222


Commandez-le
Numéro
22

Riz Ahmed, l'acteur nommé aux Oscars qui rappe comme Eminem

Cinéma

Élève modèle, rappeur controversé puis acteur hollywoodien, Riz Ahmed, fils d'immigrés pakistanais installés à Londres, met un point d'honneur à user de sa notoriété pour donner une voix aux laissés pour compte. Cette année, il incarne un musicien maudit dans le drame "Sound of Metal" (2021), ce qui lui vaut d'être nommé dans la catégorie "meilleur acteur" aux Oscars, aux côtés d'Anthony Hopkins et de Gary Oldman. Portrait.

Riz Ahmed dans "Road to Guantanamo" (2006) de Michael Winterbottom.

Quand Riz Ahmed annonce à sa famille qu’il est en lice pour obtenir l’Oscar du meilleur acteur, l’un de ses cousins pakistanais lui rétorque : “Et alors, ce n’est pas si incroyable, moi j’ai été nommé employé du mois et je n’en fais pas tout un plat !” Bien qu’il soutienne chez Jimmy Kimmel [l’hôte d’un célèbre talk show américain] que ce cousin est le seul être humain qu’il connaisse à ne jamais avoir entendu parler des Oscars, il peine à dissimuler sa gêne. Discret et concentré, la chemise rentrée dans le pantalon, Riz Ahmed ressemble au bon élève qui ne veut pas faire de vagues. Pourtant, cette attitude qui allie humilité et obstination l’a propulsé dans la course aux Oscars, alors que son dernier film, Sound of Metal – l’histoire d’un batteur qui perd brutalement l’audition –, est nommé dans six catégories, risquant bien de lui faire gagner la statuette tant convoitée.

 

Né en 1982 dans la banlieue de Londres, Riz Ahmed est le fils d’un couple d’immigrés pakistanais arrivés au Royaume-Uni dans les années 1970. S’il est un élève brillant, l’étude de la philosophie, de l’économie et de la politique – qu’il entreprend aux Etats-Unis après l’obtention d’une bourse au mérite – ne semble qu’alimenter le sentiment d’injustice qui l’habite. Bouillonnant d’énergie créatrice, il s’inscrit à cours d’art dramatique et puise l'inspiration dans son vécu de fils d’immigrés pour composer ses premiers morceaux de rap. Entre deux freestyles, Riz Ahmed devient Riz MC, et enregistre un morceau satirique et controversé intitulé Post 9/11 Blues, qui devient viral. Après avoir obtenu un MTV Music Award pour Immigrants (We Get the Job Done) en 2017, il livre son dernier album, The Long Goodbye en 2020, accompagné d’un court-métrage glaçant de onze minutes qu'il réalise avec Aneil Karia. À l'aide d'une mise en scène immersive, l'acteur y montre l'après-midi paisible d'une famille britannique d’origine pakistanaise – qui pourrait être la sienne –, dont la tranquillité est brutalement rompue par une descente de police d'une violence inouïe.

"The Long Goodbye" (2020) de Riz Ahmed et Aneil Karia.

Une chose est sûre : Riz Ahmed est en colère, et il compte bien montrer au monde toute l’injustice qu’il renferme. Rien de tel que le cinéma pour toucher un public très large : le jeune britannique se met donc à jouer dans des films poignants. En 2006, il tourne dans son tout premier long-métrage,The Road to Guantanamo de Michael Winterbottom – dont le scénario est fondé sur des faits réels –, où il incarne l’un des trois citoyens britanniques d’origine pakistanaise, les “Tipton Three”, capturés en 2001 en Afghanistan et détenus dans le camp américain de Guantanamo. Si l’épopée infernale vaut au film indépendant un Ours d’argent au Festival du Film de Berlin, Riz Ahmed est révélé dix ans plus tard, alors qu’il tient le rôle principal dans dans la série télévisée The Night Of (2016). Dans cette mini-série dramatique, qui lui vaudra un Emmy Award – et fera de lui le premier homme asiatique à en obtenir un –, il incarne Naz, un étudiant américano-pakistanais se réveillant, le lendemain d’une soirée arrosée, aux côtés d’une jeune femme assassinée sauvagement, et dont il n’a aucun souvenir…

 

Hyperactif, le trentenaire enchaîne les projets, s’adonnant au jeu du blockbuster dans Rogue One : A Star Wars Movie (2016) et Jason Bourne la même année, et apparaît même, un an plus tard, dans l'ultime saison de Girls. Jonglant sans cesse entre ses deux passions, la musique et le cinéma, il les fusionne dans un long-métrage signé Darius Marder, Sound of Metal, en 2019. Dans ce conte tragique, il incarne Ruben, un musicien amoureux sillonnant les Etats-Unis avec sa compagne – elle aussi artiste – quand soudainement, en plein concert, il n’entend plus qu’un faible bourdonnement. Le diagnostic médical est sans appel : Ruben sera bientôt complètement sourd... Si ce rôle bouleversant rend justice au talent de l’acteur, il est une fois de plus un moyen pour Riz Ahmed de donner une voix aux laissés pour compte. 

 

93e cérémonie des Oscars, le 25 avril 2021 à Los Angeles.

Bande annonce du film "The Sound of Metal" (2019) de Darius Marder.