222


Commandez-le
Numéro
16

Les 5 vies de Kate Winslet, de Titanic à Ammonite

Cinéma

Actrice multi-récompensée révélée dans l’immense “Titanic” en 1997, Kate Winslet n’a cessé d’accumuler les rôles tragiques, faisant de sa vulnérabilité une force dramatique. Le 18 avril prochain, elle partagera l’affiche d’une mini-série produite par HBO, “Mare of Easttown”, avec Evan Peters. L’occasion pour Numéro de revenir sur cinq grands rôles qui ont marqué la carrière de l’actrice de 45 ans aujourd'hui.

Affiche du film "Créatures Célestes" (1994) de Peter Jackson.

Si l’on peut dire de certains acteurs que rien ne les prédestinait à faire carrière au cinéma, ce n’est pas le cas de Kate Winslet. L’actrice, qui a obtenu l’Oscar à seulement 22 ans, grandit dans une famille passionnée d’art dramatique – ses grands-parents ont fondé le Reading Repertory Theatre dans sa ville natale – où elle est encouragée à cultiver son talent. Enfant, ses parents l’inscrivent dans une école de théâtre indépendante dans le comté voisin, où elle est moquée pour son poids… mais le talent l’emporte sur les railleries. En 1992, alors qu’elle a tout juste seize ans, elle participe au casting organisé par Peter Jackson pour trouver l’actrice principale de son prochain film, un drame qui lancera la carrière de la toute jeune actrice. Presque trente ans plus tard, Kate Winslet n’a cessé d’accumuler les rôles tragiques, incarnant des femmes fortes malmenées par le destin. Seule actrice nommée six fois aux Oscars avant ses trente-deux ans, elle incarnera dès le 18 avril prochain Mare Sheehan, une détective d’une petite ville de Pennsylvanie qui doit concilier son métier et sa vie privée chaotique, dans Mare of Easttown – une mini-série qu’elle a co-produit.

Melanie Lynskey et Kate Winslet dans "Créatures Célestes" (1994) de Peter Jackson.

1. Créatures célestes (1994) de Peter Jackson

 

En 1992, Peter Jackson a à peine trente ans et réalise déjà son quatrième film, Créatures Célestes, pour lequel il organise des auditions à Londres pour dénicher la perle rare : celle qui interprètera Juliet, une adolescente charismatique et matricide. Parmi les 175 jeunes filles présentes aux auditions, le réalisateur est hypnotisé par Kate Winslet, dont il dira qu’elle apportait de la profondeur au rôle. Fondée sur des faits réels, l’intrigue du film se déroule en 1954, lorsque deux jeunes filles se lient d’une profonde amitié qui les poussent au meurtre de la mère de l’une d’elle, qui avait entrepris de les séparer. Alors qu’elle se prépare à endosser ce rôle tragique, la jeune actrice s’imprègne du journal intime de son alter-ego, de ses lettres, des comptes-rendus de procès, jusqu’à avoir du mal à distinguer la réalité de la fiction... tourné sur les lieux du crime, le film laisse Kate Winslet traumatisée, alors qu’elle est âgée de seulement 17 ans. Si cette première expérience au cinéma est douloureuse, le film est un réel succès. Un critique du Washington Post écrira à propos de l’actrice qu’elle y est “une boule de feu à l’œil vif, embrasant chaque scène où elle intervient.

Kate Winslet et Leonardo DiCaprio dans "Titanic" (1997) de James Cameron.

2.Titanic de James Cameron (1997)

 

Un an après la sortie de Créatures Célestes, le téléphone de Kate Winslet ne cesse de sonner. Après avoir joué dans Raison et Sentiments, c’est en plein tournage de Hamlet qu’elle reçoit un appel de James Cameron… lui annonçant qu’il l’a choisie pour son premier rôle dans Titanic, un projet colossal à propos d’une romance ayant lieu à bord du célèbre paquebot. Kate Winslet crie de joie, car ce rôle, elle a bataillé pour l’obtenir : alors que James Cameron cherche d’abord une femme au physique proche de la silhouette gracile d'Audrey Hepburn pour incarner une dame de la haute société, il hésite avant de porter son choix sur Kate Winslet. Un choix judicieux, puisqu’en 1997, l’actrice remporte l’Oscar à seulement vingt-deux ans pour le rôle de Rose Dewitt Bukater, une américaine fiancée de force à un homme riche pour sauver sa famille de la banqueroute, tombant amoureuse de Jack Dawson (Leonardo DiCaprio), un homme pauvre mais libre, à bord du Titanic. Absente de la première qui a eu lieu en décembre 1997, Kate Winslet va voir le film au cinéma dans une salle de Los Angeles ; ignorant encore le succès du film – qui a remporté 11 Oscars – on lui conseille de porter une casquette de baseball pour cacher son visage. Ce fut la dernière fois que l’actrice put se rendre au cinéma.

