Une même langue, une même couleur de peau, un même territoire, une même religion, et pourtant une haine sans pareille à cause “d’un nez”. Après l’adaptation de l’ouvrage de Romain Gary La Promesse de l’aube (2017), le cinéaste Éric Barbier s’attaque à “Petit Pays” le roman de Gaël Faye, lauréat du prix Goncourt des lycéens en 2016. Réalisé entre le Burundi et le Rwanda, le film réunit un casting d’acteurs débutants dont le jeu donne sert avec force le scénario. Plongé dans les rues de Bujumbura à la veille du génocide de 1994, Gaby, un jeune garçon de 10 ans, vit paisiblement entouré de sa sœur Ana et de ses parents (un expatrié français et une réfugiée rwandaise) au Burundi. “L’impasse”, espace de jeu limité par les seules frontières de l’imagination de Gaby et de sa clique, devient inévitablement un lieu politisé, les menant à choisir leur camp – l’ethnie tutsi – et à commettre l’irréparable.

 

Un tableau fidèle au texte source qui, en une heure cinquante, présente au spectateur des moments d’insouciance, de pure innocence, mais aussi des scènes chocs. Petit Pays est une histoire dans l’Histoire témoignant du glissement de toute une nation dans l’un des épisodes politiques les plus sombres du XXe siècle. Le film d’Éric Barbier promet une lecture déchirante du très salué roman de Gaël Faye et du génocide rwandais, à travers le regard d'un garçon sorti bien trop tôt de l'enfance. 

 

Petit Pays réalisé par Éric Barbier en salle le 18 mars 2020.