Et j’ai crié, crié-é ! Il ne manquait que la mélodie de l’ultime slow de Christophe pour faire de The French Dispatch le plus français des films de Wes Anderson. Tandis que la bande-annonce vient d’être dévoilée, l’atmosphère du prochain film du cinéaste se révèle : plusieurs temporalités dialoguent entre elles avec un casting cinq étoiles (et plus) dans un imbroglio d'aventures explosives.

 

C’est dans les rues sinueuses d’Angoulême que l’intrigue de The French Dispatch prend ses quartiers. On savait déjà que le film mêlerait plusieurs temporalités, et c'est une première pour le cinéaste américain, pourtant friand des flashbacks. La bande-annonce dévoile un passage par le noir et blanc et quelques split-screens (écrans divisés).

 

Centrée autour de plusieurs journalistes américains installés en France, l’histoire permet à Wes Anderson d’étaler une fois de plus son amour pour la symétrie et la colorimétrie ultra-maîtrisée. Affiches, livres et journaux sont partout. Le titre du film donne d’ailleurs son nom au journal hebdomadaire imaginé par le cinéaste, The French Dispatch, spécialisé dans la géopolitique, les arts sous toutes leurs formes et “diverses histoires d'intérêt général”. Trois reportages s’en détachent et rythment la bande-annonce : Le Chef d’Oeuvre Concret par J. K. L. Berensen (le personnage de Tilda Swinton), Les Révisions d’un Manifeste, sur les révoltes étudiantes des années 1960 par Lucinda Krementz (Frances McDormand) et La Salle à Manger Privée du Commissaire de Police par Roebuck Wright (Jeffrey Wright). 

 

Pour animer une toute nouvelle palette de personnages, la cinéaste a sans surprise fait appel à ses acteurs et actrice fétiches, de Bill Murray à Tilda Swinton en passant par Owen Wilson. Timothée Chalamet et Saoirse Ronan, qui semblent inséparables depuis leur rencontre devant la caméra de Greta Gerwig font une apparition remarquée. Benicio del Toro, Elisabeth Moss, Léa Seydoux et Guillaume Gallienne rejoignent également la bande. 

 

The French Dispatch, en salles le 26 août 2020.