225


Commandez-le
Numéro
29

Sean Penn filme sa fille et joue les voyous dans son nouveau film

Cinéma

Cinq ans après son très raté The Last Face, Sean Penn fait son retour à la réalisation avec Flag Day, un film à l'esthétique purement américaine, où une jeune fille tente de se reconstruire après avoir appris la véritable profession de son père : voyou raté. Il marque les débuts d'actrice de la fille du réalisateur, Dylan Penn.

Présenté cette année à Cannes en sélection officielle, Flag Day marque le retour de Sean Penn à la réalisation, cinq ans après son très raté The Last Face, qui avait lui aussi été dévoilé sur la Croisette. C'est d'ailleurs là que la star de Mystic River (2003) avait dû essuyer, lors de la projection du long-métrage dans le Grand Théâtre Lumière, les huées de la salle entière, avant de se voir affublé des pires critiques, comme la terrible “ce film pulvérise les records d'obscénités”.

 

Il revient donc, peut être pas si confiant qu'à l'heure du triomphe d'Into the Wild, défendre son sixième film qu'il a tourné aux États-Unis, en famille. Car cette histoire familiale et intime, qui retrace une relation père-fille tumultueuse entre un voyou raté et une jeune femme pommée, a été mise en scène par la superstar hollywoodienne, qui a choisi ses propres enfants pour interprètes. On découvre donc les talents de Dylan Penn, fille aîné de l'acteur et de Robin Wright, dans le rôle de Jennifer et de son petit frère, Hopper Jack Penn, dans le rôle Nick, son cadet. Sean Penn incarne lui-même le patriarche gangster, dans un rôle de composition tiré par les cheveux, où il revêt les traits de John, un personnage pas vraiment imaginé de toutes pièces puisque le film est adapté des mémoires de la journaliste américaine Jennifer Vogel, Flim-Flam Man : The True Story of My Father’s Counterfeit Life (Simon & Schuster, 2005, non traduit).

 

Hormis l'aspect familial du film, on ne négligera pas son côté très américain : Flag Day décrit les malheurs d'une fratrie meurtrie par la misère de l'Amérique profonde, un monde, selon Sean Penn, où les parents sont alcooliques ou accro aux opioïdes et se rêvent braqueurs. Quant au titre, il fait référence au 14 juin, le jour célébrant l’adoption de la bannière étoilée comme drapeau national en 1777, qui est aussi la date de naissance du père de famille.

 

Flag Day (2021) de et avec Sean Penn, bientôt en salle.