8


Commandez-le
Numéro
11

Le film le plus étrange de Guillermo del Toro fait son retour en salle

Cinéma

Reconnu de toutes parts comme le maître du cinéma fantastique, le Mexicain Guillermo del Toro avait, au début du siècle, gagné le titre de figure de proue de l'horreur poétique avec son film L'Échine du Diable, sorti en 2001. Grâce à Carlotta Films, le film est de retour au cinéma le 14 juillet en version restaurée 2K.

© Carlotta Films

C'est sans doute son film le moins connu – comparé au Labyrinthe de Pan (2006) ou à La Forme de l'eau (2017) – mais il est, avec certitude, le plus poétique, le plus étrange et le plus fantastique. Sorti en 2001, L'Échine du Diable représente tout ce que Guillermo del Toro sait faire de plus horrifiant, poétique et onirique, le tout avec quasiment aucun effet spécial. C'est après une première expérience hollywoodienne décevante avec Nimic, en 1997, que le cinéaste Mexicain part tourner ce film en Espagne, grâce au soutien financier de Pedro Almodóvar. Là, il met en scène L'Échine du Diable, un long-métrage qu'il veut aussi angoissant qu'attendrissant…

 

Sur fond de guerre civile en Espagne, on suit les aventures de Carlos, un petit garçon en fuite trouvant refuge dans un orphelinat perdu dans la campagne. À la nuit tombée, il fait une rencontre des plus déroutantes : le fantôme d'un enfant mutilé. Mêlant horreur, drame historique et récit d'apprentissage, L'Echine du Diable est un film poignant, une réelle expérience de cinéma inspirée des univers de Luis Buñuel ou Dario Argento. Le revoir, grâce à Carlotta, au cinéma en version restaurée 2K, c'est aussi mieux comprendre le cinéma de Guillermo del Toro, sacré “meilleur réalisateur” aux Oscars 2018 pour La Forme de l'eau. 

 

L'Échine du Diable (2001) de Guillermo del Toro, en salle le 14 juillet, en version restaurée 2K par Carlotta.