3. Eternal Sunshine of the Spotless Mind de Michel Gondry (2004)

 

Mes enfants l’adorent. C’est le seul film dans lequel leur mère n’est ni nue ni morte. a confié Kate Winslet à propos de Eternal Sunshine of the Spotless Mind. Si la carrière de Kate Winslet a bien montré une chose, c’est qu’elle a toujours joué selon ses propres règles. Après Titanic, on lui propose le premier rôle dans Shakespeare in Love (1998) ou encore Anna et Le Roi (1999), à l’époque où l’actrice préfère jouer dans Holy Smoke (1999) de Jane Campion, qui dépeint l’éveil spirituel et les errances d’une jeune australienne en Inde. Cinq ans plus tard, c’est un script de Michel Gondry qui attire son attention. Dans cette comédie dramatique dont l’esthétique est à l’image de l’univers poétique du réalisateur, Kate Winslet se glisse dans la peau de Clementine, une jeune femme torturée décidant d’effacer tout souvenir de son ex amant (Jim Carrey) après une rupture. Excessif et téméraire, le tempérament imprévisible de Clementine s’illustre dans un long-métrage mélancolique sur la mémoire, dont la chronologie non-linéaire nous emmène vers le sentiment de perte de repères ressentis par les deux protagonistes.

Josh Brolin et Kate Winslet dans "Last Days of Summer" (2014) de Jason Reitman.

4. Last Days of Summer de Jason Reitman (2013)

 

Douze ans après Titanic, Kate Winslet n’est plus un second choix. En 2009, lorsqu’il décide d’adapter le roman Long Week-end de Joyce Maynard, Jason Reitman choisit l’actrice britannique pour incarner Adele. Dans une petite ville chaude et humide du New Hampshire, à la fin de l’été, une mère célibataire vit au jour-le-jour avec son fils de treize ans, abandonnée par son ex-mari et affaiblie par le traumatisme de fausses couches à répétition. Quelques jours avant la rentrée des classes, alors qu’ils se trouvent dans le supermarché voisin, ils rencontrent un homme blessé qui implore leur secours… jusqu’à ce qu’ils comprennent qu’il s’est évadé de prison. Installé chez eux, il séduit peu à peu la mère et le fils, rapprochés par une vulnérabilité commune. Un rôle périlleux dépeignant un conflit intérieur déchirant, pour lequel Kate Winslet obtiendra le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique en 2014.

5. Ammonite de Francis Lee (2020)

 

Une nouvelle fois, Kate Winslet n'hésite pas à alterner films à succès et les projets qui la touchent. Habituée des romances hétérosexuelles, Kate Winslet tient pourtant le premier rôle dans Ammonite, un film librement inspiré de la vie d’une paléontologue tombant amoureuse d’une jeune femme envoyée en convalescence au bord de la mer. À propos du long-métrage de Francis Lee, Kate Winslet confie : “C’était une liaison profonde et subtile. Retirer les mécanismes hétérosexuels, dans lesquels l’homme mène la danse et la femme suit, a été un challenge. Au final, j’ai trouvé que tout est devenu très équitable, doux et joyeux. C’était un plaisir de partager cela avec Saoirse Ronan.” Cameron Bailey, co-directeur du festival de Toronto – où a eu lieu la première du film –, a déclaré en juillet au magazine américain IndieWire que la performance de Kate Winslet dans Ammonite est “la meilleure performance de l’actrice”. Labellisé par le Festival de Cannes, le film remporte le prix du "Meilleur Couple” aux Women Fin Critics Circle Awards.