227


Commandez-le
Numéro
17

3 choses à savoir sur Tre Piani, le dernier film de Nanni Moretti injustement boudé à Cannes

Cinéma

À Cannes au printemps dernier, Nanni Moretti présentait son treizième long-métrage en complétion officielle. Si le réalisateur italien n’a pas remporté de seconde Palme d’or – qu'il avait obtenue en 2001 pour La Chambre du fils – son film était pourtant l’un des plus attendus du festival. Voici trois choses à savoir sur le dernier film du cinéaste de 68 ans. 

Extrait de Tre Piani de Nanni Moretti.

1. Tre Piani est adapté d’un roman

 

 

Pour ce film, Nanni Moretti a adapté le chef d’œuvre littéraire Trois étages de l’écrivain israélien Eshkol Nevo [Gallimard, 2018]. Après son film Mia Madre en 2015, Nanni Moretti était en panne d’inspiration. Sa fidèle co-scénariste, Federica Pontremoli, lui a conseillé la lecture de ce roman. Séduit par cette intrigue rocambolesque, Nanni Moretti se met alors en tête de l’adapter. Il contacte Eshkol Nevo afin d’obtenir son accord. Lorsque l’Israélien reçoit un mail d’un de ses réalisateurs favoris, il croit d’abord à une imposture. Même s’il admire La Messe est finie (1985) où Journal intime (1993), l’écrivain est frileux et hésitant car les adaptations précédentes de ses films lui ont laissé un goût amer. Après quelques discussions avec l’Italien, Eshkol Nevo cède ses droits. Il refuse néanmoins de participer à l’écriture du scénario comme aux choix des acteurs. Nanni Moretti s’approprie entièrement cette histoire en gommant les références aux événements politiques israéliens. Reposant sur la succession de trois histoires indépendantes, Nanni Moretti brise la structure du roman en entremêlant les intrigues afin d'insuffler davantage de légèreté à ces récits tragiques. 

Extrait de Tre Piani de Nanni Moretti.

2. Une première adaptation pour Nanni Moretti

 

 

S’il incarne des alter ego exubérants depuis les années 70, le Romain n’a jamais adapté un roman ni une pièce de théâtre au cinéma. Si à l’âge de 20 ans, il rêvait d’adapter le roman La Conspiration (1938) de Paul Nizan, il ne s’était pourtant jamais essayé à un tel exercice. Nanni Moretti écrit habituellement chacune des intrigues de ses films inspirés de sa vie personnelle, à l’instar d’Aprile (1998) où il interprète un jeune homme préoccupé par la naissance de son fils et les élections législatives en Italie. Quand il ne donne pas la réplique à des acteurs professionnels, Nanni Moretti joue avec sa propre famille, à l’instar de sa mère dans Aprile (1998) et de son père dans Ecce Bombo (1978).  Réunissant un casting entièrement professionnel, Tre Piani semble évacuer toutes références à la vie du cinéaste en demeurant, pour une fois, strictement fictionnel. Dans Tre Piani, Nanni Moretti y incarne cette fois un vieux juge, sec et sévère, qui refuse de pardonner une erreur de jeunesse à son fils. Mais peut-être s'agit-il, une fois encore, d'une allusion déguisée à son propre passé ? 

Extrait de Tre Piani de Nanni Moretti.

3. L’affiche dévoile déjà l’intrigue

 

 

Les affiches des films de Nanni Moretti comptent parmi les plus belles du cinéma européen. L’affiche française de Tre Piani ne déroge pas à la règle. Signée par l'agence de graphisme parisienne Sentenza, l’affiche fonctionne à la manière un rebus. Le dessin, aux contours simples et naïfs, représente l'immeuble romain où loge les trois familles. Dans une rue à l'écart du tumulte de la ville, le bâtiment devient le petit théâtre des existences de ces trois clans. Sur l'affiche, l’ensemble des personnages sont réunis devant l’immeuble mais l’arrière-plan est encore plus intéressant. Sur la façade en brique rouge aux larges fenêtres éclairées, des indices sur l’intrigue ont été disséminées. À gauche, une voiture enfoncée dans un mur brisé laisse planer un mauvais présage… Chacun des détails, cachés aux quatre coins de l'affiche, constitue un des éléments de l'intrigue. Et c'est bien là le génie de Nanni Moretti : rien n'est jamais laissé au hasard. 

 

 

Tre Piani, de Nanni Moretti, actuellement en salle.