'y a rien de plus chic, rien de plus cool, rien de plus glam que d'être un illustre inconnu.

 

[...]

 

“Je ressens tout de manière ultra, ultra-sensible - je suis la plus grande éponge de mère, m-è-r-e, qu'on peut trouver”

 

[...]

 

 

“Finalement la vie c'est quoi ? N'est-ce pas aussi de résister en cachant à quel point on est borderline avec tout ce que l'on subit comme pressions, distorsions, manipulations - surtout aujourd'hui, avec tout ce qu'on avale, tout ce qu'on respire... On est des cobayes au cerveau endommagé”

 

[...]

 

 

“Ça fait des années, pardonnez la brutalité du propos, que je répète que nous laissons nos enfants se faire dévorer, que nous vivons dans une société pédophile...”

 

[...]

 

 

“Il ne faut pas avoir fait dix ans de psychanalyse, comme moi, pour se rendre compte que Trump est un malade mental.”

 

[...]

 

 

“Vladimir Poutine, Theresa May et Donald Trump... si le Front national passe, on pourra saluer les quatre cavaliers de l'Apocalypse.”

 

 

 

Retrouvez l'intégralité de l'entretien dans le Numéro Féérie de décembre 2016, disponible en kiosque et sur iPad.

 

→ Abonnez-vous au magazine Numéro

→ Abonnez-vous à l’application iPad Numéro

Le film culte  “Clueless” s'offre un remake en série
678

Le film culte “Clueless” s'offre un remake en série

Série Après “Charmed”, “Hawai 5-0” et “Sabrina l'apprenti sorcière” c'est au tour de “Clueless”, le teen-movie culte réalisé par Amy Heckerling en 1995 de se voir accorder son reboot… en série, qui plus est. Après “Charmed”, “Hawai 5-0” et “Sabrina l'apprenti sorcière” c'est au tour de “Clueless”, le teen-movie culte réalisé par Amy Heckerling en 1995 de se voir accorder son reboot… en série, qui plus est.

Princess Nokia sur grand écran dans le mélo “Angelfish”
786

Princess Nokia sur grand écran dans le mélo “Angelfish”

Cinéma La rappeuse Princess Nokia fait ses débuts sur grand écran dans le premier long-métrage de Peter Andrew Lee,“Angelfish”. Le film sort le 19 novembre aux États-Unis. La rappeuse Princess Nokia fait ses débuts sur grand écran dans le premier long-métrage de Peter Andrew Lee,“Angelfish”. Le film sort le 19 novembre aux États-Unis.

Advertising
867

L’acteur Bill Skarsgård dans une vidéo exclusive pour Numéro art

Art En couverture du nouveau Numéro art, l’acteur Bill Skarsgård, clown tueur d’enfants dans les films “Ça”, a accepté d’incarner pour Numéro art les personnages tourmentés des toiles de Francis Bacon dans une version totalement revisitée et digitale. Cet hommage au maître britannique intervient alors que le Centre Pompidou lui consacre une exposition évènement réunissant ses œuvres tardives réalisées entre 1971 et 1992. En couverture du nouveau Numéro art, l’acteur Bill Skarsgård, clown tueur d’enfants dans les films “Ça”, a accepté d’incarner pour Numéro art les personnages tourmentés des toiles de Francis Bacon dans une version totalement revisitée et digitale. Cet hommage au maître britannique intervient alors que le Centre Pompidou lui consacre une exposition évènement réunissant ses œuvres tardives réalisées entre 1971 et 1992.

Bill Skarsgård, le clown de “Ça” dans une série mode pour Numéro art
978

Bill Skarsgård, le clown de “Ça” dans une série mode pour Numéro art

Art L’acteur Bill Skarsgård, clown tueur d’enfants dans les films “Ça”, a accepté d’incarner pour Numéro art les personnages tourmentés des toiles de Francis Bacon dans une version totalement revisitée et digitale. Cet hommage au maître britannique intervient alors que le Centre Pompidou lui consacre une exposition évènement réunissant ses œuvres tardives réalisées entre 1971 et 1992. L’acteur Bill Skarsgård, clown tueur d’enfants dans les films “Ça”, a accepté d’incarner pour Numéro art les personnages tourmentés des toiles de Francis Bacon dans une version totalement revisitée et digitale. Cet hommage au maître britannique intervient alors que le Centre Pompidou lui consacre une exposition évènement réunissant ses œuvres tardives réalisées entre 1971 et 1992.

Qui incarne Catwoman dans le prochain “Batman” ?
789

Qui incarne Catwoman dans le prochain “Batman” ?

Cinéma Prévu pour 2021, le prochain “Batman” affiche déjà un casting cinq étoiles. Dans le rôle de Catwoman, on retrouvera la fille de Lenny Kravitz, Zoë, ainsi que Robert Pattinson dans le rôle du justicier de Gotham City.  Prévu pour 2021, le prochain “Batman” affiche déjà un casting cinq étoiles. Dans le rôle de Catwoman, on retrouvera la fille de Lenny Kravitz, Zoë, ainsi que Robert Pattinson dans le rôle du justicier de Gotham City. 

 Le réalisateur de “Drive” ressuscite un monstre de l’horreur
997

Le réalisateur de “Drive” ressuscite un monstre de l’horreur

Cinéma En 1988, l’Américain William Lustig achève son “Maniac Cop”, un slasher nocturne (culte pour certains) qui flirte avec le cinéma de John Carpenter comme avec le nanar. Trente ans plus tard, Nicolas Winding Refn, le père de “Drive”, rêve d’exhumer le héros de ce film d’horreur : un flic mort-vivant très énervé qui veut dézinguer tout le monde. En 1988, l’Américain William Lustig achève son “Maniac Cop”, un slasher nocturne (culte pour certains) qui flirte avec le cinéma de John Carpenter comme avec le nanar. Trente ans plus tard, Nicolas Winding Refn, le père de “Drive”, rêve d’exhumer le héros de ce film d’horreur : un flic mort-vivant très énervé qui veut dézinguer tout le monde.